« (...) UNE ATTAQUE TERRORISTE»!

Massacre de musulmans dans deux mosquées à Christchurch en Nouvelles Zélande à un moment d’affluence, vendredi 15 mars 2019 : pré-bilan: 49 morts- femmes, enfants, hommes, 20 (..) blessés graves, etc. «...une attaque terroriste» serial-slogan- islamophobie [!] beaucoup de bruit pour rien, pur rien shakespearien - circulez n’y a rien à voir! Autre News: un burkini attaquant nos eaux! E’M.C.

                            

Le massacre de musulmans dans deux mosquées situées en Nouvelle Zélande qualifié de «une attaque terroriste » par la PM New zélandaise & logographie ainsi par les médias & le politique -

« ... une attaque terroriste » 

Ignoble qualification d’un carnage commis dans deux mosquées - un massacre couvé, décidé et auto-filmé - glorifié - in situ - à l’heure affluente d’une prière importante - le vendredi 15 mars 2019 - 

« ... une attaque terroriste » serial slogan niant un fait d’islamophobie - horrible mot abhorré, taboué, pollué, passé à la trappe par ceux-là mêmes qui piédestalisent l’antisémitisme comme exclusif totem fédérateur - & qui ne se limite évidement pas aux clans de l’extrême l’astuce est trop grasse - la gauche-s est trop garce - faussement gauchère au choux - 

Ceux-là mêmes, politiques, presse-papier- médias qui militant de discrimination - inextinguibles sur l’antisémitisme spécifique - ne tarissent plus d’attiser cet affreux rejet de l’Autre - refusant avec furie la réalité du terme islamophobie qui - pourtant - est le cœur crucifié de cette autre forme d’antisémitisme abandonné d’infini feu vert - 

L’islamophobie le bouillant dessous de l’iceberg antisémitique - sa tragédie immergée - 

L’islamophobie, mot voué au biffement sur- médiatique -

L’islamophobie, manœuvre en binôme de biffure serpentante au vœu d’effacement d’une partie de l’humanité - cette partie de soi - l’inavouable part maudite - en même temps qu’on [se] passe l’éponge à la dégoûtante ardoise de l’histoire blanchie - ce coriace débit du criquet suprémaciste - inépuisable palimpseste de dette retorse à l’épouvantable tableau d’aujourd’hui -

Quelle affaire ne jamais cesser d’être ce philo-antisémite en deux tons - cet opportun bonnetant de l’antisémitisme l’un méga-Gayssoté, l’autre Gué sauté - comme au temps de Galaad à Ephraïm - Sibboleth inouï - du Chuintant au sibilant - Imméritée Sounboulah de notre Pacte commun foulé d’envies infernales - 

& que de sang siffla - au carrefour des dagues  accablant le Scribe à ce Scrabble horrifique du Nom insupportable - à l’Appui dérobé de ce Livre en Trois Tons - Illisible Visage - Notre livre brûlé d’incalculables gloses - est-ce impossible tampon aux curures du cœur -

lors que Nous déclarons la paix à cette Horreur - infante de la peur - qui nous ravit la paix - ce Charabia de Candide - Le Cauchemar du Criquet qui se dévore le cœur - Caïn à son clos -

Cruelle lecture - Pardon pour le charabia - au réel retors - à ce regard qui renâcle au sifflant lasso des lignes - 

               Rhône, samedi 16 mars 2019, 

                             E’M.C. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.