«AGRESSION CONTRE LA SYRIE: ASSELINEAU DEMANDE LA DESTITUTION DE MACRON »

L’ancien candidat à la présidence française, président de l’Union populaire républicaine François Asselineau demande-nt aux membres des deux chambres du parlement d’engager la destitution du locataire du l’Élysée E.M. «girouette de Trump», conformément à l’article 68 de la constitution française; pour les frappes menées, illégalement, par la France contre la Syrie. NM 14/4/2018.

In, NM News Magazine 14 avril 2018. 

Pour une meilleure idée d’ensemble et pour ne pas être -ou rester- l’exultante victime d’une version fasciste (1), exclusive de l’escalade -média-miltariste contre la Syrie;

voir, entre autres et liens et rappels au puzzle:

• Colin Luther Powell, chef d’état-major des armées et Secrétaire d’État des États Unis sous G. W. Bush, à l’ONU,

à son énorme mensonge d’État, le 5 février 2003 devant le Conseil de Sécurité, youtube.com 

• Discours de Dominique Villepin à l’ONU, contre la guerre en Irak, 14 février 2003. Présidence J. Chirac. Licence You Tube standard 

• La réalité du conflit syrien, C. Galactéros, docteur Science politique, en colonel au sein de la réserve opérationnelle militaire des armées, expose «en dehors de la pensée unique» face à Bourdin, RMC, 12/3/2018.

Site web: https://Twitter.com/CGalacteros

Chaîne YouTube:

https://www.youtube.com/channel/UC8is...

• Les pays occidentaux sont au service de la stratégie américaine, Alain Corvez, conseiller en stratégie internationale, en direct sur RT, 27/3/2018

• Moscou fournit les preuves de la mise en scène de l’attaque présumée à Douma, fr.sputniknews.com video, 13/4/2018. 

• François Asselineau, RT, video, 14/4/2018. 

                                   •

Note-s: 

(1) fasciste dans les deux acceptions convenues du mot:

a) au sens coercitif d’obliger à dire, à voter [untel], à charger, larbin brutal (ex. Carlos) 

b) au sens barthésien de dictature «démocratique» moins prise en gueule, plus tortueuse (style Flanby), (s’)empêcher de dire, à grand bruit, style actuelle médiacratie, court-circuitante, ressassante, violeuse (cf. «régime», «escalade chimique», «barbarie», «complot-ismes» etc.,  tous les mots clous distillés du psittacisme vénal, etc. 

2) La révocation du Président de la République, version froc de monarque en pays «laïc» est une protection constitutionelle majeure qui se pose avec acuité,

depuis la Sarko-décision de réenjuguer la France à l’OTAN [tout en s’odoriférant de de Gaulle!] pour la dévastation forcenée de la Libye, livrée aux factions stipendiées qui s’en arrachent le chaos fomenté, 

que du reste, de la main la plus ignoblement gantée, les «politiques» jamais en sèche de cynisme,

désignent écœuramment comme: «le chaos libyen»

comme s’il s’agissait d’un mystérieux geyser qu’ils auraient découvert. 

mettant en danger toute la région, l’Algérie, non-alignée en première ligne [ continûment à l’épreuve de ses longues frontières] et au premier chef, de ce côté-ci, la sécurité de la France! 

Considérant l’explosive intrication de la chose International-isée à l’en closerie nationale,

si tant est, qu’il en reste, puisqu’avec l’Europe, table mise [à] Bruxelles, l’État se «délocalise» comme actionnaire, plus ou moins «décisif», où le chef-s d’État-s est entrepreneur-s associé-s d’une sorte de mutuelle de gouvernance orbitée par UE à son agenda de contrats nerfs de la, désormais après le contrat mis sur l’Irak, libre guerre économique «mondiale».

                                      •

Choix, découpage, étais, liens, lectures croisées, notes et différées, E’M.C. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.