«RENCONTRES RADICALES POUR DES DIALOGUES FÉMINISTES DÉCOLONIAUX»

RENCONTRES RADICALES, Le propos de l’ouvrage y dit-on, est de dégourmer un public francophone à des rencontres «radicales» visant à trans/former la conscience de personnes «engagées» dans des situations de «conflit» en vue de changements politiques majeurs. Codirigé par Manal Altamimi, Tal Dor et Nacira Guénif-Souilamas, Cambourakis, Éditions -

 

              Un des objectifs de ce livre est

       de donner voix ensemble aux militant-e-s (1) 

                            et aux théories 

                          et d’amener ainsi

            à reconsidérer une séparation (2) 

                 allant trop souvent de soi 

          entre les expériences et les savoirs. (3)

                                     •

Le livre est composé de trois types de textes qui se font écho:

• ceux de l’école pour la paix entre Arabes et Juifs 

• des textes de bell hooks sur l’éducation à/par l’émancipation 

• et enfin un texte écrit

par les participants de groupes de rencontre

en Nouvelle Calédonie/Kanaky 

offrant un troisième point d’ancrage qui balise la circulation de textes 

et de modes de pensées traductibles en action. 

                                       •

Ces textes et leurs lecteurs qui engagent le dialogue,

     offrent un répertoire de réflexion et d’action

                        puissant et décapant 

                  au confluent du féminisme, 

                 de l’analyse de la colonialité 

              et d’une radicalité revendiquée. 

                                       •

                            RENDEZ-VOUS

À Montreuil (93): discussion autour de Rencontres radicales (...) 

                  le samedi 29 septembre 2018

                                à 18 heures 

                    Café librairie Michèle Firk 

                     9, rue François Debergue 

                           93100 Montreuil 

                                      •

Notes: 

(1) Devrions-nous rester attentifs à certains risques?

Donner voix «ensemble» (plutôt d’ensemble) aux « militants » - c’est le péché privé de quasiment toutes les «rencontres» c’est s’entendre parler en cercle fermé autour que quelques inamovibles!

(2) et (3) C’est aussi - et essentiellement - cette séparation clubarde qu’on devrait prendre en compte pour être «efficace» en dépassant le cercle constitué et une certaine doxa qui sclérose la posture universitiste. 

                                        •

Choix, découpage, notes et notes réservées, chapô retouché, E’M.C. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.