RÉTRO-NÉO-FASCISMES

Devînmes-t’ON Fascinés Fascinants Fascistardifs Fascistes à se demander si On Ôh fait de nous tout Ça! Spect’Acteurs d’État durcis d’inertie bousiers d’imparole gueusant guettant la déclaration du Pantin qui se nous tape avaleurs d’effets au point de s’acouarder du: Serions-nous en dictature... Pardi! Mercantiles d’âme- E’M.C.

                                   

Désobéir, c’est donc, suprêmement, obéir. Obéir à soi.

Penser, c’est de désobéir, désobéir à ses certitudes, son confort, ses habitudes.

Et si on se désobéit, c’est pour ne pas être les «traîtres de nous-mêmes». In Désobéir - Frédéric Gros - Albin Michel - 2017 

R’Actualisons 

                      NÉO-RÉTRO FASCISMES

               AUX MACRO-MICROS FASCISTES 

Le vieux fascisme si actuel et puissant qu’il soit dans beaucoup de pays, n’est pas le nouveau problème actuel.

On nous prépare d’autres fascismes.

Tout un née-fascisme s’installe par rapport auquel l’ancien fascisme fait figure de folklore (...) 

Au lieu d’être une politique et une économie de guerre,

le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, [suppositoire national],

pour la gestion d’une «paix» non moins terrible, [une trumperie normalisatrice] avec organisation de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de micro-fascistes,

chargés d’étouffer chaque chose, chaque visage [dès lors [masqué], chaque visage,

chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma.

Gilles Deleuze - fevrier 2017 - Paradoxe - voir aussi Quatrième de couverture de:

Deux régimes de fous - Minuit -2003

Choix - découpage - inserts [ —] titres - chapô - E’M.C.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.