FREUD L’INDEX MORDU

Le train a sifflé mais c’est un tout autre train que celui d’après & le sifflet de départ fait tressaillir autrement. & l’index mordu de fidélité panique qu’affole le sifflet intempestif d’une gare aux voies kaléidoscopiques. La troïka à la fenêtre & vous quatre laissées-là musicales sur le quai d’une impossible parole à crever le cœur & nous autres d’acoustique- tremblant de comprendre- E’M.C.

                                    (...) 

                 Par un matin étouffant de juin,

                mes sœurs et moi allons à la gare

                      accompagner Sigmund,

                           Martha et Anna

                      les derniers de la liste

                          à quitter Vienne.

                                      •

                            Tous les trois

                        se tiennent debout,

                              à la fenêtre

                     de leur compartiment,

                                     •

                     nous quatre sur le quai.

                                     •

                              Mon frère

              porte son petit chien dans les bras. (1)

                                    •

                               Le sifflet

                         annonce le départ

                                du train.

                                     •

                        L’animal tressaille

                                de peur

                        et dans sa panique

                                  mord

                       l’index de Sigmund. (2) 

                                    •

                                 Anna

                        sort un mouchoir

                et bande le doigt ensanglanté. 

                                    •

                   Un autre coup de sifflet

                      et le train s’ébranle.

                                  •

                            Mon frère

                           lève le bras

                       en signe d’adieu; 

                         il agite la main,

                         l’index dressé

             dans le mouchoir ensanglanté. (3) 

                                   •

                            Plus tard, 

           chaque fois que je me suis souvenue

                      de notre séparation      

                                    et          

                    du doigt ensanglanté 

                          de mon frère, 

                                    •

                     j’ai songé à son texte:

                  Moïse et le monothéisme, (4)

                                 donc, 

                         avant de partir, 

                il nous a confié le manuscrit

                                à nous, 

                              ses sœurs,        

                                     •

                     craignant sans doute

                              de perdre  

                   son propre exemplaire. (5)

                                    •

La liste de Freud, Goce Smilevski, 2009; Belfond, 2013.

Notes, E’M.C.

(1) L’épisode de Jo Fi, le petit chien embarqué dans l’arche, rappelle, toute proportion gardée, celle de Bébert, le chat, emmené, de Céline. 

(2) l’index mordu, autre flash symbolique avec la circoncision tardive (et morigénante) de l’Égyptien Moïse opérée sur lui, par Séphora (Tsippora) son épouse madianite suite à un réveil effrayé. (cf. notre étude réservée.)

(3) effroi du petit chien, petit doigt (fidèle), qui mord l’index (stylo) de son maître en défet sororal, morsure répétée de circoncision qu’Anna, la fille, côtière, s’empresse d’emmailloter, comme conjurant, ainsi, la lèpre de la séparation.  

(4) Certain d’être persécuté non seulement à cause de mes opinions, mais aussi à cause de ma «race», je quittai, avec beaucoup de mes amis, la ville que depuis ma plus tendre enfance, et pendant 78 ans, j’avais considérée comme ma patrie. Avant-propos, 1. Écrit avant mars 1938 à Vienne. 

(5) Moïse et le monothéisme, Gallimard, 1948.

(6) Je ne fais pas que croire, je sais que ce danger extérieur m’empêchera de publier la dernière partie de ce travail sur Moïse.

(...)

Donc, sans vouloir publier ce travail, je l’écrirai et cela d’autant plus, que depuis deux ans, j’ai pris des notes et qu’il ne me reste plus qu’à les remanier pour les ajouter aux articles précédents.

Ensuite, mon étude attendra dans l’ombre le moment de paraître, à moins qu’un jour l’on puisse dire à quelqu’un qui serait arrivé aux mêmes conclusions que moi: «En des jours plus sombres, il vécut un homme qui pensa comme vous.» 

                                    •

Choix, découpage, notes, et notes réservées, chapô, E’M.C. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.