LA LISTE DE FREUD (2)

Quand survient le moment de séparation définitive d’avec un être aimé, aucune préparation ne vaut: c’est chaque fois l’effondrement. Madeleine Chapsal; Nous autres écœuriers, cueilleurs, cueillis ac-cueillant gens de bastingage, de soute et de voûte, émergeant de tel bagage, impedimenta de mots- à jauge d’onde, paniquant de tout peser, nous contemporaires, osons-nous penser à rien... E’M.C.

                                     (...) 

                         «Comme tu vois. 

               Nous partons pour Londres.» (1) 

                Je réponds avec empressement: (2)

            «Puis-je vous aider à faire les bagages ?» 

Anna propose que je m’occupe des objets destinés à être jetés.

               Je fois les réunir dans un carton,

tandis qu’elle même range ceux qui seront envoyés à Londres par la poste. 

                              Pauline (3),

                             quant à elle,

                              reste debout

                              près du mur. 

«Cette tabatière ? demande Anna, en se tournant vers son père et lui montrant une boîte en argent sertie de petites pierres verdâtres.

                -C’est un cadeau de ta mère (4).

                          Nous la prenons.

                     Anna range la tabatière. 

                    «Ce domino en ivoire ?» 

           Sigmund réfléchit un instant et répond:

                «Je ne sais plus qui me l’a offert.

                                 Jette-le.» 

                                    (...) 

                                  Et ça?

demande-t-elle,

brandissant un livre sous les yeux de son père. 

                         -C’est la Bible

                que ton grand-père Jacob

                             m’a offerte

       pour mon trente-cinquième anniversaire.

                        Nous la prenons. 

                                     •

                   Au bout d’un moment,

                                Anna,

       fatiguée d’avoir travaillé toute la matinée,

          déclare qu’elle doit aller se reposer. 

                                    •

            J’en profite pour parler à Sigmund:

 «Tu as donc demandé des visas, à ce que je vois?

                               - En effet.

- Ta affirmais pourtant qu’il n’y avait pas besoin de fuir.

                      - Nous ne fuyons pas.

            Nous déménageons provisoirement. 

                      - Quand partez-vous ?

                     - Martha, Anna et moi,

                              début juin.

                           -Et les autres ?» 

                        Sigmund ne dit rien.

                                       •

                       «Quand partons-nous,

                                  Pauline,

                                   Maria,

                                   Rosa  

                                   et moi ?

                                       •

                        «Vous ne partez pas. 

                             C’est inutile.

                             Je m’en vais,

                   non parce que j’en ai envie,

                                   mais

                         parce que mes amis -

                des diplomates anglais et français-

                                ont insisté

                   auprès des services autrichiens

                      pour m’obtenir des visas. 

                                       •

Il pourrait nous mentir, nous dire que ces diplomates étrangers ont obtenu une autorisation uniquement pour lui, ses enfants et sa femme, et qu’il n’a pas la possibilité de sauver d’autres personnes; il pourrait nous mentir, mais ce n’est pas son genre. 

                                      • 

              «On m’a proposé de dresser une liste

                                des personnes

               que je voudrais emmener avec moi,

                                  ajoute-t-il,

                                  impassible.

                                         •

                -Et tu n’as pas pensé un seul instant

                       à y inscrire nos noms ? 

                                        •

                         -Pas un seul instant.

                      Ce n’est que temporaire.

                                        •

                      -Quand vous reviendrez

                          -Si vous revenez-,

                     nous ne serons plus là.» 

                                      •

                            Il ne réagit pas. 

                                      •

La liste de Freud, Goce Smilevski, 2009, Belfond, 2013.

Notes, E’M.C.

(1) Londres, La véritable Angleterre, c’est Shakespeare et les shakespeariens, tout ce qui précède n’est que préparation, tout ce qui suit n’est qu’une contrefaçon boiteuse de cet élan original, La confusion des sentiments, Stefan Sweig, 1927; Carnets, E’M.C.

(2) Adverbe capricant de panique et d’horrible embarras.

Là où nous ne pouvons rien, là où les idéaux communément reçus diffèrent profondément des nôtres, il n’est plus qu’un embarras, Pascal. 

(3) Sœur aînée, quasiment aveugle, mère de Béatrice expatriée à New York. 

(4) Martha, la femme de Sigmund.

ZigMonde, cf. E’M.C. billet réservé. 

                                     •

Choix, découpage, notes, chapô, E’M.C. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.