LA LISTE DE FREUD (3)

Ainsi Sigmund, Sid’Monde, départi de son départ, s’impassant d’impossible provisoire à ce foudroyant fret des siens- laissés-là, sur un quai de Vienne, tel quatuor de violoncelles vouées à l’arrêt du Fridolin; dilacérant le témoin; lors que noé, joué de lui-même, il se dé-fait du voy’âge qu’il fait, à son terme inconnu. L’âme se vêt du voyage qui la dévêt dirait l’Andalou, Ibn ‘Arabî. E’M.C.

               Le voyage c’est aller de soi à soi

                   en passant par les autres.

                      Proverbe Touareg.               

                                      •

   Je sais que je n’ai pas le droit de te le demander

                        mais quand même,

                         j’aimerais savoir:

                        qui sont ces proches

                          que tu as inscrits

                              sur ta liste

                     de personnes à sauver? 

                                        •

                               - «En effet,

                     qui figure sur cette liste ?» 

                           demande Pauline.

                                        •

Là encore, mon frère pourrait nous mentir, prétendre qu’il n’y a mis que les noms de ses enfants, son propre nom et celui de sa femme;

il pourrait nous mentir mais ce n’est pas son genre. 

                      Il me tend une feuille.

                          «Voici la liste.» 

                                       •

                        Je regarde les noms

                        inscrits sur le papier. 

                             «Lis-les moi»,

                           demande Pauline.          

                                       •

                         Je lis à haute voix.  

                        Cette liste comprend

                        le nom de mon frère,

                             de sa femme,

                            de ses enfants,

                           de sa belle-sœur,

                de ses deux femmes de ménage,

                      de son médecin personnel

                             et sa famille.

                                       •

                                   Avec,

                               tout en bas,

                            un dernier nom:

                                  Jo Fi. 

                                        •

                                   «Jo Fi»  

                       fait Pauline en souriant. 

                    Elle se tourne vers l’endroit

                      d’où lui parvient la voix

                               de Sigmund.

                                       •

                             «Forcément,

        tu ne te sépares jamais de ton petit chien.» 

                                    •

Nous sommes interrompus par le retour d’Anna.

 «Je ne vous ai pas demandé si vous vouliez boire quelque chose.

Ou peut-être avez-vous faim ? demande-t-elle. 

- Nous n’avons ni faim, ni soif.» 

                                     •      

Pauline fait comme si elle n’avait pas entendu la question d’Anna.

                                      •

«C’est vraiment bien de ta part d’avoir pensé à tous ces gens.

Tu as même pensé à ton petit chien, à tes femmes de ménage, à ton médecin, à sa famille et à la sœur de ta femme.

Mais tu aurais aussi pu songer à tes propres sœurs, Sigmund.

                                     •

          -S’il était nécessaire que vous partiez,

                     j’aurais pensé à vous.

              Mais ceci n’est que provisoire, 

       je ne pars que parce que mes amis insistent. 

                                     •

 -Et pourquoi donc tes amis insisté auraient-ils insisté pour que tu t’en ailles

      si tu ne courait aucun risque en restant ici ?

-Parce que tout comme vous, ils ne comprennent pas

             que cette situation est provisoire»,

                          répond Sigmund. 

                                       • 

                                 J’insiste:

                          «Et si c’est le cas,

              pourquoi alors ne pars-tu pas seul,

              juste le temps de calmer tes amis? 

                                      • 

                                Pourquoi

           emmènes-tu non seulement ta famille

                    mais  aussi ton médecin

                               et la sienne,

                les deux femmes de ménage,

                     et même le petit chien?

                                    •

                       Il garde le silence.

                                    •

 «Quant à moi, Sigmund, dit Pauline, à la différence d’Adolphine, je te crois.

Je crois que toute cette horreur ne durera pas longtemps.

    Mais ma vie durera moins longtemps encore.

                          Et j’ai une fille. 

                   Tu aurais pu penser à ça.

                                     •

                Tu y as certainement pensé

           puisque depuis mon retour de Berlin

                 et le départ de ma Béatrice

                       pour New York,

              je parle d’elle constamment. 

                                     •

Il te suffisait juste d’inscrire mon nom sur la liste pour me permettre de la voir une dernière fois.» 

                                     •

                        Elle roule des yeux

                      en prononçant le mot

                                 «voir»,

       elle qui ne peut distinguer que des contours.

                                      •

               «Tu aurais pu inscrire mon nom

                    entre celui de ta belle-sœur

                        et celui de ton chien. 

                                      •

                         Cela aurait  suffi 

                     pour que je puisse sortir 

                              de Vienne  

                       et retrouver Béatrice. 

                                       •

                              Maintenant,

                                   je sais 

                      qu’elle ne me reverra plus 

                                 jamais. 

                                      •

La liste de Freud, Goce Smilevski, 2009; Belfond, 2013. 

           La vie ce n’est pas seulement respirer,

                  c’est avoir le souffle coupé. 

                           Alfred Hitchcock 

                                     •

Choix, découpage, citation-s incipitielle, fenêtrage d’orée au texte, notes réservées, chapô,  E’M.C.                

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.