Suppression du mot "race", sortir du débat génétique

A la lecture des articles et commentaires sur le sujet, il m'est venu le sentiment que l'on s'enfermait dans un débat hors sujet, sur l'existence ou non de la notion de "race". Après réflexion et puisque l'alinéa de la constitution n'est pas encore définitivement adopté, je propose une autre rédaction de celui-ci et je la propose à vos propres réflexions.

En effet, la notion de "race", n'est qu'un item de classification taxonomique et n'a que cette seule valeur.

Le législateur a repris dans la constitution ce terme qui avait pris un autre sens dans la pensée collective. Sens qui a évolué de manière péjorative à la lecture de la teneur des débats.

Il en résulte une rédaction inadaptée de ce texte et qu'il convient d'actualiser.

La modification de la Constitution ne saurait avoir pour objet la seule sémantique, même si, et on le voit, elle revêt une importance capitale dans l'interprétation des textes....

Il s'agit bien d'affirmer les mêmes droits pour tous, sans distinction d'aucune nature. Pour sortir de la définition restrictive et contestées  « de sexe, de race ou de religion » on nous en propose une qui tout aussi restrictive bien que sémantiquement moins critiquable : «de sexe, d'origine ou de religion ».

Je proposerais une définition moins restrictive ainsi libellée:

«La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction liée à une appartenance identitaire quelle qu'elle soit».

Du même coup, cela rendrait toute ancienne ou nouvelle loi corporatiste (quel que soit le corporatisme concerné et cela serait appréciable pour les lois d'amnistie particulières entre autres...) applicable à tous, dans un réel «élan démocratique»... 

Une révolution ? (on a le droit de rêver innocent)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.