71061 détenus en France. Appel à la grève des personnes détenues

La politique carcérale de la France enchaîne année après année les records. Les prisons coûtent cher et ne fonctionnent que parce que les détenus travaillent à leur propre maintien en détention... Et s'ils faisaient grève ?

Nous venons de battre, comme c'est devenu habituel, un nouveau nouveau record du nombre de personnes incarcérées en France. Il y avait au 1er décembre 71061 personnes détenues (+1.9% en un an) dans des prisons de moins en moins humaines.

Les conditions de détention s'aggravent parce que la construction de nouvelles places de prison engloutit plus de la moitié du budget de l'administration pénitentiaire, sans empêcher que les records de surpopulation se suivent. La surpopulation engendre de l'insécurité.

Pour ne pas se mettre les personnels à dos, l'administration investit massivement dans des installations de sécurité qui progressent de plus de 50% par an. Sans pour autant que la sécurité réelle des personnes détenues et des personnels pénitentiaires ne s'améliore, bien au contraire.

La part dévolue au développement des aménagements de peine, aux alternatives à l'emprisonnement, à la réinsertion et à la prévention de la récidive s'effondre. La prison génère de la récidive et de la radicalisation, toutes les études le démontrent.

Les voix de droite et d'extrême droite (que je ne parviens plus à distinguer) réclament de plus en plus de peines de prison, si possible de plus en plus longues, et font croire au bon peuple (jamais en reste d'abonder une mesure de droite surtout lorsqu'elle est débile et qu'elle va à l'encontre de ses intérêts) qu'il y va de sa sécurité, alors que cela aboutit à son exact contraire.

Aujourd'hui, reprenant l'idée d'un avocat à la Cour européenne des droits de l'homme, j'appelle toutes les personnes détenues à la grève pacifique, à rester dans leurs cellules sans violence, à ne pas se rendre aux ateliers, et surtout à toutes les personnes affectées au "service général" de cesser toute activité. Sans leur travail sous-payé, les prisons cessent de fonctionner, ou alors le budget explose. En moins de trois jours d'appels à des sociétés extérieures pour la préparation des repas, l’entretien des locaux, la lingerie,... le budget d'un mois de salaires des personnes affectées à ces services serait dépensé.

Nul n'est tenu de travailler à sa propre aliénation.

Si vous avez des membres de vos familles, des amis, des connaissances qui sont détenues, vous pouvez leur souffler l'idée. Avec l'aide d'une association extérieure, il serait possible de déclencher cette action pacifique dans l'ensemble des prisons françaises.

Au printemps par exemple ?

A lire :

 Budget de l'administration pénitentiaire. Un dossier de l'OIP

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.