Emilie Carlie
Enseignante retraitée, écri-vaine aux heures toujours perdues, mystique matérialiste, utopiste pessimiste, fataliste optimiste...
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mars 2020

Un pharmacien d'un désert médical condamné pour avoir avancé des médicaments

Je propose que les (im)patients des déserts médicaux et au passage, des hôpitaux débordés, portent plainte contre l’Etat. Lequel est coupable, sans doute possible, mais diligente sans vergogne des valets pour verbaliser les survivants et ceux qui les aident. C’est plus qu’un scandale ! Je cherche un mot…

Emilie Carlie
Enseignante retraitée, écri-vaine aux heures toujours perdues, mystique matérialiste, utopiste pessimiste, fataliste optimiste...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je vis dans une zone dite de désert médical. Pas de guillemets. Les médecins ont pris leur retraite, on en a un qui reste pour excès de serment d’Hippocrate. Il a plus de 75 ans. Il reçoit tout le monde, ce qui fait que quand je veux le voir, je ne peux plus à cause des patients des autres toubibs. Il tient surtout à recevoir les enfants qui ont 39 pour qu’ils ne passent pas la nuit sur la route entre deux petites villes pas si proches, pour finalement ne pas être soignés. La dernière fois que j’ai eu une bronchite, j’ai fini par avaler les antibiotiques et la cortisone qui me restaient à la maison, en espérant que ça marche. Ça a marché, d’ailleurs, cool. (Chut, ne dites rien, l’automédication est très mal vue).

Dernièrement, j’ai pris un rendez-vous pour le renouvellement de mon ordonnance de vieille, pour soigner mon asthme, avoir mon Lévothyrox, tout ça. Ne le répétez à personne, ça relève du secret médical. Un mois et demi d’attente. Well. C’est pas grave, il renouvellera mon ordonnance entre deux patients. Mais non ! Quand j’y suis allée, il était en vacances ! merdalors. J’étais pas prévenue. En plus je passe mon temps à lui dire, Ben tu dois aller au soleil, tu deviens insupportable.

Ce n’est pas grave, le pharmacien est responsable et plein de sollicitude pour ses clients. Mais là, surprise : la préparatrice m’a un peu fait la tête pour m’avancer les médocs. Je me suis demandé si elle avait des problèmes personnels ou si sa santé était mauvaise. Non, vrai, ce n’est pas le genre de la maison. J’étais soucieuse pour elle, mais en même temps un peu énervée : je n’ai rien fait de mal, je suis juste victime des circonstances. En revanche, si je n’ai pas mes médicaments ça ne va pas aller bien.

Trois jours après, je récupère la précieuse ordonnance, remplie avec amour(ou lassitude) par mon médecin préféré et unique et retourne à la pharmacie. Monsieur Pharmacien note avec approbation ma nouvelle coupe (trois jours plus tôt, c’était le style Mowgli) et se propose de me servir. Je lui détaille ce qu’on m’a avancé, patati patata. Voici qu’il m’a dit : j’ai eu un contrôle de la sécurité sociale (oui, j’étais informée), ils ont tout passé au peigne fin, horrible, et on me réclame 39 000 euros. Là j’écris des émoticons : stupéfaction, scandale, horreur, compassion et la suite. Vous les mettrez, s’il vous plait.

Raison motivée du médecin de la SS :

- Vous ne devez pas avancer de médicaments aux patients ! Nous ne relevons aucune irrégularité dans vos facturations, mais cette pratique est prohibée.

-  Mais comment font les patients ?

 – Ils doivent se débrouiller autrement !

-  Autrement ?

 Le médecin chef de la SS a dit à un monsieur de 85 ans qui n’avait plus de médecin qu’il y en avait dans deux villes éloignées respectivement de 86 kms (55 mns de route – avec une voiture) et et 81 kms (1h17, toujours avec une voiture). C’est vrai qu’il peut aussi aller chez Ben, mais il n’a peut-être pas réussi, comme moi… Ben peut bien soigner sans délai les 5700 habitants de la ville plus ceux des campagnes alentour, non ?

Le pharmacien saisit donc le tribunal administratif et ira plus loin. On peut aussi imaginer que les patients dépannés se cotisent pour payer les 39 000 euros (qui leur appartiennent d’ailleurs, en somme, puisque c’est leur sécu et qu’ils ne peuvent plus en profiter ! Il convient sans doute en fait de porter plainte contre l’Etat pour défaut majeur de soins et maltraitance verbale et autre des personnes âgées. (85 ans, quand même !).

Oui, je propose que les (im)patients des déserts médicaux et au passage, des hôpitaux débordés, portent plainte contre l’Etat. Lequel est coupable, sans doute possible, mais diligente sans vergogne des valets pour verbaliser les survivants et ceux qui les aident. C’est plus qu’un scandale ! Je cherche un mot…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu