Emilie Carlie
Enseignante retraitée, écri-vaine aux heures toujours perdues, mystique matérialiste, utopiste pessimiste, fataliste optimiste...
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 janv. 2022

L'inégalité territoriale devant les soins.

La semaine dernière l'émission Cash Investigation portait sur l'inégalité des Français face aux soins. Très intéressant ! Partager mon vécu récent à ce sujet me permettra peut-être de ne pas mourir d'un cancer du trou du cul.

Emilie Carlie
Enseignante retraitée, écri-vaine aux heures toujours perdues, mystique matérialiste, utopiste pessimiste, fataliste optimiste...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La semaine dernière j’ai regardé Cash Investigation. L’émission portait sur l’inégalité des Français face aux soins. Très intéressant ! Nous payons tous les mêmes cotisations mais parfois nous sommes soignés, parfois non, mal, ou peu. J’ai des exemples à livrer, avec quelques pensées (contestataires). Partager mon vécu récent à ce sujet me permettra peut-être de ne pas mourir d’un cancer d’un trou du cul.

J’habite dans un désert médical, après avoir vécu dans une zone que je ne qualifierais pas de surmédicalisée mais quand même c’est luxueux, je parle de Nice. Depuis que je suis dans mon désert, je suis interloquée et je finis par faire comme je ne pensais  jamais faire, laisser tomber (ma dent, par exemple), attendre…

C’est difficile pour les soins ordinaires, mais pour ce qui concerne les soins plus extraordinaires, en fait on trouve. Il suffit de payer !

Première expérience : un implant dentaire. Moyenne de coût national, disons 1500 euros. Ici on me l’a proposée à 3 000, le double. J’ai donc laissé tomber, je m’en passe, finalement, comme je l’ai dit et je n’ai pas envie de laisser des sous dans les poches de ce genre de monsieur (le dentiste était un monsieur, agréable, certainement très compétent, avec un cabinet luxueux. Lieu d’exercice : Moulins). Le problème se repose si une autre dent vient à lâcher, zut. C’est le cas, d’ailleurs, je m’interroge. Et si je descendais me faire soigner à Nice ? Le vrai voyage d’agrément.

Seconde expérience, en cours : j’ai de la cataracte, ça devient compliqué. Oui, je sais, ce sont des maux de vieux, il n’y a qu’à attendre de mourir. Mais on ne s’y résout pas tout à fait comme ça tout de suite. D’ailleurs, pour une occidentale dans le monde actuel je ne suis pas considérée comme très vieille, mais bon, il y a de l’usure. Les yeux c’est plus difficile que les dents.

Mon ophtalmologue (6 mois d’attente) m’envoie à un chirurgien ophtalmologue, à Nevers cette fois. On voit du pays.  Le cabinet est une vraie ruche avec orthoptiste pour faire les examens, une nuée de secrétaires, des salles d’attente bondées de personnes plutôt âgées et malvoyantes, souffrant toutes apparemment de la cataracte. Du fait des examens, nous étions tous là pour environ 2 heures, voire plus et nous avons bavardé gentiment et pris soin les uns des autres. « C’est l’heure de remettre des gouttes, je crois que c’est à vous ». « Combien pour un genou ? -  400 euros – Pour ma hanche, 600 ». « Moi je suis déjà resté ici 4 heures ».

J’étais un peu effarée par les prix et je me demandais déjà quelle serait ma prise en charge pour ces yeux. Etre vieux, ça revient cher, donc ? Je m’étais renseignée sur internet et la prise en charge, à condition que l’opération ait lieu dans un hôpital, est de 100 %. Je ne savais pas du tout si ce médecin qui m’était recommandé opérait dans un hôpital ou non. Mais, a priori, si la consultation a lieu dans un cabinet privé, l’opération a lieu aussi dans le privé, non ? Questionnement, inquiétude. Le sentiment un peu d’être prise en otage.

Je suis enfin reçue par le chirurgien. Rapide, précis, toutes les apparences de la compétence. Super commerçant, en  fait. Il fallait faire le choix de l’implant : la membrane qui allait remplacer ma cornée opaque. « Avec ou sans lunettes ? – Sans lunettes, svp – Pour voir de très près ou pour lire longtemps, il faudra néanmoins des lunettes. Ça représente 10 % du temps. – D’accord, d’accord. Combien ça va me coûter, tout ça ? » Je vois le regard surpris du médecin et trouve cela curieux. Les gens habituellement ne parlent donc pas de sous ? « Vous verrez cela dans les bureaux, on vous donnera un devis. » Ah.

Dépassement : 200 euros par œil pour les implants, 160 euros par œil pour la chirurgie. Bong ! Quand même. Soit 720 euros. Je ne l’avais pas du tout envisagé ainsi. Alors si j’avais pris « avec lunettes », c’était 400 euros de moins, certes. Je peux toujours faire ça, mais ça a un côté pas satisfaisant, sauf pour mon portefeuille.

Je n’ai pas signé l’accord proposé, demandant à réfléchir. De toute façon, je ne pouvais pas le lire, c’était un peu bizarre de demander une signature. Toutes ces gouttes rendaient tout encore plus flou.

J’ai téléphoné à la mutuelle pour savoir combien ils me rembourseraient. Difficile à savoir apparemment. Demandez si le médecin est conventionné ou pas, et quel est le montant remboursé par la sécurité sociale. J’ai rappelé le cabinet : on ne connaissait pas le montant remboursé par la sécu, mais non, le médecin n’est pas conventionné, un peu de gêne dans la voix.

J’ai téléphoné à l’hôpital, pleine d’espoir, car le même médecin y exerce, d’après internet. Eh non. Il y fait de petites opérations, mais le centre hospitalier ne pratique pas l’opération de la cataracte.

Voilà, c’est fini.

 Cette expérience personnelle apparemment me conduit à au moins  deux contestations majeures :

1) Le centre hospitalier.  Voilà un département peuplé pour une grande part de personnes âgées, qui terminent presque toutes dans cette salle d’attente. Et le centre hospitalier ne négocie pas avec le chirurgien qui opère à l’hôpital. Ce professionnel a une grande liberté, il n’est même pas conventionné et se réserve ce qui rapporte. Les ophtalmologues qui travaillent dans le même cabinet font patienter les gens pour leur opération, sans doute pour ne pas trop encombrer la clinique. Pure supposition, sans doute, mais il y a bien une raison. Les gens arrivent quasi aveugles pour la plupart et ne peuvent plus lire depuis très longtemps.

2) Ma mutuelle, une vraie mutuelle, importante, la MGEN, qui se targue de se préoccuper de très près de notre santé et notre bien-être (concept très à la mode, la santé, ce serait déjà bien). Qu’il s’agisse d’un implant dentaire ou ophtalmologique, elle n’a aucune solution de rechange à me proposer. Pas un nom, pas un lieu. Je ne sais pas moi, à Clermond, Dijon,  Lyon, Paris… avec transport et tout. Il est vrai que cela voudrait dire se déplacer beaucoup. Ma mutuelle pourrait aussi décider de s’associer à l’hôpital pour améliorer les prestations, faire pression sur les professionnels, enfin tout ça.  Elle me conseille de négocier. Ma mutuelle n’a aucune idée de ce qu’est un désert médical où tout patient est en fait un client captif. Seule la puissance publique peut faire quelque chose, mais apparemment ce n’est pas son souci, alors que bon, en dé-remboursant carrément les soins non conventionnés, je pense que ça aurait quand même un effet.

Donc je vais peut-être décider vraiment de projeter du tourisme médical dans ma ville d’origine pour me faire implanter des dents et des yeux, je verrai alors si j’ai d’autres idées. Les oreilles, ça va encore à peu près, je crois, mais je devrais peut-être y penser.

Vous aurez compris en lisant, je l’espère, que ce n’est pas seulement parce que je suis radin que je râle. Je trouve cela scandaleux. L’état n’est pas là. Un peu de reconnaissance à l’égard des citoyens du bout du pays serait pas mal. Djamel Debbouze, qui est venu faire au moins un spectacle ici, a dit : « Nevers, c’est la ville la plus loin de France ». Ce n’est pas la seule, apparemment. Les gilets jaunes viennent pour une bonne part des villes loin comme ça et l’essence a encore augmenté. Qu’est-ce  qu’on doit faire ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo