Les riches, ils ont quoi, les riches ?

Et bien, pas que de l'argent...

Les riches et le pacte social

 

Les riches, les nantis, et même sans aller jusqu'à l'ultra-richesse de Liliane Bettancourt, ils n'ont pas que ça, de l'argent, tu sais. Ils n'ont pas que ça...

- Ah bon, alors qu'est-ce qu'ils ont ?

- Ils ont le temps, les riches. Ils ont le temps, c'est ça, et c'est tellement précieux, le temps... Ils ont le temps pour eux, si tu veux...

- Tu crois vraiment ?

- Oui, tout à fait. Les pauvres, eux, ils sont toujours dans l'urgence. Les factures qui s'empilent, le gaz ou le fioul qui augmentent, la toiture qui prend l'eau, l'immeuble qui s'enfonce, les enduits qui suintent le plomb ou l'amiante, la fin de la trêve hivernale et le 115 qui ne répond plus ou la carte de séjour qui vient à échéance, et comment je vais faire ? Ils sont toujours dans l'urgence, les pauvres, ils n'ont jamais le temps pour eux.

- Oui mais, quand même, les riches, ils ont aussi d'autres choses, par exemple une Ferrari ou un sac de chez Vuitton ?

- Évidemment que non, ma chérie, comment peux-tu le penser ? Ce qu'il ont, avant tout et avant toute autre chose, c'est la sécurité. La certitude que les lendemains chanteront, qu'il y a aura toujours de la volaille au fourneau, que les enfants feront des études, que l'on trouvera bien quelqu'un pour remplacer la femme de ménage ou que le marché de l'immobilier reprendra... C'est un mode de vie différent, que tu ne peux pas comprendre...

- D'accord, mais quelles conclusions tu en tires ?

- J'en tire la conclusion qu'il y a a un prix à payer. Que cela s'achète et ça se vend, pour employer leur langage. Que la rançon, c'est le pacte social, si tu préfères. Parce qu'à force de ne laisser que des miettes à tous ceux qui la revendiquent, la sécurité, la Nation se délite et le pacte social s'effiloche. Et que je me demande bien pourquoi on l'a faite, la Révolution, comment on a remercié tous ceux qu'on a envoyés à la boucherie de 1914 et comment ils peuvent désormais, tous ces petits marquis inconsistants, vouloir nous balancer le programme du CNR à la fenêtre, comme ça...

Alors si les cheminots et une partie du Tiers-État la revendiquent, la sécurité, contre l'absence de sacs Vuitton et de la Ferrari, ou alors de la Rolex et des paquets d'actions cotées au CAC 40, et bien figure-toi que cela ne me choque pas du tout.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.