Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

239 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 avr. 2018

Jean-Vincent, François, Paul et les autres

Voilà qui commence à m'énerver, tout de même, cette désacralisation continue de la classe politique et sa descente aux enfers !

Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bon, d'accord, vous me direz, tout le monde s'est déjà bituré un jour, que ce soit à la Kro ou à autre chose.

Mais quand même, c'est bien l'inconscient qui parle, ou alors vous ne pensez pas ?

Qu'un type, même pas à jeun, fasse de la retape à la fille, qu'il se cogne le vigile, qu'il insulte le lumpen-prolétariat en arguant de sa tocardise, puis qu'il se drape dans sa grandeur sénatoriale (déchue) en ajoutant quelques formules racistes... et tout cela dans un bar du VIe arrondissement, moi, j'avoue que ça m'en bouche un coin et pas qu'un peu.

Aurait-il, ce malheureux, vaillamment démoli le portrait du vigile pour sauver la fille des griffes d'un malfrat, roulé dans la farine tous les bandits de grand chemin, écarté d'un revers de main les importuns et les xénophobes, que même vautré dans la fange, à vomir ses dégueulis sur le pavé en éructant liberté, égalité, fraternité, je lui aurais pardonné.

Tandis que là, je me dis que c'est sordide au carré, même pas désopilant et juste désolant.

Parce qu'après le coin bouché, viennent les réminiscences...

Tu fus mon ministre, Jean-Vincent, le ministre de la France... Avec autorité sur moi. Bon, d'accord, on ne se souvient plus bien de quoi tu le fus, ministre, tu n'as pas fait grand-chose et j'ai dû aller faire un tour sur Wikipédia pour m'en assurer, mais rappelle-toi : c'était à la réforme de l’État ! Alors, là !

Alors là, c'est là que les fonctionnaires, petits, grands ou moyens, commencent à se dire...

Et bien, oui, ils commencent à se dire qu'on les prend pour des tocards. Des grands, des petits et des moyens tocards.

Si encore ils pouvaient penser que ce n'est qu'un épiphénomène, un accident de parcours ou un cas isolé, mais non... De plus en plus, ils se disent que c'est une forme d'imprégnation bien culturelle, ce mépris des autres. On peut dire que cela n'a rien à voir, mais entre les premiers de cordée, les costards qu'il faudrait pouvoir se payer et le souvenir des cons qui nous les cassent (les burnes) le climat est devenu délétère, absolument, parce que la lutte des classes est devenue la lutte des castes (toi, pauvre con) et que cela commence à bien faire.

Et ne venez pas me raconter que François, Paul et les autres ont fait pire sous la Ve, la IIIe ou la IVe République ! Je m'en fous, c'est juste pour dire qu'il est vraiment temps de changer !

(Kro c'est trop.)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn