La Défense, by the... Région parisienne ?

Non, on n'est pas à "Manchester by the sea." Une nouvelle, un peu datée, peut-être ? Depuis, les zones de l'antique Carte orange ont été fusionnées, c'est déjà ça. En attendant Godot ou plutôt le Grand Paris...

La Défense...

 

 

ladefense
La Défense, le premier centre d’affaires en Europe. La Défense, the first trade center in Europe. La Défense, el primero…

 

- Oups, j’ai failli me flanquer en l’air sur le panneau, à cause de cette dalle. Tu vois, celle-là, elle est mal cimentée… Tout de même, ça a de la gueule, La Défense, the first trade center in Europe. L’Arche, par exemple, c’est puissant l’Arche, c’est beau. L’année dernière, la stagiaire canadienne, tu sais je t’en ai parlé, eh bien la stagiaire canadienne, elle me dit comme ça : - Tu sais, mes deux fils sont venus, ils ont visité Paris… 

- Oui ?

- Ce sont des ados. Et bien tu sais ce qu’ils ont préféré ?

- Non.

- Et bien, la Défense, figure-toi, ils ont dit cet endroit c’est beau, c’est le plus bel endroit qu’on ait visité à Paris.

- …

- Tu ne me crois pas ? Et bien pourtant, l’autre jour, j’ai regardé un reportage sur la Légion étrangère.

- Et alors ?

- Et alors, on suivait un Ukrainien, tu vois, qui voulait entrer dans la Légion. C’était très dur, vraiment, il y avait des rebondissements, des exercices vraiment difficiles, ardus : marcher pendant des heures, ramper dans la boue avec un fusil, sauter en parachute, mais le gars s’accrochait, il y croyait vraiment. On se demandait s’il y arriverait, et puis, ouf, il y est arrivé… Et à la fin, il invitait sa famille à venir en France, pour fêter son succès, et on le voyait avec sa mère, il lui faisait visiter Paris… Et sa mère, tu vois, c’était un genre de babouchka, une vieille femme toute ridée, qui déambulait dans Paris armée de ses cabas, toute ridée, un fichu sur la tête, elle n’était jamais sortie de sa Sibérie…

- Tu avais dit l’Ukraine.

- Oh, peu importe, en tout cas, elle n’était jamais sortie de son village sous la neige, jamais venue à Paris, et en tout cas, tu sais ce qu’il lui faisait visiter ?

- La Défense ?

- Exactement, la Défense, son esplanade, ses tours, ses buildings… Tu sais que la nuit, c’est illuminé ? C’est magnifique… Pour une Ukrainienne, toute cette modernité, ça doit faire un choc, tu ne cr…

- Attention à la marche…

- Zut, j’ai encore failli tomber, c’est tout de même bizarre cette marche décalée qui devient soudain deux marches, me demande ce que l’architecte avait dans la tête…

- On prend l’escalator ?

- Celui-là ? Ah non, pas celui-là, il est en panne. Ils ont mis un panneau «Hors service jusqu’au 13 septembre ».

- Ah bon ?

- Oui, avant il y avait un panneau « Hors service jusqu’au 10 juillet » mais courant juillet, ils l’ont remplacé par un nouveau panneau. En fait, je crois que ça fait bien un an que je ne l’ai pas vu fonctionner, cet escalator…

- On n’a qu’à prendre celui de gauche, là-bas…

- Si tu veux, mais je ne suis pas certaine qu’il soit dans le bon sens, celui de gauche. En fait, ils ne fonctionnent jamais dans le même sens, ça dépend de celui qui est en panne. Ils mettent celui qui est en panne dans le sens de la descente et celui qui fonctionne dans le sens de la montée, comme ça c’est plus pratique.

- …

- Sauf que ce n’est pas le bon qui est en panne, en ce moment, donc ça fait faire un détour… Non, le mieux, c’est de prendre le souterrain… Ah oui, mais tu n’as pas de carte Orange, ni de coupon trois zones ?

- Non, pourquoi ?

- Parce qu’avec le souterrain, on arrive dans la zone des trains et c’est en zone 3. Ensuite, il faut passer par les portillons du RER pour pouvoir récupérer le métro. Le métro, lui, il est en zone 2.

- …

- Oh, écoute, tant pis, on n’a qu’à passer par l’escalier, ça nous fera de l’exercice. En plus, à cette heure-ci, mieux vaut ne pas passer côté trains. Tu te retrouves à contresens et tu te fais télescoper par toutes les files de gens qui déboulent des autres couloirs… Des files de rats, l’autre jour, il y a une dame qui m’a dit ça : on est des files de rats…

- Ah bon… Ah bon… Et comme ça, l’Arche, ça te plaît ?

- Oh, oui, vraiment. Oui, vraiment. L’Arche c’est bien, c’est beau, c’est puissant, non ?

- Oui, mais pour travailler…

- Ah, pour travailler, d’accord… Bon, pour travailler, je ne dis pas, mais il faut dire que ça n’a pas été fait pour ça, non plus…

- …

- Non, c’est plutôt un ensemble de prestige, tu vois. D’ouest en est, ça fait tout de même une magnifique perspective…

- D’ouest en est, je veux bien, mais avec toutes ces marches, comment tu fais ? Et ta santé?

- Ah non, mais je ne passe jamais par là. Les marches, de toute façon, elles sont d’un sale… Pas tellement en hiver, mais l’été tout le monde s’assied dessus. Comme il y a un Mac’Do juste à côté, ça devient vite répugnant, les canettes qui roulent, les clopes, le ketchup, ça dégouline totalement dégueu… Non, je ne passe jamais par là, je prends le souterrain. Enfin, bon, le matin. Le soir, c’est fermé.

- Ah bon ?

- En tout cas, c’est fermé à l’heure où je sors. Je sors assez tard, tu sais bien, j’ai un poste à responsabilités, un poste de direction, je sors bien après dix-neuf heures et, après dix-neuf heures, c’est fermé. Non, le soir, je descends les marches, ça ne pose pas de problème. Enfin, sauf quand il y a du vent.

- …

- Quand il y a du vent, je reconnais que c’est assez impressionnant, j’ai toujours dans l’idée que je vais m’envoler comme Mary Poppins. L’autre soir, la sécurité nous a même empêchés de sortir.

- Ah bon, et pourquoi ?

- Et bien, par sécurité…

- Ah bon ?

- On annonçait une tempête et il paraît que c’était dangereux.

- Ah bon ? Alors, comment vous avez fait ?

- Et bien, ils nous ont fait passer par les autres souterrains, ceux qui se trouvent sous les bureaux. On est passé par un de ces dédales de tuyaux, je ne te dis pas. On s’est retrouvé à sortir par une petite porte, côté sud, je n’étais jamais passé par là. J’avais un peu peur, car c’est juste au-dessous de la zone condamnée.

- Ah bon ?

- Mais arrête de dire « Ah bon » tout le temps comme ça, maman, c’est énervant à la fin, tu as bien vu que tout le côté sud est entouré d’un grillage… C’est parce qu’il y a des dalles qui se décollent, sur la façade sud, ça fait au moins deux ans, ou même plus d’ailleurs, car quand je suis arrivée, c’était déjà comme ça.

- …

- Mais ne fais pas cette tête, ça ne craint rien, c’est exceptionnel. Habituellement, on peut sortir sans problème… Non, le pire c’est quand il y a de la neige. Mais la neige, ça n’arrive pas souvent non plus, c’est très rare. Quand il neige, au bout d’un moment, ça verglace. Alors ils salent, forcément, mais ils n’arrivent pas toujours à tout saler, alors on glisse… L’année dernière, tu vas rire, on avait fait le pot de la direction sur le toît, là où il y a l’ascenseur, tu vois ?

- Euh, non.

- Si, là où je t’ai dit « Tu vois la file de touristes ? »

- …

- Mais si, tu sais bien, je t’ai même dit, ce n’est pas la peine d’y aller, de toute façon on ne voit rien, il n’y a même pas de vue.

- Il n’y a pas de vue ?

- En tout cas, en ce qui me concerne, je ne l’ai jamais vue, cette vue, c’était toujours fermé. Bon, et bien, on avait fait notre pot là-bas et, au moment de ressortir, vers onze heures du soir, tout était verglacé. Comme j’ai le vertige, en plus, et que j’avais mis des chaussures un peu glissantes, tu vois le topo, impossible de redescendre. J’ai dû avancer centimètre par centimètre, en me tenant au bras d’une collègue.

- Ah, bb… Non, je veux dire, mais, euh, bon, autrement, ça te plaît ton boulot ?

- Ah, mon boulot, oui ça me plaît. Ah, oui, j’ai un poste à responsabilités maintenant, un poste de direction. Oui, pas de problème, mon boulot, non, pas de problème…

- Quand même, moi j’ai l’impression que tu mène une vie bien fatigante. On se disait, l’autre jour, avec ton père, quand même, avec toutes les études qu’elle a faites, se lever si tôt, et tous ces trajets… Et les enfants, tu fais comment avec eux, maintenant que tu es seule ?

- Oh, c’est une question d’organisation. C’est un peu loin, c’est vrai… Sans compter les grèves, mais bon, cette année il n’y en a pas eu. Il y a deux ans, c’était une autre histoire mais cette année, je ne sais pas trop, j’espère qu’il n’y en aura pas… En plus, tu sais, j’ai un poste à responsabilités, moi, un poste de direction : quand il y a une grève, je dois venir coûte que coûte…

- Mais tu es assise, au moins, dans le RER, et ta santé ?

- Assise, assise, faut pas rêver… Tu sais à quel endroit le trafic, exprimé en homme-kilomètre, est le plus dense au monde, je dis bien au monde ?

- La Défense ?

- Non, entre Auber et les Halles, mais c’est pareil. L’autre jour, je ne te dis pas, j’avais pris le métro, pour une fois, on est resté bloqué une demi-heure à cause d’un accident voyageur.

- Un accident voyageur ?

- Ah, mais non, ne t’inquiète pas Maman, un accident voyageur ça ne veut pas dire qu’il y a eu un accident, non, c’est juste qu’il y a des gens qui se suicident, tout le monde sait ça… Bon, mais c’est très rare, c’est exceptionnel. J’avais dû mettre Paul au centre aéré une heure plus tôt, parce que j’avais comité de direction à huit heures…

- Mais, quand même, pourquoi ils te font travailler comme ça ?

- Qui ça, ils ?

- Et bien eux, à ton boulot… Pourquoi tu travailles tant que ça ?

- Ah, non, mais là tu ne comprends pas maman, je ne peux pas dire ils… Non, je ne peux pas dire ils… J’ai un poste à responsabilités, maintenant, un poste de direction, tu comprends… On ne me force pas, comment dire, c’est moi qui décide… Oui, c’est ça, c’est moi qui décide. C’est un choix, alors je ne peux pas dire ils…

-…

- Ou alors, ils c’est moi… C’est ça, ils c’est moi…

- …

- Tu comprends ?

- Non.

- Ah bon.

...

- Pas grave, laisse tomber. On va passer par là, mais regarde bien devant toi... et fais attention au seau.

- Je regarde, je regarde, ne me parle pas comme si je débarquais de ma Sibérie… Au fait, c’est quoi ce seau  en plein milieu du passage?

- Ah, le seau, c’est à cause de la pluie…

- …

- Oui, tu vois bien, il y a une goutte qui tombe du plafond, ça doit venir de la dalle…

- Ah bon, et alors ?

 

- Alors, ils ont mis un seau.

...

 

La Défense, le premier centre d’affaires en Europe. La Défense, the first trade center in Europe. La Défense, el primero…

 


 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.