Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

242 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 janv. 2018

En rire de peur d'être obligée d'en pleurer

Ce que confirme surtout cette tribune publiée dans "Le Monde" est, à l'évidence, que Catherine Deneuve ne prend jamais le métro aux heures de pointe, ne traîne pas non plus Porte de la Chapelle et ne se lève pas tous les matins aux aurores pour aller bosser. Décidons d'en rire !

Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quel choc, tout de même ! J'en étais restée au Manifeste des 343 et j'étais fière d'elle. Je peux admettre qu'une réponse par l'appel à la délation  n'est sans doute pas exempte d'effets pervers, mais de là à nous jeter le bébé avec l'eau du bain en nous renvoyant aux clichés les plus éculés des années 1960 (via une belle collection d'amalgames et de sophismes) pour nous dire la liberté d'importuner, les baisers volés ou l'indulgence nécessaire face à la misère sexuelle qui s'exprimerait dans le métro, quelle régression mes chéries, quel retour en arrière ! On se croirait dans Les Tontons flingueurs, quand la pute éclairée se lance dans une analyse sociologique du féru des maisons closes : l'habitué, le furtif, le puceau et j'en passe, quel folklore à la noix... Et le clou du clou, dont vous-même avez dû vous désolidariser, d'ailleurs, est qu'on pourrait jouir d'un viol ? Comme les pendus du Moyen Age, sans doute, souvent présentés en érection ? Ah bon, les mecs pourraient jouir d'être pendus, et quelles conclusions en tire madame la scientifique de la pornographie reconvertie en thérapeute radiophonique et télévisuelle ? Qu'il faudrait réhabiliter la pendaison ? Bon, n'insistons pas, elle a "fondu en larmes", disent les médias, je compatis. Comme chacun le sait, les filles pleurent souvent.

Entre nous, ce qui m'a le plus énervée est la référence à "nos filles." Ah bon, nos filles ne grandiront plus dans un monde où l'on pourrait leur pincer les fesses ? Quelle désolation, c'est certain. Personnellement, je n'ai pas de fille, juste deux garçons qui n'ont jamais eu l'idée de pincer les fesses de quiconque, quel échec, mais si j'avais une fille, ma préoccupation serait plutôt de la préserver des deux modèles en vogue célébrés à n'en plus finir : d'un côté, la mannequin anorexique (genre squelette amorphe mais bien vêtu), de l'autre la bimbo peroxydée, celle qui se fait refaire les seins, les fesses et regonfler les lèvres pour être plus "sexy", le mot magique véhiculé par Gala, Voici et Les Reines du shopping. Magnifique, sans doute, mais quid de l'intelligence et du charme ? Que pèseront-ils face à la pulsion sexuelle "par nature offensive et sauvage", comme nous la décrivent si joliment nos chères pétitionnaires ? En passant, je note une confusion entre sexe et sexualité qui me pose problème, que madame Robbe-Grillet et madame Deneuve m'excusent.

Et ce n'est pas la seule confusion. J'admets que je ne suis pas toujours objective et que ma faiblesse vis-à-vis de Dustin Hoffmann, par exemple, m'incite à ne pas trop m'attarder sur le fait que, peut-être, il aurait eu le tort de s'en prendre au genou d'une stagiaire il y a presque trente ans, mais que l'on ne me dise pas pour autant qu'un maire, investi de l'autorité publique, pourrait  tranquillement masser les pieds de ses collaboratrices aux heures de bureau sans que l'on s'en inquiète. La justice décidera s'il y a eu viol ou harcèlement mais, pour le reste, soyons sérieux, c'est du grand n'importe quoi, une atteinte à un principe de base qui s'appelle la déontologie et un absurde mélange des genres, contraire à toutes les règles du management.

- Ah ben, tu vois, quand j'étais à Draveil, le maire, y nous faisait des massages plantaires de réflexologie !
- Et le contribuable le payait pour ça, le bougre ?

Pour conclure, je leur en veux d'avoir négligé, passé sous silence, délibérément écarté le cœur du sujet : la sujétion, le lien de subordination, la dépendance, l'incapacité à se faire entendre. Quand tu es Catherine Deneuve, on t'écoute. Quand tu es dans un rapport d'égalité avec un collègue de travail, peu importe qu'il te dise "Bonjour ma petite poulette" ou qu'il te pince les fesses, parce que tu peux décider d'en rire ou de lui répondre "Mon coco, si tu recommences, je t'en colle une et tu n'y reviendras pas" mais quand il s'agit de ton patron, qu'il le fait tous les jours et que tu es caissière à temps partiel payée à 50% du SMIC, que tu n'as jamais lu Sollers ou Robbe-Grillet, ni parfaitement compris Deneuve dans Belle de jour, c'est une autre histoire. Et cela dépend de l'âge, aussi. Comme j'ai plus de cinquante ans, la dernière fois qu'un type, par ailleurs président de je ne sais plus quelle institution, m'a longuement caressée, par inadvertance et de sa main baladeuse (comme le diraient sans doute les adeptes du folklore franchouillard précité) j'avoue très franchement que je me suis gondolée : Ah bon, je suis encore comestible ? Plus jeune et dans un autre contexte, j'en aurais pleuré d'humiliation.

Ce n'est pas un indice de la fracture du féminisme, cette tribune, ni l'opposition entre deux cultures, celle de la pseudo galanterie à la française contre le puritanisme anglo-saxon, la bonne blague ! C'est un signe de la fracture sociale. Que les dames qui l'ont signée, ces soi-disant icônes, soient renvoyées à leur entre-soi de soyeux salons.

Gisèle, réveille-toi, mes bas-résille ont filé !

---------------------------------------------

AOC : https://blogs.mediapart.fr/emma-rougegorge/blog/270518/miscellaneous

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement