Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 mars 2021

Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

1- Le roman pornographique et autres histoires

1- Les fruits d'or. "L’autre histoire à laquelle elle avait pensé, pour intéresser le lecteur, c’est l’histoire du roman pornographique. Celui-là, personne ne l’avait jamais lu..."

Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tout le monde est emballé par Les Fruits d'Or, à ce qu'il paraît...
J'ai un peu lu le bouquin...
Eh bien, je ne sais pas si vous êtes de mon avis... mais moi je trouve ça faible.
Je crois que ça ne vaut absolument rien...
Mais rien, hein ? Zéro. Non ? V
ous n'êtes pas d'accord ?

Nathalie Sarraute, Les Fruits d'Or, 1973

L’autre histoire à laquelle elle avait pensé, pour intéresser le lecteur, c’est l’histoire du roman pornographique. Celui-là, personne ne l’avait jamais lu, même pas ses meilleures copines, encore que je les soupçonne, mine de rien, d’en avoir considéré la possibilité avec une certaine gourmandise. Ce n’est quand même pas si souvent que quelqu’un (quand je dis quelqu’un, c’est simplement une personne que vous connaissez) vous dit qu’il ou elle vient d’écrire un roman pornographique et que, peut-être, un jour vous en aurez la primeur. Ce n’est pas un truc auquel on peut réagir facilement, en disant, par exemple : « Ah bon ? » ou alors : « Tu m’en diras tant ! », tout en se retenant de s’exclamer : « Mince, j’en salive d’avance et j’espère bien que tu me permettras sans tarder d’aller me vautrer dans la boue voluptueuse de tes fantasmes les plus débridés.» Sinon que personne n’avait osé s’exclamer de la sorte et qu’elle ne l’avait fait lire à personne, ce roman qui existe. Sauf, sans doute, au professeur de philosophie du siècle dernier, mais le professeur de philosophie du siècle dernier, il faut reconnaître que c’est encore une autre histoire, une de celle qu’on ne peut pas non plus dévoiler ou tout au moins pas encore. Il avait dit : "Il n'y a rien là, ma chère, dont vous pourriez avoir à rougir", mais là-dessus (ou là-dessous), je ne suis pas certaine qu'on puisse lui faire confiance, ni le considérer comme un maître, car il est vraiment d'une autre époque.

Alors, flop. Si l’on y réfléchit bien, il est totalement impossible que je puisse un jour publier (sur Médiapart ou sur n’importe quel canard un tant soit peu évolué) quelque chose qui ressemblerait à un roman pornographique, même sous pseudonyme. À ce stade, d’ailleurs, voilà qui nous permet déjà d’éclairer un peu la notion de pseudonyme, dans sa grande ambivalence, et de relativiser ce que je lis si souvent, à savoir qu’un pseudonyme vous permettrait d’écrire n’importe quoi et de lâcher la bride, comme un petit clébard ou un rat visqueux décérébré. C’est peut-être vrai de certains, dont la configuration du cerveau ou de l’absence de cerveau m’échappe, mais en ce qui me concerne, tant que le pseudonyme était juste un truc qui me permettait d’écrire sans qu’on me reconnaisse, c’était tranquille et je pouvais écrire tout ce que je voulais (ou en partie tout ce que je voulais, parce que j’ai quand même un surmoi ou un genre d’éthique). Maintenant qu’il est devenu moi, ce pseudonyme, c’est-à-dire celui de quelqu’un qui existe et qui commence à avoir des relations ou des ami(e)s à lui (le pseudonyme), indépendamment de son existence réelle (à elle), il est tout aussi impensable que je publie des cochonneries sous mon pseudonyme que des fantaisies inconsidérées sous mon vrai nom. Bon, mais vous voyez bien maintenant que c’est une impasse : je ne vais tout de même pas prendre un autre pseudonyme pour ne pas gâcher mon pseudonyme du début ou je finirai par tenir tellement de fils de destins entre mes mains que je ne m’y retrouverai plus.

Donc, vous voyez bien qu’on est bloqué, désolée.

Ou alors…

Non.

Quoique…

Une idée qui me vient, ce serait peut-être que je ne le publierai pas, ce roman, mais qu’on pourrait en parler. En dire des choses, en disserter un brin...

Qu’est-ce que vous en pensez ?

Non, mais dites-le franchement, sinon j’abandonne.

Ou alors, si vous insistez, je vais aller le chercher, le sortir du placard, ce roman, puis je vous en lirai des extraits édulcorés et on en parlera. On parlera de la possibilité ou de la certitude qu'il existe, ou alors de l'air du temps. En revanche, il va falloir m’aider à en parler, en édulcorant, sinon ça ne va jamais marcher, on va se faire censurer direct.

Allez, si l'inspiration ne m'abandonne pas, on commence la semaine prochaine.

À suivre

https://blogs.mediapart.fr/emma-rougegorge/blog/230321/le-roman-pornographique-et-autres-histoires-2

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro, dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent
En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.
par Elisa Perrigueur, Jessica Bateman et Vladimir Karaj
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa