Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 mars 2021

Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

1- Le roman pornographique et autres histoires

1- Les fruits d'or. "L’autre histoire à laquelle elle avait pensé, pour intéresser le lecteur, c’est l’histoire du roman pornographique. Celui-là, personne ne l’avait jamais lu..."

Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tout le monde est emballé par Les Fruits d'Or, à ce qu'il paraît...
J'ai un peu lu le bouquin...
Eh bien, je ne sais pas si vous êtes de mon avis... mais moi je trouve ça faible.
Je crois que ça ne vaut absolument rien...
Mais rien, hein ? Zéro. Non ? V
ous n'êtes pas d'accord ?

Nathalie Sarraute, Les Fruits d'Or, 1973

L’autre histoire à laquelle elle avait pensé, pour intéresser le lecteur, c’est l’histoire du roman pornographique. Celui-là, personne ne l’avait jamais lu, même pas ses meilleures copines, encore que je les soupçonne, mine de rien, d’en avoir considéré la possibilité avec une certaine gourmandise. Ce n’est quand même pas si souvent que quelqu’un (quand je dis quelqu’un, c’est simplement une personne que vous connaissez) vous dit qu’il ou elle vient d’écrire un roman pornographique et que, peut-être, un jour vous en aurez la primeur. Ce n’est pas un truc auquel on peut réagir facilement, en disant, par exemple : « Ah bon ? » ou alors : « Tu m’en diras tant ! », tout en se retenant de s’exclamer : « Mince, j’en salive d’avance et j’espère bien que tu me permettras sans tarder d’aller me vautrer dans la boue voluptueuse de tes fantasmes les plus débridés.» Sinon que personne n’avait osé s’exclamer de la sorte et qu’elle ne l’avait fait lire à personne, ce roman qui existe. Sauf, sans doute, au professeur de philosophie du siècle dernier, mais le professeur de philosophie du siècle dernier, il faut reconnaître que c’est encore une autre histoire, une de celle qu’on ne peut pas non plus dévoiler ou tout au moins pas encore. Il avait dit : "Il n'y a rien là, ma chère, dont vous pourriez avoir à rougir", mais là-dessus (ou là-dessous), je ne suis pas certaine qu'on puisse lui faire confiance, ni le considérer comme un maître, car il est vraiment d'une autre époque.

Alors, flop. Si l’on y réfléchit bien, il est totalement impossible que je puisse un jour publier (sur Médiapart ou sur n’importe quel canard un tant soit peu évolué) quelque chose qui ressemblerait à un roman pornographique, même sous pseudonyme. À ce stade, d’ailleurs, voilà qui nous permet déjà d’éclairer un peu la notion de pseudonyme, dans sa grande ambivalence, et de relativiser ce que je lis si souvent, à savoir qu’un pseudonyme vous permettrait d’écrire n’importe quoi et de lâcher la bride, comme un petit clébard ou un rat visqueux décérébré. C’est peut-être vrai de certains, dont la configuration du cerveau ou de l’absence de cerveau m’échappe, mais en ce qui me concerne, tant que le pseudonyme était juste un truc qui me permettait d’écrire sans qu’on me reconnaisse, c’était tranquille et je pouvais écrire tout ce que je voulais (ou en partie tout ce que je voulais, parce que j’ai quand même un surmoi ou un genre d’éthique). Maintenant qu’il est devenu moi, ce pseudonyme, c’est-à-dire celui de quelqu’un qui existe et qui commence à avoir des relations ou des ami(e)s à lui (le pseudonyme), indépendamment de son existence réelle (à elle), il est tout aussi impensable que je publie des cochonneries sous mon pseudonyme que des fantaisies inconsidérées sous mon vrai nom. Bon, mais vous voyez bien maintenant que c’est une impasse : je ne vais tout de même pas prendre un autre pseudonyme pour ne pas gâcher mon pseudonyme du début ou je finirai par tenir tellement de fils de destins entre mes mains que je ne m’y retrouverai plus.

Donc, vous voyez bien qu’on est bloqué, désolée.

Ou alors…

Non.

Quoique…

Une idée qui me vient, ce serait peut-être que je ne le publierai pas, ce roman, mais qu’on pourrait en parler. En dire des choses, en disserter un brin...

Qu’est-ce que vous en pensez ?

Non, mais dites-le franchement, sinon j’abandonne.

Ou alors, si vous insistez, je vais aller le chercher, le sortir du placard, ce roman, puis je vous en lirai des extraits édulcorés et on en parlera. On parlera de la possibilité ou de la certitude qu'il existe, ou alors de l'air du temps. En revanche, il va falloir m’aider à en parler, en édulcorant, sinon ça ne va jamais marcher, on va se faire censurer direct.

Allez, si l'inspiration ne m'abandonne pas, on commence la semaine prochaine.

À suivre

https://blogs.mediapart.fr/emma-rougegorge/blog/230321/le-roman-pornographique-et-autres-histoires-2

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB