Laurent Wauquiez, dis-moi, ça coûte combien, un vrai prof ?

Allez, disons le "nec plus ultra", un agrégé en fin de carrière, hors échelle lettre et prof en prépa ? 3700 par mois, c'est ça ? Sans compter les zakouski genre professeur principal et les corrections de copies de concours ? Bon, ce n'est déjà pas mal... Mais un cours à l'EM de Lyon ? J'ai lu 1900, mais 1900 de quoi ? De l'heure, ou pas ?

Oui, tu me diras que tu as fait l’ENA et que patati, patata…

Je ne vais pas te le reprocher, Laurent, je suis pour les concours administratifs et contre le salaire au mérite. Pourquoi ? Et bien parce que le salaire au mérite, quand on n’augmente plus le point de la fonction publique et que l’on taille dans les dépenses de personnel, c’est en vase clos, le salaire au mérite, et cela devient le salaire au copinage ou à la connivence ! Et que si nous l’avons bâti comme ça, notre fonction publique de l’après-guerre, grâce en partie au programme du CNR et avec le corollaire du statut général, c’est aussi pour éviter que la France ne devienne jamais le royaume du bakchich, il ne faut pas l’oublier. C’est d’ailleurs pour cela que les fonctionnaires des impôts sont (en moyenne) payés plus que les autres : pour que l’on n’en arrive pas à ce qui est arrivé à la Grèce, avec ses budgets fantômes et ses dépenses cachées, il ne faut pas l’oublier non plus.

En passant, prends-en de la graine, mon petit Darmanin ! C’était pour éviter le monnayage et le retour au Moyen Age (au temps des prébendes, de la dîme et du droit de cuissage.)

Bon, alors venons-en aux faits (présumés, présumés, je ne suis pas complètement fêlée.) Le cours sur… comment déjà ? Problèmes sociaux ? Ah, non, enjeux de société...

Sur un sujet pareil, la plupart de mes copains profs, ils bossent, tout de même ! Ils lisent des trucs, ils vont à la bibliothèque, ils construisent des bibliographies… Je t’assure qu’ils ne couchent pas seulement trois lignes dans le TGV, tout en sirotant un gin coca, je te l'assure, mon Laurent !

Qu’est-ce que tu as dit, là-bas, en définitive ?

Et bien, je vais te le dire : la même chose que tonton Roger pour le repas de leurs noces d’or, avec Tata Jeannie. Y’avait la fanfare, et c’était rudement chouette :

- Ah, là, là, mais alors, la Pécresse, je ne peux pas la blairer… D’ailleurs, je l’ai toujours appelée Valérie Pétasse, je ne t’ai pas dit ?

- Hi, Hi, reprends donc un coup de gnôle Roger ! C’est du bon, c’est du bon !

- Et le Darmanin, l’a tiré son coup, le gone, et pour moins cher que le Mitt’rrand, vu que le Mitt’rand, on le surnommait « bite d’acier », par chez nous, tu le savais, ça ?

- Non, mais la grosse Merckel, alors là, comme le disait la tante Léonie, encore une que les Boches n’auront pas…

 

Là, je vais arrêter, parce qu’à la fin, ça va faire « poujadiste » et que je vais me faire étriller sur les réseaux sociaux… Ils auront raison, pour une fois, alors autant faire court.

Mais quand même, ça valait tant que ça, ces deux heures de cours ?

Et toi, MDP, investigue un peu, ça valait combien ?

Ce cours magistral du chef de Les Républicains.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.