Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 avr. 2021

Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

6- Le déclin de l'Empire (2)

Qu'est-ce qu'il a pu nous bassiner avec Freud...

Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Elle allait le revoir, à Marseille, car il avait quitté la capitale des Gaules pour un climat plus méridional. Comme la femme qu’elle avait fantasmée pendant des années, parce qu’il se murmurait que le prof de philo vivait en ménage à trois, avec deux femmes, dont l’une était asiatique et l’autre une de ses anciennes élèves. Et qu’elle en avait même parlé à une fille rencontrée dans le TGV Paris-Lyon Perrache, arrêt à la Part-Dieu, qui peut croire ça ? La fille assise juste à côté d’elle dans le TGV était sortie de la même Terminale, quelques années avant Nelly, et elle le connaissait aussi. Et, comme Nelly, elle en avait retenu la même histoire, rien à voir avec Platon…

– Vous savez, j’ai longtemps cru qu’il était homosexuel.
– Impossible, il m’a dit un jour qu’il s’était fait faire une vasectomie. On ne se fait pas faire une vasectomie quand on est homosexuel…
– Et pourquoi ?
– Pourquoi les homosexuels ne se font pas faire de vasectomies ?
– Non, pourquoi une vasectomie ?
– Par refus de l’enfant, forcément !
– Oui, mais pourquoi ?
– À cause de la société et de sa logique épicière, je crois, c’est ce qu’il avait dit mais moi, à mon avis, les rapports avec son père n’étaient pas clairs…
– Le surmoi ?
– Oui, c’est ça, le surmoi. Œdipe, Hamlet et leur rapport avec l’inconscient, qu’est-ce qu’il a pu nous bassiner avec Freud…
– Oh, beaucoup moins qu’avec Fourier, à mon avis… Et ne parlons pas de Duvert et de tous les autres piqués… J’ai retrouvé l’autre jour un bouquin de lui qui se termine par un viol sur cadavre, j’avoue que j’en suis restée coite, est-ce que j’avais vraiment lu ça, à l’époque ? Genet, je ne dis pas, ça ne m’a jamais trop branchée, mais c’est quand même plus…
– Et la femme, vous la connaissez ?
– Non, mais je sais d’où elle sortait, parce que moi aussi. Un petit village dans une cluse du Jura, Saint-Robert des Bois… On nous appelait « les Indochinoises », là-bas…
– Pas possible, quelle coïncidence, c’est fou ! La maison de ma grand-mère… elle habitait juste à côté de l’église, dans la grand-rue. Et, oui, en sortant de la messe, on les croisait parfois et ma grand-mère disait : « Ce sont les petites Indochinoises ! »
– Oui, eh ben, c’étaient nous. Et votre grand-mère, ce ne serait pas la dame de l‘école commerciale ?
– Oui, comment vous l’avez deviné ?
– Je ne sais pas, mais votre grand-mère, elle n’était pas toujours très tendre…
– Oh, si, elle était tendre, ma grand-mère. Elle avait le langage et les préjugés des années trente et de la guerre, bien entendu, elle disait « les Nègres » ou « les Boches » mais elle était très tendre. Enfin, d’une tendresse qui avait connu deux guerres, alors forcément…
– C’est vrai, en tous les cas, elle l’était plus que les bonnes-sœurs…
– Ça, je veux bien vous croire. Ma mère est également allée en pension chez les sœurs et ça ne rigolait pas… Comme mon grand-père était coiffeur, il lui faisait des indéfrisables et dès qu’elle revenait à la pension, avec son indéfrisable, les vieilles pies annonçaient : « Alerte aux poux, passage au peigne fin pour tout le monde ! ».
– Nous, on n’avait pas de problème d’indéfrisable, c’est déjà ça, on était toutes très lisses, avec les cheveux en rideau ou en nattes, mais je vous assure que c’était bien pire, des années à l’oublier… Et pour en revenir à Jacques, vous savez ce qu’il est devenu, vous l’avez revu ?
– Non.
– Moi, je sais qu’il a demandé sa mutation pour Marseille et qu’il vit là-bas.
– Ah, ça ne lui va pas du tout, Marseille.
– Si, si, le soleil, la planche et les vagues, souvenez-vous…

En ce temps-là on appelait « à la maison », pas avec un smartphone, et en conséquence on tombait sur maman. Quelquefois, ça déclenchait des scènes, parce que les copains de la khâgne étaient tous des hurluberlus dont les qualités d’expression pouvaient sembler… euh, déplacées. Au commun des mortels ou des mortelles, en tous les cas :

– Qui c’est, ce Henri-Paul ou je ne sais quoi ? Complètement siphonné, ce gars-là, d’une grossièreté invraisemblable ! Il me demande si tu es là, je réponds non, et tu sais ce qu’il me sort ? Il me dit : « Enfer et damnation ! ». Enfer et damnation, elle n’est pas là, j’avais un message urgent à lui dépêcher, et voilà qu’il entreprend de me faire la conversation, mais sur un ton, et avec des citations, n’importe quoi !! Les champs de ma dorure ou je ne sais quoi, un vrai charabia… Je ne sais pas ce que tu as raconté à tes amis sur moi, mais ce doit être joli, pour qu’ils me répondent comme ça ! Pour qui me prennent-ils, pour la bonne ? Et toi, tu es vraiment…
– Mais, non, maman, il parle à tout le monde comme ça, Henri-Paul, à tout le monde… Parfois, ça passe, avec les parents ou le libraire, certains le trouvent même génial, d’autres fois non…
– Eh bien, moi, je ne le trouve pas génial.
– J’avais remarqué, mais je n’y suis pour rien, crois-moi.

Jacques s’y était mieux pris. Il était son professeur de philosophie de l’année de Terminale, lui avait-il dit, et maintenant qu’elle était en hypokhâgne, sa fille, et d’ailleurs madame, je vous félicite, c’était une élève très brillante, concentrée, intelligente (et vas-y que je te passe de la pommade à ma mère) et que donc, il souhaitait prendre des nouvelles. Si elle n’y voyait pas d’inconvénient, il passerait la chercher, un samedi après-midi ou alors un vendredi pendant les vacances…

Nelly ne savait pas trop quoi en penser, de cette proposition, mais après tout… Non, elle ne savait pas trop quoi en penser, de la proposition comme du prof… Il avait, voyons, trente-deux ans quand elle en avait dix-sept, à cette époque, mais il n’avait pas l’air de réaliser qu’il était vieux. Et surtout, maniaque… Le genre de prof méthodique, qui classe toutes les fiches des élèves avec beaucoup de minutie et qui les conserve pendant plus de quarante ans, et même, toute la vie. Comme on le verrait plus tard, c’est comme ça qu’il avait réussi à la retrouver, en plein vingt-et-unième siècle.

À suivre…

https://blogs.mediapart.fr/emma-rougegorge/blog/260421/le-declin-de-lempire-3

Retour au sommaire

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal
Corruption : le géant Airbus accepte de nouveau de payer pour éviter des procès
Affaire Sarkozy-Kadhafi, Kazakhgate : le groupe d’aéronautique échappe à toute poursuite grâce au paiement d’une amende de 15,8 millions d’euros, selon un accord trouvé avec le Parquet national financier. Des associations anticorruption dénoncent les abus de la justice négociée à la française.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm