Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

242 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 nov. 2021

La solitude du dragueur lourd...

Comme je suis toujours avide de conseils judicieux à donner aux jeunes générations, juste après l’émission d’Envoyé spécial consacrée aux tribulations de Nicolas Hulot...

Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La solitude du dragueur lourd…

Comme je suis toujours avide de conseils judicieux à donner aux jeunes générations, juste après l’émission d’Envoyé spécial consacrée aux tribulations de Nicola Hulot en Corse, à Paris, à Moscou, dans des lieux divers et dans un certain nombre de véhicules motorisés (mais sans le parachute, les bouteilles de plongée et la cohorte d’hélicoptères du temps d’Ushuaia), j’ai eu la curiosité d’aller voir ce que donnaient les commentaires sur les réseaux sociaux, pas longtemps, mais suffisamment pour mon édification. Et je n’ai pas été déçue.

– Alors, le gars, il essaye, elle dit non, finalement il n’insiste pas et elle trouve que c’est une agression sexuelle ? Ben alors, elle aurait pu porter plainte parce qu’il lui aurait frôlé le poignet sans le faire exprès, aussi ?
– Ah, ah, MDR.

Ben oui, et d’ailleurs, on l’avait déjà dit au moment de l’affaire DSK, il n’y avait même pas mort d’homme et il était détendu en sortant de l’ascenseur. En plus de ça, un succès, ce gars-là, un pouvoir de séduction… Comme pour Baupin, parfois un peu lourd, certes, mais on ne dira jamais assez combien la drague lourde est un grand bonheur pour celles qui en sont l’objet. Surtout quand tu es très jeune et que tous ces hommes d’âge mûr te font l’insigne honneur de s’intéresser à toi. Et inutile d’aller raconter que tu étais tétanisée, personne ne te croira : il y en a cinquante qui attendent derrière la porte, parce qu’elles en rêvent ! C’est ça, la vérité, on en rêve toutes, de se faire embrasser par surprise et sans sommation par un vieux type célèbre… Il suffit d’aller visionner tout ce que la terre compte de films pornos pour savoir que c’est la vraie vérité. Après, on y repense parfois pendant des années mais c’est juste parce qu’on est des hystériques, fragiles du cerveau, exactement comme au dix-neuvième siècle.

Je suis donc allée trouver ma nièce, toute jolie, toute mignonne, à peine dix-huit ans et qui voudrait faire un stage dans la communication. Un peu frêle, un peu fluette, à mon avis. Timide, quoi.

– En tous les cas, n’oublie pas, Amélie, si ton directeur de stage ou ton patron essaye de t’embrasser par surprise, pareil s’il entreprend de te faire tâter son bazar, tu dis non et tu lui défonces la gueule. Sinon, ce sera du consentement et tu ne viendras pas te plaindre quarante ans plus tard. Tu l’auras bien mérité.
– Oui, Tatan. Mais, euh, ça se fait souvent, ce genre de trucs ?
– Quoi ?
– Ben, ce que tu dis.
– Qu’un type que tu connais à peine t’embrasse pour savoir si tu es d’accord ou qu’il te propose une fellation pour savoir si ça te plaît ?
– Par exemple.
– Oui tout à fait, mais l’important est de bien montrer tout de suite que tu n’es pas d’accord et je reconnais que ça demande un peu d’expérience. Par exemple, s’il essaye de t’embrasser, c’est de la drague lourde, mais s’il entreprend de te mettre son bingala entre les pattes, c’est de la drague lourde vraiment lourde. Peut-être même une agression sexuelle mais tant que les tribunaux ne se seront pas prononcés, et dans le respect de la présomption d’innocence, on ne le saura jamais. En revanche, s’il s’efface en sortant de l‘ascenseur tout en te frôlant les fesses, c’est juste de la galanterie à la française.
– Alors je fais comment, pour savoir si je lui défonce la gueule tout de suite ? Si c’est d’abord de la galanterie à la française, ensuite de la drague lourde et enfin de la drague lourde vraiment lourde ? Et, en plus, si c’est mon patron, ça ne va pas être bon pour ma note de stage ?
– Faudrait déjà que tu y arrives, ma chérie, à lui défoncer la gueule. En tous les cas, je t’aurai prévenue. Dans le doute, tu peux toujours essayer la tarte, la gifle ou la crise de nerf.
– Mais qu’est-ce qui va lui arriver, après, au dragueur lourd ?
– Cela dépend de son degré de notoriété. S’il a encore des supers-pouvoirs, qu’il est bien entouré, bien introduit dans les milieux qui comptent, comme le conseil des ministres, il ne se passera rien et tu seras virée. S’il est déjà en voie de relégation et qu’il ne compte plus tant que ça, il est foutu et il viendra pleurer dans les médias, pour dire que la drague lourde ça permettait de belles rencontres sans lendemain dont il garde un souvenir approximatif, qu’il est anéanti, que sa famille, que l’œuvre de sa vie, et personne ne le croira.
– Comme moi au départ, alors ?
– Oui, tout à fait.
– Le pauvre !
– Comment ça, le pauvre, bon débarras, tu veux dire ?
– Non, mais, quand même, le tribunal médiatique…
– Le tribunal médiatique, il a bon dos, parce que tous ces gens-là ont bien construit leur notoriété à travers le cirque médiatique, sans rechigner, et qu’à ce moment-là, ça ne leur posait aucun problème, la médiatisation. Alors la solitude du dragueur lourd au moment où le boomerang lui revient dans la figure, je crois que je n’en ai vraiment rien à cirer.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par Fred Sochard