Emmanuel Daoud
Avocat
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juin 2017

Emmanuel Daoud
Avocat
Abonné·e de Mediapart

La France «En Marche» vers un État policier...

L'avant-projet de loi renforçant la lutte contre le terrorisme et la sécurité - qui sera examiné par le Conseil des ministres, en principe, ce 21 juin - consacre la banalisation de l'état d'urgence dans le droit commun: en définitive, il s'agit de sortir de l'état d'exception... en faisant de l'exception la norme.

Emmanuel Daoud
Avocat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'avant-projet de loi renforçant la lutte contre le terrorisme et la sécurité - qui sera examiné par le Conseil des ministres, en principe, ce 21 juin - consacre la banalisation de l'état d'urgence dans le droit commun: en définitive, il s'agit de sortir de l'état d'exception... en faisant de l'exception la norme.

Plus précisément, certains commentateurs considèrent que ce n'est pas l'état d'urgence qui est banalisé, mais le terrorisme. En effet, faute d'éradiquer le terrorisme, celui-ci aurait perdu son caractère exceptionnel au rythme des attentats qui ont frappé et endeuillé notre pays. Il faudrait considérer dorénavant que ce phénomène mondial menace de manière permanente la vie de tous les Français. La répression ne suffirait plus et il faudrait développer un régime de prévention - reposant philosophiquement sur le principe de précaution et l'objectif du risque zéro-  pour rassurer nos concitoyens et l'opinion publique.

Ainsi, alors que la fin de l'état d'urgence s'imposait comme le rappelait depuis des mois le Conseil d'Etat , le Gouvernement - faute de courage politique- a cédé d'une part, à la surenchère sécuritaire et d'autre part, à l'émotion suscitée par les attentats de Manchester et de Londres. Pour répondre aux attentes et aux peurs supposées de nos concitoyens, le pouvoir exécutif propose, en définitive, la création d’une police spéciale du terrorisme. Cette police administrative exclut l'autorité judiciaire et porte atteinte à nos principes fondamentaux, au premier rang desquels ceux de la séparation des pouvoirs et de la protection des libertés publiques et individuelles.

On en veut pour meilleure preuve les trois exemples suivants, parmi tant d'autres:

1) L'avant -projet permet des atteintes à la circulation visant des individus nommément désignés. Est ainsi visée "la personne à l'égard de laquelle il existe des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace d'une particulière gravité pour la sécurité et l'ordre publics.

Il y est fait référence notamment  à un comportement qui consisterait à " soutenir ou adhérer à des thèses incitant à la commission d'actes de terrorisme...

 Quelle forme devra prendre ce soutien ou cette adhésion? On n'en sait rien. L'appréciation de ce comportement litigieux relèvera-t-il des seules - et fameuses - notes blanches des services abondamment utilisées depuis 2015 pour justifier perquisitions administratives ou assignations à résidence et très souvent de façon arbitraire? Le port de la barbe ou d'un vêtement religieux sera-t-il considéré comme un indice de faible intensité suffisant pour craindre une radicalisation de la personne dénoncée ou surveillée? Tous les musulmans de notre pays sont-ils des suspects potentiels?

Ces suspects pourront se voir imposer une assignation à résidence qui entre désormais dans l'arsenal législatif de droit commun. La condition de la condamnation pénale préalable disparaît, le Ministre de l'Intérieur ou les préfets décideront de cette assignation qui pourra s'accompagner d'un dispositif de surveillance électronique ( bracelet électronique). Le Gouvernement s'apprête ainsi à créer une catégorie de citoyens de seconde zone sur la base du soupçon et non de constats objectifs, citoyens privés de leur liberté d'aller et venir, ostracisés dans leur vie quotidienne.

2) Notre espace de vie privée peut potentiellement se réduire à peau de chagrin si nous sommes soupçonnés. En effet, il est prévu de contraindre la personne assignée à résidence " à déclarer ses identifiants de tout moyen de communication électronique" .

Il s'agit d'une véritable atteinte au droit de se taire, de ne pas s'auto-incriminer et enfin à la présomption d'innocence. À cet égard, le fait que nous soyons dans un cadre administratif et non pénal, devrait au contraire inciter le Gouvernement à être encore plus attentif au respect de ces droits. C'est l'inverse qui s'est produit sous la houlette du Ministère de l'Intérieur. Ainsi l'on optimise les perquisitions administratives sous couvert de la bénédiction du préfet et de la seule information -et non autorisation - du Procureur de la République, pourquoi s'embarrasser du contrôle et de l'autorisation a priori  du juge judiciaire?

3) L'avant-projet de loi litigieux sacrifie le pouvoir judiciaire au profit du pouvoir exécutif. En perpétuant dans le droit commun, la tradition de méfiance à l'égard de l'autorité judiciaire telle qu'elle était inscrite dans les gènes de l'état d'urgence, le Gouvernement bouleverse nos équilibres institutionnels et sape les fondements de notre démocratie. Ce texte s'inscrit non seulement à rebours de nos traditions historiques, politiques et philosophiques, mais aussi de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme.

L'article 66 de la Constitution qui énonce que le juge judiciaire est "gardien de la liberté individuelle"  est écarté d'un revers de main!

Seul le Conseil d'Etat aura vocation à contrôler a posteriori  cette police administrative aux pouvoirs de plus en plus exorbitants.

Face à la sidération des politiques devant le phénomène terroriste, la seule réponse peut-elle être sécuritaire ? Doit-on abandonner nos traditions, les valeurs de la République, le respect de nos principes sur l'autel de la sécurité? 

Comment ne pas voir que cette dérive autoritaire du nouveau pouvoir renforce la menace terroriste ? Car elle porte en elle la stigmatisation d'une partie de nos compatriotes: la haine, l'incompréhension se nourrissent de l'humiliation et de l'exclusion.

La volonté des terroristes est de déstabiliser notre pays et nos institutions. Faire entrer l'état d'urgence dans le droit commun, c'est leur donner raison. Transformer à marche forcée notre pays en un État policier, c'est leur donner raison. Banaliser l’état d’urgence ou le terrorisme, c’est aussi leur donner raison.

À défaut de sursaut républicain, de réaction de la société civile, de divines surprises du côté du Conseil d'Etat et du Conseil Constitutionnel, la potion concoctée par le Gouvernement s'avérera bien amère et indigeste . Nous vivrons alors dans l'abaissement et la tristesse car rien n’est plus désolant qu'un pays qui oublie son histoire.

Emmanuel DAOUD

Avocat au Barreau de Paris

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal — Asie et Océanie
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Journal — Transparence et probité
Le n°2 de l’Élysée, Alexis Kohler, s’enferre dans le déni face aux juges
Mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » en septembre, le secrétaire général de l’Élysée se voit reprocher « sa participation » comme haut fonctionnaire, entre 2009 et 2016, à des décisions touchant le groupe MSC, lié à sa famille. Lors de son interrogatoire, il s’est dit « choqué » que « son intégrité » soit mise en cause.
par Martine Orange
Journal
Soupçons de fraude fiscale : la justice saisie du cas de l’ex-ministre Caroline Cayeux
La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a fait savoir mardi qu’elle avait signalé au parquet de Paris le cas de Caroline Cayeux, ministre démissionnaire du gouvernement, soupçonnée d’évaluation mensongère de son patrimoine et de fraude fiscale.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan