Le symbole du cœur jaune.

La manifestation des gilets jaunes au pied du Sacré-Cœur renvoie à un inconscient collectif qu'il importe d'interroger. Ce n'est sûrement pas un symbole d’extrême droite, il ne s'agit pas non plus d'un symbole purement religieux, c'est le signe d'une réaction de la base contre la hiérarchie.

Le symbole du cœur jaune.

 

Samedi les gilets jaunes se sont rassemblés au pied du sacré pour la seconde fois. « J’ai le cœur un peu jaune », affirme Alexandre Benalla, il y a quelques semaines. Attention symbole ! Le mouvement des Gilets Jaunes tournent beaucoup autour du symbole du cœur : il fait référence à Coluche et aux Restos du Cœur, il s’oppose à un président sans cœur, deux manifestations ont eu lieu au pied du sacré-cœur, etc. Un cœur jaune en langage émoji est le symbole d’une amitié continue sur les réseaux sociaux. Tapie prend la parole sur les gilets jaunes en disant ce qu’il a « sur le cœur ». Le mouvement exprime des émotions, une colère en particulier mais aussi un besoin de relation sur les ronds points, et le cœur symbolise justement les émotions. Il n’y a peut-être là que des rapprochements sans sens particulier. Mais les symboles parlant à l’inconscient, il peut être important de déminer le sujet. Le geste de la quenelle au pied du sacré-cœur laisse peut-être entendre que des extrémistes de droite tentent de s’emparer de ce vieux symbole de révolte.

Les chouans (et vendéens) portaient un écusson du sacré-cœur, les révolutionnaires ont inventé le sacré-cœur de Marat, certains poilus pendant la guerre 14-18 ont voulu porté un écusson du sacré-cœur pour se prémunir des balles, ce qu’a interdit l’armée pour que ne soient pas mélangées la République et la Religion. Celle qui a inventé le sacré-cœur comme dévotion (l’idée de sacré-cœur est plus ancienne et remonte à un protestant anglais et encore plus loin à des religieuses allemandes), Marie-Marguerite Alacoque souhaitait que le roi de France s’en revendique contre ses ennemis (ce qu'il n'a pas fait, sauf peut-être juste avant d'être décapité). La construction de la Basilique du Sacré-Cœur à Montmartre a à voir avec la guerre de 1870 puis avec celle de 14-18 (la construction se prolongeant sur de nombreuses années). Or, une dévotion est une pratique qui vient de la base des croyants et non du haut de la hiérarchie de l’église.

Il y a dans le symbole du sacré-cœur l'expression d'un mouvement qui part du bas et qui n’est pas que religieux : il traduit la réaction de la base contre le haut de la hiérarchie. Le symbole des Restos du Cœur représentant un cœur entouré d’une fourchette et d’un couteau n’est pas sans faire penser à la représentation d’un sacré-cœur surmonté de flammes et d’une couronne d’épine. Coluche et ses proches ont pu laïciser le sacré-cœur sans le vouloir. En tous les cas, il faut avoir conscience de la profondeur historique du sacré-cœur dans la culture française (c’est bien sûr aussi un symbole important dans d’autres cultures, mais avec des traits différents) pour ne pas le laisser être manipulé et récupéré par les extrémistes. L’un des meilleurs livres sur le sujet est en anglais (non traduit : R. Jonas, France and the Cult of the Sacred Heart, An Epic Tale for Modern Times, University of California Press, Berkeley Los Angeles, London, 2000) et pour une approche romancée (voir Cabazor ou le roman d'une action de groupe environnementale, sur le site Oudropo.com)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.