Ephéméride des scandales et crimes d'Etat du 1er janvier

1er janvier 1844 : les rois et chefs de l'île d'Opao en Nouvelle-Calédonie cèdent leur souveraineté au roi des Français Louis-Philippe. 

1er-janvier-1844

1er janvier 1894 : Suite au vote des Lois scélérates, la police procède à 2000 perquisitions et 60 arrestations visant la mouvance anarchiste. La loi du 28 juillet 1894 ne sera abrogée que le 23 décembre 1992.

https://paris-luttes.info/1er-janvier-1894-suite-au-vote-des-7313

 

1er janvier 1925 : Rattachement du Haut-Ogooué au Moyen-Congo.

Le Gouverneur de l'Afrique Equatoriale Française, Antonetti prend ce décret pour faciliter le recrutement d'une main-d'oeuvre nécessaire aux grands travaux du chemin de fer Congo-Océan.

Le chantier continuera de tuer jusqu'en 1934 (2600 morts en 1928, 1300 en 1929)… Ce n'est que le 16 octobre 1946 que le Haut-Ogooué sera rattaché au Gabon.

Le chantier a aussi participé à déclencher la guerre du Kongo Wara ( 1928-1933), expliquant le faible peuplement du sud du pays aujourd'hui.

https://www.facebook.com/Notes-dHistoire-du-Gabon-1565307417042698/

 

1er janvier 1960 : indépendance du Cameroun et poursuite des objectifs de la colonisation par d'autres moyens, avec l'entrée en vigueur des pactes coloniaux (accord de défense, sous-sol) → voir les images d'archives à 32'00 dans « Cameroun : autopsie d'une pseudo-indépendance » sur YouTube

 

1er janvier 1960, Francfort : Abdelkader Yaïci a les deux mains arrachées par une bombe posée par les services français au nom du groupe suprémaciste caucasien la Main rouge. #terrorisme

https://m.facebook.com/Athwaghlis/photos/a.541451735964667/2674685305974622/?type=3&source=57&__tn__=EH-R

 

1er janvier 1987 : après un accident de la route lors d'un réveillon bien arrosé, à deux heures du matin, l'un des adjoints du célèbre barbouze Bob Denard agresse le médecin coopérant à Moroni qui tentait de soigner sa maîtresse… 7 ans plus tard ce même médecin, Abdoulaye Keita et sa famille font l'objet d'une tentative d'empoisonnement, « alors qu'il dirigeait l'hôpital équato-guinéen de Bata ruiné par le détournement des crédits de l'aide-projet française. Son prédécesseur Henri-Gérard Desgranges a lui-même été empoisonné le 3 août 1993. » La Françafrique, le plus long scandale de la République, F-X. Verschave, p.322

 

1er janvier 2012 : Wissam El-Yamni est tabassé à mort dans un couloir du commissariat de Clermont-Ferrand.

www.justicepourwissam.com/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.