Scandales et crimes d'Etat des 30 et 31 janvier

Liste non exhaustive

30 JANVIER

30 janvier 1944 : début de la Conférence de Brazzaville. De Gaulle acte que le français sera la « seule langue pédagogique » dans l'empire colonial. « Les faits de l’œuvre de la civilisation accomplie par la France dans les colonies écartent toute idée d’autonomie, toute possibilité d’évolution hors du bloc français de l’empire. ».

30 janvier 1950 : 13 ou 14 tués, une cinquantaine de blessés par les commerçants européens et l’armée à Dimbokro, Côte d'Ivoire.  Les réunions du RDA-PDCI sont interdites par Paris qui dénonce la main de Moscou. Une commission d'enquête parlementaire rédige un rapport qui ne sera jamais présenté par suite d'un désaccord entre commissaires. Ce rapport révélait la planification de la décapitation du mouvement nationaliste. Il y avait déjà eu 3 morts à Bouaflé le 21 janvier, il y en aura 3 autres à Séguéla le 2 février.

30 janvier 1975 : Le général Bigeard, vétéran d’Indochine et d’Algérie, tortionnaire connu (ayant fait jeter à la mer par avion des moudjahid), rencontre le président Valéry Giscard d’Estaing qui en fait son Secrétaire d’État à la Défense.

30 janvier 2008 : Isabelle Balkany est décorée de la légion d'honneur. Mais aussi Jean-Marie Cambacérès, ancien député et homme d'affaires, actuellement Membre du Conseil économique, social et environnemental. Il est cité dans les Panama Papers : https://offshoreleaks.icij.org/nodes/56009555)

 

31 JANVIER

31 janvier 1688 : un dernier convoi (12 personnes de Metz) de déportés protestants part vers les Antilles. Conséquence de la révocation de l’édit de Nantes en 1685, qui rendit illégal le protestantisme.

31 janvier 1794 : Environ 200 habitants sont fusillés au château du parc Soubise sur la commune de Mouchamps par la colonne de Lachenay. Le même jour les troupes républicaines du général Amey massacrent des civils vendéens aux Herbiers.

31 janvier 1944 : Début d'une semaine de répression du mouvement nationaliste marocain à Fès. 40 à 60 tués. 400 condamnés.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.