Scandales français des 1er au 3 février

1er FEVRIER

1er février 1935 : manifestation dite contre « l'invasion métèque ». François Mitterrand participe à la manifestation de l'Action française contre les médecins étrangers autorisés à exercer en France, aux cris de « La France aux Français »

1er février 1957 : Said ben Ahmed Ammara est enlevé à Bab El Oued par les parachutistes d'après les archives françaises. Déclaré « abattu lors d’une tentative de fuite le 13 mars 1957 ». D'après Florence Beaugé, il aurait plutôt été enlevé avec un de ses frères dans la nuit du 2 au 3 février 1957. Son frère Mohamed détenu 19 jours à Fort-L’Empereur, affirme que tous ses compagnons de cellule furent « torturés par Le Pen, à l’électricité, à l’eau et au chalumeau ». http://1000autres.org/ammara

1er février 1962 : 25 personnes meurent asphyxiées dans un wagon entre Douala et Yaoundé (Cameroun). La police camerounaise était encadrée par des fonctionnaires français du SDECE.

1er février 1995 :La question, c'est de savoir si les 10,250 millions de Francs proviennent de l'acompte de 133 millions de Francs (!) mis en place pour les intermédiaires Ziad Takieddine et Abdul Raman El Assir , le 1er février 1995.

 

2 FEVRIER

2 février 1950 : 3 morts à Séguéla, Côte d'Ivoire. Ils manifestaient pour la libération des prisonniers politiques du PDCI et organisaient un boycott des produits français.

2 au 3 février 1957 : enlèvement de Mustapha Merouane,18 ans, à Alger. Torturé dans la nuit par le lieutenant Jean-Marie Le Pen et ses hommes du 1er REP, à son domicile et dans une maison voisine, puis à Fort-L’Empereur, où son père Mohamed est torturé et exécuté. Interné après 36 jours au camp de Beni Messous, puis à celui de Paul-Cazelles. http://1000autres.org/merouane-m

2 février 1966 : Christian David abat le commissaire Galibert, qui venait l'arrêter pour l'interroger sur l’affaire Ben Barka. Le meurtrier, membre du SAC, aurait reçu l'aide du clan Guérini pour rallier l’Amérique du Sud, où il travaillera avec Joseph Ricord (trafic d'héroïne).

2 février 1980 : mort de Joseph Fontanet, tué par balle. Retiré de la vie politique, il avait été ministre de l’industrie, de la santé, de l’Education, du travail... Réputé intègre, il était proche de Robert Boulin, assassiné 3 mois plus tôt. Dominique Labarrière pense qu'il s'était fait berné en créant un journal éphémère, en 1977. J’informe servit en tout cas à blanchir l’argent du Sac (argent prévu pour la campagne de Chaban-Delmas, éliminé au 1er tour des présidentielles 1974). Le commissaire Marcel Leclerc, qui enquête, avait été un collaborateur de Pasqua.

2 février 1981 : loi répressive, qui accroît le pouvoir de la police judiciaire et généralise la procédure de flagrant délit (ancêtre de la comparution immédiate)

2 février 1984 : les députés Jacques Toubon, François d'Aubert et Alain Madelin sont privés pendant un mois de leur indemnité parlementaire pour « injures ou menaces envers le président de la République française » après avoir rapporté des faits de collaboration à l'Assemblée.

2 février 1988 : Christian Dovero, pris pour un voleur de voiture alors qu'il était en taxi avec son père, est tué d'une balle dans la tête par Jean-Pierre Aveline policier. L'intervention du Ministre de la Justice Albin Chalandon pour faire sortir le tueur de détention et lui éviter l'inculpation créé le scandale. Finalement jugé pour « homicide volontaire », Aveline s'en sort avec 2 ans avec sursis.

2 février 2017 : 3 policiers agressent Théodore Luhaka à Aulnay sous bois. Un agent sera jugé pour violences volontaires ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente. Les deux autres sont renvoyés pour violences volontaires avec plusieurs circonstances aggravantes. Théo est handicapé à vie.

 

3 FEVRIER

3 février 1803 : arrêté relatif à l’instauration d’un tribunal spécial pour l'archipel de la Guadeloupe. Ce tribunal vient en appui à la restauration de l'esclavage et de l'ordre ségrégationniste. 

3 février 1980 : Abdelkader Ghrib, 16 ans, est tué d'une balle dans la tempe à Valenton (Val-de-Marne) par un commissaire, qui le pourchassait à pieds.

3 février 2008 : meurtre de Ibni Saleh, opposant à Idriss Déby, chef d’État tchadien qui venait d’être sauvé par Paris. Jean-Marc Gadoullet était-il le Français présent au palais, le soir de la mort d’Ibni Oumar Mahamat Saleh ? L’ex-agent secret «le plus hargneux dans la forêt des coopérants militaires français portant l’uniforme tchadien» ne répond pas aux questions de Thomas Dietrich. https://www.lemediatv.fr/articles/2020/revelations-laffaire-ibni-un-crime-en-francafrique-DAf2S6ZdT0iQCryFZkMDOA

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.