Mediapart censure un billet de blog.

Je ne comprends pas la censure d'un billet factuel et sans insulte.

Ce n'est pas la première fois que Mediapart censure un billet factuel et non ordurier. On se souvient des censures iniques qui ont frappé Le Cri des Peuples. J'ai à mon tour été repris par la patrouille. Voici le message que j'ai reçu le 12 avril.

"Bonjour, 

Nous avons été conduits à dépublier votre billet "Scandales et crimes d'Etat du 8 au 10 mars" que vous avez rédigé, au motif du non respect de notre charte de participation, à laquelle vous avez adhéré en vous abonnant à Mediapart.
En particulier, nous vous rappelons que notre charte, et la législation en vigueur, proscrivent tout "propos injurieux, diffamatoires, portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou à la réputation et aux droits d'autrui". 
En vous souhaitant bonne réception.
Cordialement,

Le Club"

Et voici ma réponse. Sans retour du Club, elle a été adressée en privé à Edwy Plenel, sur Twitter. Il l'a lu, et à ce jour n'a pas répondu.

"Cher Club,

Comme ce n’est pas mon habitude d’insulter, je suppose que quelqu’un s’est senti diffamé ou atteint dans sa réputation. J’imagine que c’est Dominique Perben, pour cette brève mention : 9 mars 2004 : la « Loi Perben II » favorise la correctionnalisation des crimes (dont viols), prévoyant que si les parties ne contestent pas la qualification correctionnelle donnée aux faits lors du règlement d'instruction, ces parties ne peuvent plus le faire devant le Tribunal.

A moins que cela soit pour ce paragraphe ? Mais Yves Bertrand et Robert Feliciaggi sont morts… 10 mars 2006 : Robert Feliciaggi, homme d'affaires à la tête de nombreux casinos et PMU en Afrique et en Corse (pratique pour blanchir l’argent) et politicien corse est assassiné le 10 mars 2006 sur le parking de l'Aéroport d' Ajaccio. Peut-être était-il impliqué dans la mort de son chauffeur Azzeddine Behar ? Il avait été en conflit avec le préfet Erignac, assassiné en 1998. Il était en revanche en bon terme avec le patron des RG Yves Bertrand, qui l’a aidé à ouvrir son casino à Annemasse. Voulez-vous bien m'indiquer quel point de la charte j'ai violé ? A quelle ligne ? Et m'en apporter la démonstration. Je peux évidemment donner mes sources pour appuyer mes dires.

Merci de votre compréhension,

Emmanuel"

Loi Perben du 9 mars 2004

Quelles sont mes sources ? Sur la Loi Perben II, je ne fais que reprendre ce qu'ont dit de nombreuses associations et un tas de juristes.

Je cite Maître Durrieu-Diebolt : "Cette correctionnalisation des crimes ou déqualification pénale est une pratique judiciaire prévue par la loi du 9 mars 2004 qui permet de qualifier un crime en délit et de le juger devant le tribunal correctionnel au lieu de la cour d’assises."

https://www.village-justice.com/articles/correctionnalisation-viol-point-vue-avocat-victime-par-Carine-DURRIEU-DIEBOLT,24384.html

Et Maître Ribaut-Pasqualini :

"La loi du 9 mars 2004 dite « Loi Perben II » est venue restreindre la possibilité de la contestation d’une correctionnalisation."

http://ribaut-pasqualini.avocat.fr/index.php?post/2010/01/15/La-correctionnalisation-des-crimes2

 10 mars 2006 : la mort de Robert Feliciaggi

Enfin, pour ce que j'écrivais sur la mort de Robert Feliciaggi, je renvoie au livre de Philippe Pascot.

feliciaggi feliciaggi

10-mars-2006b

Je n'ai rien à ajouter. Je réitère simplement mon attente d'éthique, de respect et de transparence de la part de Mediapart. Enfin, je précise que l'arrêt de publication de l'éphéméride des Scandales et Crimes d'Etat en avril sur ce blog n'a pas de rapport avec cette censure (postérieure).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.