Jouvence, roman de Thomas Anido

Je venais de terminer La modification quand j’ai commencé le premier roman publié par Thomas Anido. Être d’entrée propulsé dans la vulgarité contemporaine me fut désagréable, car l’intrigue démarre dans un aéroport alors que tout le livre de Michel Butor se passe dans un train de nuit.  Violenté de me retrouver à Roissy contre mon gré, j’étais pourtant content d’en avoir fini avec les interminables et délicieuses rêveries de Butor… Enfin débarqué en Grèce, j’ entrai avec plaisir dans la narration d’Anido. Je me suis alors senti des proximités avec le héros : trentenaire mal remis de sa jeunesse, il quitte un travail alimentaire pour se concentrer sur l’écriture, sur une île qu’il espère à la fois épargnée sans être trop éloignée de la civilisation.

 

 

jouvence-couv-3d-ok-e1595790826415

 

 

« L’adolescence éclipsa bien vite la magie de l’enfance. Il abandonna la prestidigitation du jour au lendemain, mais il n’en cultivait pas moins le rêve de posséder un don qui le distinguerait des autres. Grassouillet et tardivement pubère, il emmagasinait tranquillement les complexes. Les filles en particulier l’impressionnaient terriblement, et il était frappé d’aphonie en leur présence. Leurs minauderies ne lui montaient pas moins à la tête, et il s’enivrait d’amours imaginaires qui lui inspiraient des poèmes langoureux. »

 

L’intrigue, improbable, embarque malgré lui un protagoniste aux épaules étroites vers une quête de justice qui préempte souvent son devoir d’écriture. La corruption des âmes, la volupté des corps badigeonnés ou non de crème solaire, l’enlaidissement généralisé, sont peints avec sarcasme. Du rire, on passe aux frissons lorsque le drame humain de la Méditerranée est évoqué. Bref, Thomas Anido, dans cette farce tragi-comique, débusque notre mesquinerie européenne. Sa plume me rappelle un autre contemporain nommé Cyrille Cléran. Vous n’êtes pas sûr de vouloir lire Jouvence ? Rendez-vous sur le site de l’auteur : https://libre-exercice.com (je dus m'y abonner il y a un an ou deux, après y avoir lu un hommage à Gombrowicz).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.