Une traçabilité des personnes à géométrie variable.

A l’heure où chacun rentre dans son pays, l’Union Européenne ne semble pas pressée de revenir sur ses dogmes. Business as usual, Schengen doit se poursuivre, coûte que coûte. Pourquoi faire autrement, puisque l’OMS n’a pas émis de recommandation invitant les autorités à limiter les voyages et le commerce ? Et d’ailleurs, qui pourrait bien rembourser les billets d’avion de nos cadres dynamiques ?

D’un côté, nous sommes très forts, ici, quand il s’agit d’interpeller tel éborgné susceptible de manifester le samedi après-midi. Pour rattraper notre retard sur l’appareil répressif chinois, en France, nous lançons un nouveau fichier, déguisé en appli bien pratique, Gendnotes. Ce machin permet désormais aux gendarmes de partager des notes sur les gens (préférence sexuelle, croyances, idées politiques…).

Sur Twitter, Virginie Gautron, maîtresse de conférence pénaliste à Nantes, lance l’alerte :

« Ce n’est pas un fichier « au sens strict », mais « au sens mou », et dans ce cas, l’encadrement juridique peut être tout aussi mou. » ; « il n’y a aucune précision sur le champ d’application, puisque toutes les activités de la GN1 sont visées et sans même mentionner qui est visé. »

D’un autre côté, nous rencontrons les pires difficultés à ralentir les flux de manière ordonnée, même pour éviter la pandémie. Ainsi les voyageurs arrivés à Roissy depuis l’Iran2, alors même que le Covid-19 y serait plus dangereux qu’en Chine, peuvent retourner travailler tranquillement sans faire l’objet de la moindre attention. La frontière est est toujours aussi bien protégée depuis Tchernobyl, il n'y a donc aucune raison d'empêcher les Européens de la franchir à Menton. Mais pour rejoindre la "Perle de la France" (Elisée Reclus), les immigrés illégaux, eux, continuent à mourir dans la montagne et l'indifférence.

Il est vrai que nous n’avons pas envie de transiger avec nos principes. Le liberté de circuler et de marchander est un droit de l'homme civilisé ! Nous n’imaginons pas ne plus pouvoir acheter de vêtements à bas-coût, ni déguster de fruits exotiques. Nous n'avons pas envie d'admettre que nous avions tort d'arracher nos arbres fruitiers et nos topinambours pour les remplacer par des vaches et des céréales.

Nous avons remplacé les potagers par les écrans et leurs voyages toxiques. Pour décourager les écolos dont la radicalité est considérée aussi sérieusement que la menace terroriste, nous faisons sans cesse de nouvelles lois punissant l’habitat alternatif. Xavier Marmier, qui habite dans son arbre à Cléron, dans le Doubs, a six mois pour démonter sa cabane et rejoindre comme tout un chacun un espace dûment connecté au tout-à-l’égoût. Hélas, nous avons presque tous les inconvénients d’un régime autoritaire sans avoir l’efficacité des nations souveraines. La Banque de Chine annonce être en mesure de soutenir l’économie chinoise. On se demande, ici où il n’y a plus de politique monétaire, car les banques centrales sont indépendantes, si on pourrait faire la même chose. On se demande si nos « libéraux », qui voudraient fliquer les réseaux sociaux comme Beijing, vont utiliser leurs positions dans l’espace public pour demander à Mme Lagarde de bien vouloir mettre sa machine au service du peuple. Mais par bonheur la BCE lance ce lundi une consultation de ses citoyens. Qui a dit que nous n’étions pas en démocratie ?

 


1 : Gendarmerie Mobile

2 : Mariam Pirzadeh, journaliste France 24, ce matin sur Twitter : "Iran l’un des 4 pays les plus touchés par le coronavirus: les voyageurs arrivant d’Iran à l’aéroport de Roissy n’ont visiblement aucun contrôle médical ni sanitaire ...."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.