Scandales et crimes d'Etat du 26 au 29 janvier

Plus d'infos sur @CrimesDeFrance@mamot.fr et @CrimesDeFrance

26 JANVIER

26 janvier 1794 : 65 personnes se rendent avec boeufs et charrettes pour des réquisitions demandées par les Républicains. Ils sont massacrés et Saint-André-sur-Sèvre brûlé.

26 janvier 1939, Barcelone : la capitale catalane tombe aux mains des franquistes, 450 000 réfugiés parviennent en France où ils seront internés

26 janvier 1951 : le général Juin, Résident général du Maroc, pose un ultimatum au sultan en lui demandant de condamner l’Istiqlal (parti indépendantiste). Refus de Mohamed V, qui sera renversé en 1953.

26 janvier 2005 : le tribunal de grande instance de Paris condamne l’État français dans l’affaire des 8 disparus de Mourmelon, impliquant l'adjudant-chef Pierre Chanal. Le jugement pointe « l'inaptitude du service public de la justice à remplir sa mission » car une « série de fautes » commises par les juges d'instruction ainsi que par les enquêteurs « ont ralenti l'instruction des différentes affaires de disparitions inquiétantes » et ont conduit « à ce que demeurent inconnues les circonstances de l'enlèvement et du décès de plusieurs victimes. »

26 janvier 2020 : Agnès Buzyn affirme l’inutilité des masques pour le grand public

 

27 JANVIER

27 janvier 1794 : La colonne de Grignon assassine 10 personnes à Châteaumur. 15 vendéens sont fusillés à La Caillère, et la Colonne Crouzat détruit les bourgs de May-sur-Sèvre, La Romagne et Saint-Macaire-en-Mauges. A Nantes, 53 vendéens sont fusillés

27 janvier 1794 :
Rapport du Comité de Salut Public sur les idiomes (Barère) disant : « Il faut populariser la langue, il faut détruire cette aristocratie de langage qui semble établir une nation polie, au milieu d’une nation barbare. ». Sont visés les départements du Haut & du Bas-Rhin, ceux du Morbihan, du Finistère, d’Île et Vilaine, de Loire-Inférieure, des Côtes-du-Nord, des Basses-Pyrénées et de Corse .

27 janvier 1996 : la France tire un dernier essai nucléaire dans le Pacifique à Fangataufa. De 1966 à 1996, 193 tirs atomiques, aériens et souterrains, ont retenti sur les atolls de Moruroa et Fangataufa. François Mitterand arrête les essais, une première fois, en 1992. Jacques Chirac les reprend en 1995 : sa décision provoque de violentes manifestations à Papeete.

 

28 JANVIER

28 janvier 1871 : le ministre des Affaires étrangères Jules Favre signe l'armistice avec la Prusse de Bismarck. Le télégramme de Jules Favre ne précise pas que l’armée de l’Est n’est pas concernée par la trêve… L'étrange oubli de Favre provoque la débandade dans les départements du Doubs, Jura, Côte d'Or offrant aux Prussiens prisonniers et armements et faisant reculer la frontière française. Le sentiment de trahison permet de comprendre pourquoi les Communards lutteront contre les "capitulards" républicains.

28 janvier 1859 : Traité secret promettant de remettre Nice à la France “au nom même du principe satisfaction des populations”. En échange du Comté de Nice et le Duché de Savoie, Napoléon III aidera à l’unification de l'Italie.

28 janvier 1952 : ratissage du Cap Bon, jusqu’au 1er février. Environ 200 Tunisiens meurent ; des femmes sont violées, des maisons dynamitées.

28 janvier 1993: meurtre de Philippe Bernard, ambassadeur de France à Kinshasa, dans les locaux de l'ambassade. Les auteurs seraient deux officiers chargés de la sécurité du président Mobutu. Aucune enquête n’a été ordonnée par Paris et Mobutu n’a jamais été inquiété. L'opposant Etienne Tshisekedi était sans doute visé par les tueurs.

 

29 JANVIER

29 janvier 1943 : arrestation de la reine Aline Sitoé Diatta en Casamance, et meurtre de sa coépouse enceinte. Aline Sitoé Diatte incitait les gens de Kabrousse à désobéir aux réquisitions alimentaires des Français. Les Français menaçaient de brûler son village. Elle meurt en déportation à Tombouctou en 1944.

29 janvier 1944 : répression des manifestations en soutien au mouvement indépendantiste de l’Istiqlal à Rabat-Salé et Casablanca. Elle se poursuivra en février, faisant une quarantaine de mort.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.