Palantir, un géant du Big Data qui profite de la crise

Auditionné par les parlementaires le 20 mai, le président du Medef a estimé que les GAFAM sortiraient renforcés de la crise, et qu’elles présentaient pour la France un « risque de prédation ». Palantir, qui pèse 30,8 milliards de dollar, est une autre société de Data Mining (exploration informatique de données décisionnelles) qui semble tirer son épingle du jeu.

Tout voir et prévoir

Fondée en 2003, la société Palantir Technologies doit son nom à l’objet inventé par Tolkien, s’apparentant à une boule de cristal qui donne l’omniscience à son utilisateur.

A ses débuts, la start-up californienne a bénéficié du soutien de la CIA, qui était même son seul client et y a investi 2 millions de dollars. En retour, Palantir aurait aidé les renseignements américains à traquer Ben Laden et à lutter contre Wikileaks, notamment par une campagne de “désinformation” sur Gleen Greenwald en 2010...

Palantir est réputée proche de Trump. Son patron, Peter Thiel, était avec Rebekah Mercer (patron de Cambridge Analytica, société liquidée depuis qu’elle a été accusée d’avoir aspiré les données Facebook de millions d’Américains, de Britanniques et d’Argentins afin d’influencer leurs votes) membre de l’équipe exécutive de transition de Donald Trump.

En 2018, le département de sécurité intérieure a passé un contrat de 41 millions d’euros avec Palantir. L’entreprise aide donc l’administration américaine à lutter contre l’immigration illégale en s’immisçant dans la vie privée des candidats. Des données biographiques et biométriques des citoyens étasuniens peuvent aussi être utilisées par l’administration douanière pour procéder à des vérifications d’identités d’après The Intercept.

Du spatial à la santé... le Data Mining fait feu de tout bois !

Palantir se diversifie... Ferrari, Fiat Chrysler, les laboratoires Sanofi et Merck utilisent ses technologies. Airbus est aussi client. Palantir France est même dirigé par l’ancien directeur général du géant européen de l’aéronautique Fabrice Brégier. Benoît Collombat pour France Inter note que l’administration américaine pourrait récolter des informations sur Airbus afin de favoriser Boeing. Le Cloud Act, contraint effectivement  les entreprises américaines à donner des informations à l’administration centrale. Après les bagnoles et les avions, Palantir s'intéresse aux fusées ! Le partenariat récent avec l’US Space Force fait entrer la "start-up" dans une autre dimension. Le recrutement de l’ancien premier ministre australien Mike Kelly, élargit également les horizons. Dans une interview, le leader "socialiste" (Labor) promet de continuer à servir sa nation : d'après lui, son nouveau poste lui permettra d'aider l'Australie à développer les énergies renouvelables et à lutter contre le terrorisme... De quoi donner des idées à Manuel Valls ?

La firme de Palo Alto répond également à des appels d’offre du secteur public. Dans l'Hexagone, en 2015, elle fut près d'emporter un contrat avec la DGFIP, qui lui aurait permis de traiter les données fiscales des Français. Après que la France ait subi des attentats, la DGSI a signé un contrat d’une valeur de 10 millions de dollars en 2016. Il a été renouvelé fin 2019, soulevant à chaque fois des critiques de ceux qui rêvent d’une souveraineté technologique nationale ou européenne. Le projet national de Cluster Data Intelligence (réunissant Airbus, Atos, Engie, Thalès et le spécialiste français du data Flaminem) est donc, sinon en échec, du moins en retard sur Palantir et son logiciel Gotham. A l’avenir, on peut craindre que le ministère de l'Intérieur n'achète les services de Palantir, comme le Danemark ou Israël, qui utilisent ses algorithmes de prédiction de la criminalité.

Au Royaume-Uni, British Petroleum et le MI6 louent également les services de Palantir. Profitant de la crise sanitaire, la firme américaine s’intéresse désormais aux données de santé de la NHS. Quarante de ses ingénieurs travaillent gratuitement à Londres. En échange, Palantir collecte les informations sur les malades du Covid19…

Un article du Guardian conclut ainsi : « Le rôle de Palantir dans le projet implique d’intégrer les bases de données de la NHS à la plateforme de la compagnie américaine Foundry. Des produits Microsoft, Google et Amazon font aussi parti du projet de stockage de données (datastore), mais les équipes de ces compagnies sont réputées moins impliquées ».

Londres semble donc suivre Washington, où Palantir aide l’État central à centraliser les informations de santé.

Dans le même temps, Donald Trump, critiqué par les principaux milliardaires dits philanthropes, tente de se faire passer pour un défenseur de la Constitution et des libertés individuelles, en critiquant le tracking et les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft). Pour Olivier Tesquet sur France Inter en 2018, Palantir est pour Trump : un « circuit bis de renseignements, de sociétés privées ». Les derniers événements laissent penser que la guerre pour le contrôle de Washington se double d’une guerre entre sociétés californiennes pour le contrôle de nos données de santé... Mais Palantir n’est pas seule contre les GAFAM, puisque Amazon lui prête son cloud, ce qui suscitait l’an dernier des manifestations de dénonçant l’utilisation du traçage numérique pour lutter contre l’immigration clandestine.

mashable

 

 

 

 

 

 

Un libertarianisme sans liberté

Bien qu'il semble soutenir le locataire de la Maison Blanche, Peter Thiel se revendique du libertarisme, idéologie prônant la limitation du rôle de l’État, voire sa disparition. Il se distingue donc des Bill Gates, Warren Buffet ou Georges Soros, promoteurs sincères ou intéressés d’une sécurité sociale universelle.

Fondateur de Paypal, Peter Thiel rêve d’îles flottantes pour ultrariches affranchis d'Etat. Les mathématiques, dans ce meilleur des mondes, anticiperaient les comportements humains, grâce à de puissantes machines. Fabrice Epelboin, cité par France Inter, pointe le risque que ces technologies permettent de prédire jusqu’à l’évolution d’une idée au sein de la société, afin, éventuellement, de s’attaquer rapidement à ceux qui la diffusent.

Pour en savoir plus sur l’idéologie véhiculée par Palantir, j’ai été regarder la communication officielle de Palantir. La société se félicite très largement de participer à la lutte contre le Covid19. Un article de Fin Tech Magazine retweeté par le compte Palantir France permet de mieux comprendre pourquoi les sociétés du Big Data s’intéresse à la santé et aux assurances.

On y lit des phrases creuses (en anglais) : « Les données ne sont pas simplement le facilitateur d'une meilleure souscription et d'une tarification plus précise, mais elles sont l'ADN même de l'organisation connectée du 21e siècle ». Les phrases qui suivent sont heureusement plus explicites.. Grâce à la collecte de nos données, nos assurances seront personnalisées. Déjà, la montre Apple permet aux assurances (étasuniennes et britanniques tout du moins) de vérifier si l’on fait bien notre sport quotidien. Le montant de notre contrat sera d’autant plus intéressant que notre rythme cardiaque et le nombre de nos pas seront satisfaisants. Demain, un changement de verres de lunettes affectera t-il notre assurance auto ? En tout cas, de la maintenance prédictive des avions à l’anticipation des accidents cardiaques, du flicage de nos pensées à celui de nos pas, le Big Data nous trace un avenir radieux !  

Sources :

FRANCAIS :

https://www.franceinter.fr/emissions/secrets-d-info/secrets-d-info-22-septembre-2018

https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/11/29/l-americain-palantir-est-toujours-indispensable-aux-espions-francais_6021016_3234.html

https://www.businessinsider.fr/palantir-a-discretement-teste-programme-prevision-criminalite-a-nouvelle-orleans

https://www.developpez.com/actu/301233/L-administration-Trump-se-tourne-vers-Palantir-l-entreprise-controversee-de-Peter-Thiel-afin-de-construire-un-dispositif-pour-traquer-le-covid-19-l-outil-se-nomme-HHS-Protect-Now/

https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/franceinfo/l-eco/l-eco-du-mardi-25-fevrier-2020_3840587.htmlhttps://ombre43.com/2019/05/10/palantir-loeil-de-washington%E2%80%89/

 

 

ANGLAIS :

https://en.wikipedia.org/wiki/Palantir_Technologies

https://goodstory.io/2020/05/11/courtney-bowman/

https://www.bloomberg.com/features/2018-palantir-peter-thiel/

https://www.palantir.com/covid19/

https://medium.com/palantir/best-practices-for-using-data-during-a-crisis-f2639d5eeea4

https://www.thedailybeast.com/fema-tells-states-to-hand-public-health-data-over-to-palantir

https://spacenews.com/palantir-to-provide-data-and-software-services-to-u-s-space-force/

https://www.crikey.com.au/2013/10/08/the-rise-and-rise-of-palantir-and-its-deep-domain-knowledge/

https://www.crikey.com.au/2020/05/12/mike-kelly-joins-palantir/

https://www.theguardian.com/world/2020/apr/12/uk-government-using-confidential-patient-data-in-coronavirus-response?CMP=Share_iOSApp_Other

https://www.telegraph.co.uk/technology/2020/05/16/inside-story-cia-backed-palantir-embedded-nhs-socialite-running/

https://www.fintechmagazine.com/fintech/how-digital-technology-disrupting-insurtech

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.