Emmanuelle Favier
Autrice, pigiste culture
Journaliste à Mediapart

31 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 avr. 2014

Emmanuelle Favier
Autrice, pigiste culture
Journaliste à Mediapart

La joie de lâcher la proie pour l'ombre

Au commencement, à l’enfance de l’art, les mains se joignent, tournent l’une sur l’autre, s’agitent et le mur se remplit d’histoires, de bêtes, de cris, d’abstractions fantastiques. Quand les doigts se dénouent du chien vers l’oiseau, du tigre vers le coq, elles sont pour quelques instants privées de sens, morceaux de chair d’où la vie d’avoir trop jailli s’éteint d’un coup.

Emmanuelle Favier
Autrice, pigiste culture
Journaliste à Mediapart

Au commencement, à l’enfance de l’art, les mains se joignent, tournent l’une sur l’autre, s’agitent et le mur se remplit d’histoires, de bêtes, de cris, d’abstractions fantastiques. Quand les doigts se dénouent du chien vers l’oiseau, du tigre vers le coq, elles sont pour quelques instants privées de sens, morceaux de chair d’où la vie d’avoir trop jailli s’éteint d’un coup.

Sur le mur, tout est pourtant calme.

Plus tard, la salle est remplie d’ombre. Les chuchotements font bruisser l’air sous les bancs et frissonner les rideaux. Soudain un carré lumineux vient découper l’espace et face à soi on ne voit plus que le trou immense fait dans le tangible, un large trou bien net, un rectangle de blancheur écrue. Et le grand monde des petits êtres de cuir et de bois fait son apparition, se déploie magiquement.

Derrière, la lampe est pourtant calme.

L’ombre fait surgir la beauté. La lumière existe parce qu’elle fait exister l’ombre, parce qu’elle crée le petit miracle des silhouettes colorées, des profils plats et ternes qui brusquement s’animent, nourris de lumière. Où vient se poser, se déposer le corps, étranger à la lumière ? Je tiens les baguettes fines, et j’anime. Mouvement et voix sont l’oxygène et le sang ; la lumière passe, inscrit dans le monde, fait la relation à l’autre. Les silhouettes sérieuses en mouvements stylisés font régner les voix qui bruissent. Tu es près de moi, nos voix alternent et s’interchangent, tu bouges et je parle pour toi, je bouge et tu parles pour moi, la parole circule et l’acteur est tous les personnages.

Derrière, le corps est pourtant calme.

En guise de cadeau d’adieu, quelqu’un m’avait offert un petit livre sur les ombres chinoises. Il tenait dans la poche, et j’aimais passer ma main sur sa couverture orange fade. Mais je ne compris pas d’abord pourquoi il m’avait fait ce cadeau, qui ne renvoyait à rien de particulier dans notre histoire commune.

Aujourd’hui je me dis qu’il saluait là, sans amertume aucune, l’illusion amoureuse et combien tout s’évanouit quand on éteint la lumière derrière la toile. Les silhouettes miraculeuses redeviennent profils plats et ternes, les mains se privent durablement de sens de n’être plus, au mur de la chambrée, oiseau, cheval, chien, tigre… mais seulement des mains d’où, pendant un temps plus ou moins long, se sont échappés des cris, des bêtes, des abstractions fantastiques.

Toujours, cette joie de lâcher la proie pour l’ombre.

Emmanuelle Favier, mars 2014

Texte lu dans l'émission "Pas la peine de crier" de Marie Richeux sur France Culture, jeudi 3 avril (vers 45')

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Exécutif
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg

La sélection du Club

Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André