Emmanuelle Favier
Autrice, pigiste culture
Journaliste à Mediapart

32 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 janv. 2016

Emmanuelle Favier
Autrice, pigiste culture
Journaliste à Mediapart

Flaubert au théâtre : Madame Bovary, c'est nous

Le théâtre de Poche Montparnasse présente une étonnante adaptation par Paul Emond du chef-d’œuvre de Flaubert, portée par des comédiens toniques et efficaces dans une mise en scène aussi simple que judicieuse.

Emmanuelle Favier
Autrice, pigiste culture
Journaliste à Mediapart

Un texte de génie, des comédiens solides, une juste dose d’intelligence et quelques idées : voilà matière à faire un bon spectacle, un de ces spectacles qui consolent des déceptions trop fréquentes, de ces ambitions théâtrales échouant sur l’autel de la démesure.

C’est ce que propose l’adaptation, aussi respectueuse qu’audacieuse, de Madame Bovary par la compagnie « La Fiancée du requin » au théâtre de Poche Montparnasse : respect, dans le choix de rester au plus près de la langue de Flaubert, grâce à l’adaptation très convaincante de Paul Emond, effectuée pour la circonstance et publiée aux éditions « maelstrÖm reEvolution ».

Audace, dans le pari de départ, tant l’écriture flaubertienne se satisfait mal a priori des simplifications, et encore moins des contraintes que l’incarnation risque d’exercer sur elle ; mais aussi dans la forme choisie, celle du cabaret.

madame-21-brigitteenguerand © © Brigitte Enguerand

La présence de la musique, ici composée par le metteur en scène et comédien Gilles-Vincent Kapps, était en effet risquée : à de rares exceptions près (notamment l'excellente mélodie de Nino Rota accompagnant les fantasmes chorégraphiés et cinématographiques d'Emma), elle est jouée en direct par les quatre comédiens se répartissant guitares, violon, bandonéon, harmonica et piano d’enfant. Elle s’avère finalement convaincante et pleine de charme malgré une maîtrise un peu inégale – qui d’ailleurs ajoute peut-être au charme – des instruments en question. Les chansons (pour la plupart en parlé-chanté) introduites par Paul Emond auraient pu être irritantes, elles passent la rampe sans problème. L’arrivée de Rodolphe en guitar hero flamboyant aurait pu être détestable, elle est réjouissante.

Car en réalité, outre la réussite de l’adaptation textuelle, ce qui a fait que pas un instant, durant cette petite heure et demie, je n’ai tombé le sourire, c’est l’énergie et la justesse des quatre comédiens. Au centre, Sandrine Molaro campe une Emma rien moins qu’éthérée, tour à tour mutine et terrifiante, épanouie et ravagée, avec une multiplicité de visages vertigineuse. Voletant autour de ses jupes, les trois comédiens masculins changent de rôle sans changer de chemise, imposant chaque fois prestement les codes de lecture aux spectateurs qui n’ont qu’à se laisser embarquer. C’est ainsi que Gilles-Vincent Kapps peut incarner avec la même force de conviction la bonhomie suffisante d’un Homais et la séduction contrôlée d’un Rodolphe, tandis que la mère de Charles Bovary devient sans problème Léon aux yeux si doux, sans quitter les chausses de Paul Granier (en alternance avec Félix Kysyl). Quant à David Talbot, qui incarne Charles Bovary avec exactitude, l’œil et la moustache idoines, on le savoure aussi, notamment, dans le rôle du préfet Lieuvain lors de la fameuse scène des comices agricoles.

Cette scène, comme celle du carrosse battant la campagne normande avec les deux amants – Emma et Léon – à son bord, est une parfaite illustration de la réussite conjuguée d’une adaptation intelligente, d’une mise en scène adéquate (par Sandrine Molaro et Gilles-Vincent Kapps) et d’un jeu bien dosé. Deux chaises font le balcon du grenier, un micro crooner crée l’espace en contrebas, et l’entrelacement des discours où jubile l’art de Flaubert est parfaitement restitué grâce au jeu maîtrisé et impeccablement rythmé des deux acteurs.

En effet l’efficacité de la mise en scène est indissociable de la manière dont la simplicité des moyens est assumée et exploitée, en accord avec un contexte de création contraignant : une scène fort petite, que les comédiens débarrassent bien vite sitôt les applaudissements éteints. Une atmosphère d’Avignon off flotte sur le charmant théâtre, situé au fond d’une impasse à deux pas de la démesure parnassienne.

Près de moi, une bovaryste obsessionnelle chuchote le texte en écho aux comédiens, ravie de voir l’œuvre de son cher Gustave si bien servie. En sortant de l’impasse, elle et moi nous mettons d’accord : c’était bien là un de ces spectacles qui consolent, et que l’on a envie de défendre. Dont acte. Mais on se demande aussi où réside la force de ce texte, pour qu'il puisse ainsi nous parvenir si intact par-delà les conventions du théâtre, les interprétations, la subjectivité et les contorsions que lui font nécessairement subir l'adaptation et l'incarnation ? C'est sans doute que, ne peut-on s'empêcher de penser, les visages composés par Flaubert-Emma (puisque, on le sait, c'est lui) ont quelque chose des masques archétypaux et qu'en effet, d'une manière ou d'une autre, Madame Bovary, c'est nous, aussi.

madame-03-brigitteenguerand © © Brigitte Enguerand

« Madame Bovary », adaptation de Paul Emond

Mise en scène de Sandrine Molaro et Gilles-Vincent Kapps

Avec Gilles-Vincent Kapps, Paul Granier ou Félix Kysyl, Sandrine Molaro et David Talbot

Du mardi au samedi 19 h – dimanche 17 h 30

Durée : 1 h 30

Jusqu’au 31 mars

Théâtre de Poche Montparnasse
75, bd du Montparnasse
75006 Paris

Réservations : 01 45 44 50 21

ob-eb7feb-couverture-bovary-page-1

Le texte de l’adaptation de Paul Emond est disponible au théâtre de Poche ou à la libraire Le Coupe-Papier à Odéon (13 €).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes