Emmanuelle Favier
Autrice, pigiste culture
Journaliste à Mediapart

30 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 mai 2015

Thabet et Bolze au théâtre du Rond-Point : être du bond

« Être du bond. N’être pas du festin, son épilogue » (René Char)Il est des moments où se pose la question de la pertinence d'écrire pour témoigner d’une expérience. Pour des raisons pratiques – le spectacle à l’origine de cette expérience a été créé il y a longtemps, nombre d’articles ont déjà été écrits dessus, il est à l’affiche depuis déjà dix jours et pour seulement une semaine encore… mais aussi pour des raisons intimes, parce que ce spectacle a fait remuer en vous, radicalement, la somme de sensations et de connaissances liées à tous les spectacles de danse vus auparavant.

Emmanuelle Favier
Autrice, pigiste culture
Journaliste à Mediapart

« Être du bond. N’être pas du festin, son épilogue » (René Char)

Il est des moments où se pose la question de la pertinence d'écrire pour témoigner d’une expérience. Pour des raisons pratiques – le spectacle à l’origine de cette expérience a été créé il y a longtemps, nombre d’articles ont déjà été écrits dessus, il est à l’affiche depuis déjà dix jours et pour seulement une semaine encore… mais aussi pour des raisons intimes, parce que ce spectacle a fait remuer en vous, radicalement, la somme de sensations et de connaissances liées à tous les spectacles de danse vus auparavant.

Non, à tous les spectacles, en réalité. Voire, à l’art. Voire : il a fait remuer en vous, il a déplacé radicalement votre rapport au monde, parce qu’il convoque la question de la vie, de l’affirmation de soi, de la prise en charge de son destin, de l’être que l’on forge à chaque instant, de la force. Ou pour le dire plus simplement, de l’amour, de l’amitié, de la création. Du rapport entre les êtres, fait de solidarité et de mesquinerie, de tendresse et de cruauté.

Rien de moins.

Alors quand un spectacle a posé tout cela, qui est tout, sur vos genoux, vous vous posez la question d’écrire.

Fort heureusement, cet espace qu’est le blog autorise tout, y compris à écrire qu’on ne peut pas écrire.

Et pourtant si, il faut s’y mettre, tant pis. Après tout, je n’avais jamais entendu parler de ces deux frères, il y a donc sans doute nombre de personnes dont c’est également le cas et qui auront ainsi la possibilité de partager ce bouleversement, en assistant à l’une des six représentations restantes… je me lance.

D’abord, sous l’égide de René Char donc, un trio formidablement intitulé Nous sommes pareils à ces crapauds qui dans l’austère nuit des marais s’appellent et ne se voient pas, ployant à leur cri d’amour toute la fatalité de l’univers[1] (créé en 2013) : la fureur et le mystère au bout des cinq pieds, ceux de Laida Aldaz Arrieta (qui remplace Artemis Stavridi pour les représentations au Rond-Point), Mathurin Bolze et Hèdi Thabet. Oui, cinq pieds, et deux béquilles. Hèdi est unijambiste, mais cela ne change rien, c’est-à-dire qu’il danse avec autant d’agilité et de grâce que ses partenaires. Et cela change tout, bien sûr, car notre regard est d’abord happé par cette incompréhensible puissance de l’étrange et de la volonté. Mais la grande force des concepteurs (Ali et Hèdi Thabet) est d’avoir fait en sorte que notre regard se déporte et ne demeure pas médusé par l'étonnement. C’est, d’abord et avant tout, de la danse de très haut niveau qui nous est donnée à voir, une danse certes acrobatique (la formation circassienne des danseurs est plus que présente) mais aussi profondément belle ; surtout, une danse où le moindre geste porte un sens véritable, plein et sincère. Ce sens qu’Hèdi, choisissant de revenir à la scène malgré son amputation, n’a pas eu d’autre choix que de mettre dans chaque décision. Foin des concepts qui demandent une lecture approfondie de la note d’intention, et éventuellement de Deleuze et de Derrida : l’art des frères Thabet, et de Mathurin Bolze qui a participé à la conception du duo Ali (créé en 2007), est concret, direct, généreux. Et absolument bouleversant.

Le premier volet explore la thématique du mariage, et l’on voit tout en quelques mouvements : l’engagement, l’amour, l’ennui, la tendresse, la violence, la jalousie… pour finir sur l’amitié, thème repris par le duo final où Bolze et Thabet déclinent des variations autour de la gémellité, souvent avec humour (on songe au formidable duo brésilien de théâtre gestuel Dos à deux), toujours avec une grâce et une douceur surnaturelles.

Entre les Crapauds et Ali, un intermède où quatre musiciens, entre voix déchirante et œil malicieux, nous permettent de nous remettre du précédent et de nous préparer au suivant. Sous la direction de Sofyann Ben Youssef, leurs compositions mêlent influences grecques, tunisiennes et turques. L’assemblage est parfait, les deux volets du diptyque, bien que conçus séparément, se répondent et se combinent en un trajet d’émotions indiscutable.

Le nom de cette compagnie créée en 2001, Mpta (Les mains, les pieds et la tête aussi), n’est en rien usurpé. Néanmoins on y ajouterait volontiers le cœur et le ventre, tant ceux du spectateur sont sollicités pendant cette parenthèse d’un peu plus d’une heure, qui pour moi du moins aura creusé une ligne de faille profonde, et rarement explorée, entre le bond et le festin.

© 

Nous sommes pareils à ces crapauds qui... /Ali

Nous sommes pareils à ces crapauds qui…

Conception : Ali Thabet, Hèdi Thabet ; interprétation : Mathurin Bolze, Laida Aldaz Arrieta, Hèdi Thabet ; direction musicale : Sofyann Ben Youssef ; musiciens : Stefanos Filos, Ioannis Niarchos, Nidhal Yahyaoui, Sofyann Ben Youssef

Ali

Conception et interprétation : Mathurin Bolze, Hèdi Thabet ; musiciens : Stefanos Filos, Ioannis Niarchos

Durée totale : 1 h 10

5 mai – 23 mai, 18 h 30

Théâtre du Rond-Point

2 bis, avenue Franklin-Roosevelt

75008 Paris

Salle Renaud-Barrault

Dimanche 17 mai, 18 h 30

Relâche les 18 et 19 mai

Réservation : 01 44 95 98 21


[1] « Feuillets d’Hypnos », n° 129, in Fureur et mystère

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra