Sommaire du numéro 81

Traduits, les livres engagent à un déplacement supplémentaire. D’Ivan Štrpka et Svetlana Žuchová (Slovaquie) à Fiona Kidman (Nouvelle-Zélande), Pagu (Brésil) et Blake Butler (États-Unis), En attendant Nadeau écoute des voix récemment passées en français.

Littérature française

Carmen Dintrich, J’ai pris la décision de mettre fin à ma vie, L’Harmattan
Le roman de la psychanalyse Carmen Dintrich synthétise un certain nombre de cas rencontrés au cours de sa pratique, et met en scène un adolescent prêt à mettre sa vie en jeu pour faire bouger une situation figée.

Tristan Félix, Ovaine. La Saga, Tinbad
Tristan Felix est poète, marionnettiste, clown, dessinatrice, conteuse. Elle pratique la prose et la poésie en acrobate, en prestidigitatrice, en équilibriste. L’art du cirque n’est pas une métaphore pour Ovaine. La Saga, car son écriture est constamment à la recherche de la surprise et son imagination en quête de numéros neufs.

Jean-François Haas, Tu écriras mon nom sur les eaux, Seuil
Avec Tu écriras mon nom sur les eaux, Jean-François Haas poursuit une entreprise littéraire d’une grande force. Lire ses romans revient à faire l’expérience d’une littérature qui place au centre les sentiments, non pas pour nous émouvoir, mais pour nous faire penser. Une expérience rare et sacrément revigorante.

Noël Herpe, Souvenirs/Écran. Voyages en France 2017-2018, Bartillat
Commissaire de l’exposition Henri-Georges Clouzot à la Cinémathèque française, Noël Herpe a joué les apôtres du cinéaste en allant prêcher la bonne parole aux quatre coins de la France profonde, ou presque. Il en est revenu avec un journal aussi horripilé que désopilant.

Romain Gary, Romans et récits, Gallimard
Longtemps relégués, les romans et les récits de Romain Gary (1914-1980) entrent dans la Bibliothèque de la Pléiade. En attendant Nadeau célèbre l'écrivain aux noms multiples, en retraçant le parcours d'une oeuvre fondamentalement transfrontalière et bâtarde, lue depuis le point de vue de l'histoire littéraire et de l'intime.

Beata Umubyeyi Mairesse, Après le progrès, La Cheminante
En ces semaines du vingt-cinquième anniversaire du génocide des Tutsi rwandais, Jean-Yves Potel lit et relit Après le progrès, de Beata Umubyeyi Mairesse. 82 pages et 45 poèmes où il est question de mots, de frontières, de souvenirs, d’oublis.

Jean-Michel Mariou, Le chauffeur de Juan. Sur la route des toros, Verdier
Jean-Michel Mariou a été pendant trois saisons le chauffeur de la cuadrilla du torero Juan Leal. Il en tire un livre d’initiation autant que d’expert, toujours au plus près de la réalité mais dans l’écart.

Exposition Manuscrits de l’extrême, Bibliothèque Nationale de France
L’exposition qui se tient à la BNF jusqu’au 7 juillet rassemble des textes d’écrivains ou d’anonymes écrits au bord d’abîmes multiples : ceux qui bordent la prison, la passion, les états de possession ou de péril.

Littérature étrangère

Blake Butler, 300 millions, Inculte
Auteur de Scorch Atlas, livre-relique des temps catastrophes, Blake Butler n’était pas traduit en français. Le premier à l’être est donc 300 millions, roman sous forme de liste horrifique, texte autodestructeur qui réfléchit la démesure et la violence américaines.

Patricia Galvão (Pagu), Matérialisme & zones érogènes, (Autobiographie précoce), Le Temps des Cerises
Matérialisme et zones érogènes explique pourquoi et comment Patricia Galvão, jeune fille de la petite bourgeoisie de Saõ Paulo et icône de l'avant-garde littéraire brésilienne devint militante communiste. 

Fiona Kidman, Comme au cinéma, Sabine Wespieser
Comme au cinéma est une chronique de la Nouvelle-Zélande au fil de tranches de vie familiale, de 1952 à 2015. La grande romancière Fiona Kidman y traite de la cascade des conséquences, de l’empreinte laissée par chaque génération sur le statut et la survie d’une descendance.

H. Leivick, Dans les bagnes du tsar, L’Antilope
Jusqu’à présent, le lecteur francophone ne pouvait lire que trois pièces de théâtre et quelques poèmes du poète et dramaturge yiddish H. Leivick (1888-1962). La traduction par Rachel Ertel de son témoignage sur ses six années d’incarcération, d’exil et de travaux forcés dans les bagnes du tsar est un événement.

Svetlana Žuchová, Voleurs et témoins et Scènes de la vie de M., Le Ver à Soie, et Ivan Štrpka, Un fragment de forêt (chevaleresque), Le Castor Astral
La Slovaquie est revenue au devant de la scène avec les grandes manifestations de février 2018, qui ont jeté une lumière crue sur la corruption de ses dirigeants. Trois livres parus depuis peu permettent, sans que leurs auteurs soient en rien les sismographes de ces soubresauts, de faire un autre voyage vers ce pays.

Romain Gary chez lui, à Paris (mars 1980). Photo Jacques Robert © Éditions Gallimard Romain Gary chez lui, à Paris (mars 1980). Photo Jacques Robert © Éditions Gallimard

Poésie

Jacques Darras, Van Eyck et les rivières dont la Maye, Castor Astral
Van Eyck et les rivières dont la Maye, réédité aujourd’hui, constitue la pierre angulaire du « roman-poème » fleuve en huit chants composé par Jacques Darras sur plus de vingt ans.

Essais

Michel Naepels, Dans la détresse. Une anthropologie de la vulnérabilité, Editions de l’EHESS
Les sciences sociales peuvent-elles décrire la vulnérabilité, l’incertitude, la solitude ? Michel Naepels répond à cette question avec Dans la détresse. Une anthropologie de la vulnérabilité.

Olivier Neveux, Contre le théâtre politique, La Fabrique
« Politique » et « engagé », le théâtre français en 2019 ? L’historien et philosophe Olivier Neveux jette un petit pavé dans ce ronronnant « citoyennisme ». Parfois injuste, sa mise au point esthétique peut néanmoins séduire, au moins comme une photographie exacte du champ théâtral hexagonal.

Histoire

Guillaume Mouralis, Le moment Nuremberg. Le procès international, les lawyers et la question raciale, Presses de Sciences Po
L’historien du droit et sociologue Guillaume Mouralis nous fait pénétrer dans les coulisses et la machinerie du procès de Nuremberg. 

Edith Sheffer, Les enfants d’Asperger : le dossier noir des origines de l’autisme, Flammarion
Le livre de l’historienne américaine Edith Sheffer Les enfants d’Asperger paraît en français avec un sous titre, Le dossier noir des origines de l’autisme, beaucoup plus racoleur que l’original, Les origines de l’autisme dans la Vienne nazie. Mais les élans sensationnalistes de l’éditeur ne devraient pas détourner de la lecture d’un livre intéressant par certains aspects et moins convaincant par d’autres.

Philosophie

Catherine Hass, Aujourd’hui la guerre. Penser la guerre, Clausewitz, Mao, Schmitt, Adm. Bush, Fayard
L’anthropologue Catherine Hass entreprend dans son dernier ouvrage un inventaire subjectif de pensées récentes de la guerre pour penser le fait guerrier actuel. Si son livre paraît parfois corseté par un arsenal théorique difficile à suivre, il offre des analyses enthousiasmantes de discours et de situations politiques contemporaines.

Jacques Le Brun, Dieu, un pur rien. Angelus Silesius, poésie, métaphysique et mystique, Seuil
Le pèlerin chérubinique n'a cessé d'inspirer poètes et philosophes. Dans Dieu, un pur rien, Jacques Le Brun éclaire la pensée de son auteur, Angelus Silesius.

Arts

Charlotte Guichard, La Griffe du peintre. La valeur de l’art (1730-1820), Seuil
La signature du peintre témoigne de sa présence, garantit son renom ou en rend compte ; elle se tient à la frontière des beaux-arts et du commerce, montre Charlotte Guichard dans La griffe du peintre. 

Anne Lafont, L’Art et la Race. L’Africain (tout) contre l’œil des Lumières. Les Presses du Réel
Fruit d’une exigeante recherche de plus de dix ans menée par Anne Lafont, L’art et la race est une réflexion dense et ambitieuse sur les représentations visuelles des Noir.e.s au XVIIIe siècle. Un objet d’étude dont l'approche inédite vient bousculer et stimuler la discipline de l’histoire de l’art en France.

D’atelier en atelier
En attendant Nadeau part sur les traces de peintres dont l’œuvre entretient des liens étroits avec la poésie. Première étape : aux portes de Sens, chez l’artiste Biagio Pancino. Occasion d’une redécouverte de l’Art Ephémère.

Théâtre

August Strindberg, Mademoiselle Julie. Mise en scène de Julie Brochen, Théâtre de l’Atelier
Julie Brochen met magnifiquement en scène Mademoiselle Julie d’August Strindberg au Théâtre de l’Atelier, avec Anna Mouglalis et Xavier Legrand.

www.en-attendant-nadeau.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.