Éditorial du numéro 83

Cette année qui commence à fondre dans l’été a été en France l’occasion de faire revenir le mot « peuple » en tête de l’actualité. Gérard Noiriel, dans un entretien passionnant avec Vincent Milliot et Philippe Minard, s’explique sur ce terme en montrant les forces et les paradoxes qu’il y a à faire une Histoire populaire de la France.

En lien avec l’histoire militante, En attendant Nadeau a traduit un texte de l’écrivain et engagé politique kenyan Binyawanga Wainaina, décédé le mois dernier, publié dans Granta avant sa mort. Il s’y moque des clichés qui ont la vie dure dans les récits d’Afrique et rappelle qu’il ne suffit pas de connaître des écologistes et de citer Mandela pour respecter et décrire ce qui se joue sur ce continent.

Car il y a des moyens de contrer les clichés. Paul B. Preciado le rappelle dans Un appartement sur Uranus, qui rassemble les chroniques qu’il a publiées dans Libération, le changement commence par le langage. Et le consentement à la métamorphose ne peut pas ne pas avoir de conséquences politiques.

Nous parlons aussi de l’étonnant roman de Mohammad Rabie qui situe son intrigue dans une bibliothèque du Caire, entre Le Nom de la Rose d’Umberto Eco et « La bibliothèque de Babel » de Borges. Les lettres échangées par Panaït Istrati et Romain Rolland ont beaucoup joué dans le devenir écrivain de l’autodidacte roumain et font l’objet d’un bel article de Linda Lê. Norbert Czarny rend compte d’un recueil de textes en grande partie inédits en français de Primo Levi qui n’a cessé, sa vie durant, de témoigner des conditions de vie et de mort dans les camps.

Notre chronique Hypermondes évoque la première vraie biographie de H.P. Lovecraft ; la chronique suspense retrouve le commissaire Mario Conde, inventé par l’écrivain cubain Leonardo Padura, pour sa neuvième enquête, La transparence du temps. La chronique disques, elle, évoque une belle rencontre entre Ligeti et Beethoven.

Au fil de la quinzaine, nous retrouverons Ces Nooteboom à Minorque ; Alain Viala parlant d’une mythologie française, la galanterie ; Jacques Neefs répondra à trois questions sur sa nouvelle édition de poche de Madame Bovary… car nos numéros s’enrichissent au fil des jours.

T. S., 3 juillet 2019

www.en-attendant-nadeau.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.