"La littérature est une forme de science-fiction": entretien avec Ben Lerner

À partir de son roman «10 : 04», Ben Lerner évoque la manière dont il conçoit l’écriture, les relations entre images et littérature, poésie et prose, réalité et virtualité.

Ben Lerner, 10 : 04. Trad. de l'anglais (États-Unis) par Jakuta Alikavazovic, L'Olivier, 266 p., 19,50 €

La question semblera abrupte peut-être, mais quel est le sujet de 10 : 04 ?

On me l'a souvent demandé, je m'émerveille de mon incapacité à y répondre. Sur le plan littéral, le roman raconte l'histoire d'une personne qui, suite à un diagnostic médical, découvre sa fragilité biologique. En même temps, ses mentors littéraires vieillissent, ce qui l'oblige à songer à la question de la transmission littéraire. Et, enfin, sa meilleure amie lui demande de l'aider à tomber enceinte, l’amenant à réfléchir cette paternité potentielle : sera-t-il simple donateur de spermatozoïdes ou véritable père ? Tout cela se déroule à New York pendant un laps de temps un peu flou, englobé par les préparatifs pour deux gros orages qui font paniquer les habitants de la ville.

Aurait-on pu écrire le même livre un siècle plus tôt, en changeant le décor technologique ? Ne s'agit-il pas d'un roman sur la perception?

La littérature a toujours été une forme de science fiction dans la mesure où elle essaie de s'imaginer comme un moyen de voyager dans le temps. Le roman, tout en traitant le grand rêve du rapport entre l'individu et le social, n'a jamais cessé de superposer ce thème aux vicissitudes d'une époque. Aujourd'hui, celles-ci comprennent, entre autres, le changement climatique, le déclin de l'empire américain et des nouvelles technologies de reproduction. Donc 10 : 04 demeure très contemporain, et en même temps, comme vous le dites, préoccupé par les éternelles questions épistémologiques.

Vous ne cachez pas vos convictions politiques, très à gauche. Pourtant, vos fictions mettent en scène des personnages privilégiés, préoccupés par des problèmes spécifiques à un milieu. Aujourd'hui, ces romans sont souvent taxés de « narcissisme. »

Ce texte, comme Au départ d’Atocha, traite la question du privilège. À mes yeux, ç’aurait été plus « narcissique »  que d'ignorer les contradictions de ma propre existence en me projetant, par exemple, dans celle d'un réfugié syrien, comme si j'avais accès à toute cette expérience-là. Je voulais réfléchir sur l'absurdité de la situation d'un homme blanc vivant à la fin de l'empire américain, en m'interrogeant sur les possibilités de liens et empathie qui existent encore. Donc mon roman est gorgé d'auto-référentialité et d'autocritiques.

Vous êtes en train de créer une méta-œuvre. À un moment dans 10 : 04, le héros parle d'un enterrement qui aurait servi de point de départ pour un mensonge que le lecteur d'Au départ d'Atocha reconnaitra comme appartenant à l'univers de ce dernier.

Je conçois les deux romans comme un diptyque. Dans Atocha il y a ce garçon, Adam Gordon, angoissé et égocentriste à un tel point qu'il n'arrive pas à voir les autres. Je le considère comme une version de moi-même, c'est-à-dire de l'auteur du personnage d'Adam Gordon : c'est moi et en même temps un autre. Dans 10 : 04 j'abandonne un peu le solipsisme picaresque du premier livre pour adopter une certaine intersubjectivité. Le héros est dorénavant capable de voir, d'être vu, de tourner son regard vers le monde extérieur en compagnie des autres, de gérer l'altérité et l'affectivité. Le tout, bien évidemment, dans les contraintes imposées par l'univers d'une ville absurde et d'un mode de vie privilégié.

Votre titre est à la fois concis et énigmatique.

10 : 04 représente l'instant dans le film Retour vers le futur où la foudre frappe l'horloge de l'hôtel de ville, ce qui permet à Michael J. Fox de regagner le présent, le sien, celui de 1985 et 1986. Ce qui correspond pour moi à la période où j'ai commencé, dans le récit que je me suis inventé, à prendre conscience du langage et du social. Mais cette scène de Retour vers le futur, où l'on voit l'horloge figée à 10 : 04, est aussi l'un des moments les plus marquants de l'installation vidéo de Christian Marclay, The Clock. Donc ce titre démontre comment une image ou une phrase peuvent recouvrir plusieurs instants ou concepts, il transmet l'idée de l'art comme technologie de voyage dans le temps, il incarne tout seul le principe de dédoublement.

La densité de 10 : 04 tient en partie de l'entrelacement de mots et d'images reproduites dans le livre.

Aujourd'hui, la sphère publique se construit uniquement à partir du visuel. La fiction devient alors plus puissante lorsqu'elle nous permet de recadrer une image. C'est l'un des aspects le plus traditionnels du roman, comme par exemple dans Tristram Shandy, où il y a de petits dessins. Le roman nous rappelle comment le supplément textuel peut altérer notre appréciation d'une image. Sinon, j'adore faire en sorte que mes personnages regardent quelque chose ensemble, comme le tableau de Jules Bastien-Lepage (Jeanne d'Arc) dans 10 : 04, que je juxtapose avec l'image fixe du film où l'on voit la main de Marty McFly (Michael J. Fox) en train de disparaître. Lorsque le lecteur, lui aussi, peut regarder la même chose, cela multiplie l'effet de parallélisme. Souvent les auteurs de romans réalistes conçoivent ceux-ci sous l'angle de la métaphore optique : chez Conrad, par exemple, tout renvoie au regard, il vous oblige à voir, vous oubliez que vous lisez un texte, celui-ci devient transparent, vous permettant de regarder la même « réalité » que les personnages. Quant à moi, cela me plaît de reproduire des images dans mes livres afin d’alléger le poids de la description réaliste, pour rappeler au lecteur que prose et image sont deux procédés distincts. En plus, cela crée de nouvelles torsions dans le langage même.

Ben Lerner © Patrice Normand Ben Lerner © Patrice Normand


Le ton de 10 : 04 est insaisissable. Il peut faire penser à Sofia Coppola ou à Jim Jarmusch, à la fois neutre, blasé et ironique. Il n’est pas aisé, bien que le roman soit hilarant, d’en évaluer l’intention humoristique.
 
Je suis content que vous le trouviez drôle. Pour moi, les deux personnages principaux le sont. Enfin, j'espère. En même temps, le « projet » défini par le héros - apprendre à vivre dans le présent - est totalement sincère. Je m'intéresse beaucoup aux œuvres d'art dont le ton semble indéfinissable, dans lequel on n’évite pas l’indicible, où l’auteur vous le laisse deviner, refusant de l'interpréter. Je ne supporte pas cette conception traditionnelle du roman où le protagoniste doit subir un changement : je laisse ouverte la question de son développement. Pour moi, l'art consiste dans la capacité d'un auteur de s'abstenir de toute interprétation.

Vous avez commencé à publier en tant que poète. Dans 10 : 04, lorsque le narrateur évoque ses modèles littéraires, il ne mentionne aucun romancier.

Je suis d'abord poète, ce qui explique ma conception singulière de la forme littéraire. Entre autres, j'aime le roman parce qu'il me permet de réfléchir sur la poésie et de mettre celle-ci en exergue. Dans la mesure où l'écriture romanesque m'a influencé, c'était plutôt celle des étrangers. Même si mon roman ne ressemble pas à ceux de Virginia Woolf, elle m'a beaucoup appris sur le dialogue et sur une sorte de voix collective. J’emprunte ma façon de rapprocher image et prose, aussi bien que dans l'entrecroisement de l'intime et du social, à W. G. Sebald et à Javier Marías. Cela dit, dans mes deux romans les esprits de Whitman et d'Ashbery demeurent omniprésents.

Dans votre dernier livre, The Hatred of Poetry (inédit en français), vous dites que la théorie poétique est parfois plus belle que la poésie elle-même, permettant à l'essayiste d'évoquer des poèmes « impossibles. » On décèle parfois chez vous un petit parfum platonique lorsque vous évoquez vos illusions pour des objets idéaux. La quête irréalisable d'habiter le moment présent - l'objectif de votre héros - ne représente-t-elle pas une transposition romanesque de ce même néo-platonisme.

Je suis d'accord. Quand j'avance que l'expérience dépend toujours d'une fiction, c'est aussi une façon de dire qu'il n'y a pas d'idéal platonique, qu'il n'y pas de vie parfaite, qu’il y a seulement des fictions plus ou moins fécondes. Ainsi, parfois, de grands vers naissent d'un poème impossible. Mais dans le domaine de la poésie, au lieu de songer à un poème réel et existant, je préfère qu'on tende vers le virtuel et l'impossible.

Votre emploi du terme « fécond » suggère la reproduction, thème central de 10 : 04. Si on faisait abstraction de vos élucidations théoriques, pourrait-on dire qu'il s'agit simplement de l'histoire d'une grossesse ?

En effet. Le terme « dilation », qui réparait de façon récurrente, s’associe étroitement à la grossesse ainsi qu'au temps : la dilation temporelle. On l'emploi aussi lorsque l'aorte s'élargit (ce qui le cas pour le héros de 10 : 04). Donc ce seul terme recouvre des notions d'expansion biologique, géologique, temporelle, personnelle, mortelle - toutes liées au thème de la possibilité biologique. Le texte réfléchit néanmoins aussi la grossesse en dehors des structures conventionnelles.

Où vous situez-vous par rapport à cette question ? Le triangle central formé par le héros, Alex et Alena semble un peu triste : il couche avec l'une et aime l'autre. Celle qui veut  tomber enceinte de lui n'éprouve aucune passion pour le futur géniteur.

Il faut comprendre qu'il ne s'agit pas uniquement d'une soit disant incapacité de sa part à habiter sa relation avec Alex. Elle n'attend pas qu'il devienne un amant passionné, elle sait ce qu'elle veut, qu'ils approfondissent leur amitié, jusqu’à devenir parents ensemble, ce qui ne veut pas dire « Je t'aime d'amour. » Elle cherche à tomber enceinte. C'est une femme qui choisit d'avoir une famille sans être dépendante d'un homme. Je n'ai pas d'avis à ce sujet. Je n'ai jamais d'avis sur les profonds changements technologiques, je ne pourrais dire s’ils sont bien ou s’ils sont mauvais. Je crois qu'ils sont les deux à la fois. Dans 10 : 04, j'essaie de dessiner les contours d'un territoire de tendresse et d'amitié qui ne figure pas sur la cartographie traditionnelle des relations homme-femme.

 Dans Portnoy et son complexe de Philip Roth, Alex Portnoy a trente-trois ans, comme votre héros.

Je ne le savais pas.

Il y a la répétition de l'âge, la récurrence du surnom Alex et la centralité de la masturbation, sauf qu'ici elle devient strictement utilitaire.

C'est une très bonne lecture de mon roman. Les noms sont toujours importants parce qu'ils renvoient à ceux d'autres personnages fictifs ou historiques, par des voies mystérieuses qui échappent à l'auteur. A mes yeux, la relation entre le narrateur et Alex représente le noyau affectif de ce roman, elle démonte la possibilité d'une forme de lien et d'amitié peu représentés dans la littérature. Bien évidemment, il y aura entre eux une différence biologique et sexuelle, tout cela est complexe, mais leur relation n'est pas déterminée par des modèles traditionnels. Ils s'aiment énormément. Il ne s'agit pas d'un amour tragique, ni d'une passion sexuelle. Au lieu de se regarder passionnément dans les yeux l'un et l'autre, ils se promènent à travers la ville. De cette manière, le roman exprime une sorte de parallélisme.

Elle lui en demande beaucoup. C’est une forme de don ultime qui crée une obligation importante.

Leur relation est compliquée. Il est en train de prendre la mesure du cadeau qu'elle lui demande. Qu'adviendrait-il si, cinq mois plus tard, Alex tombait amoureuse d'un autre garçon ? Ou si elle perdait le fœtus ? A la fin de mes romans, je préfère laisser le lecteur dans l'incertitude.

Kundera explique que pour lui l'écriture commence avec une idée visuelle. Est-ce le cas pour vous ? Il y a trois images centrales dans 10 : 04 : l'aquarelle de Klee commentée par Benjamin, le tableau de Bastien-Lepage et l'image fixe du film Retour vers le futur. Quels rapports entretiennent-elles ?

Dans son analyse de l'aquarelle de Klee qu'il appelle « l'Ange de l'Histoire », Benjamin dit que l'ange a le dos tourné vers l'avenir (« her back is to the future »), ce qui fait écho au titre du film (Back to the Future).

Ces idées étaient-elles déjà présentes dans votre esprit lorsque vous avez conçu le roman ?

Une fois l'écriture terminée, j'oublie souvent comment je suis arrivé à ce résultat. Le roman remplace littéralement mon souvenir. Mais il se trouve que, récemment, un ami m'a rappelé que je lui avais envoyé un courriel dans lequel j'avais joint ces deux images en disant « quelqu'un pourrait en faire un roman. »

Propos recueillis par Steven Sampson

www.en-attendant-nadeau.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.