En attendant Nadeau recommande "La Pente de la revêrie"

Le jeudi 12 janvier, dans le cadre d'une série de rencontres liées à l'exposition "La Pente de la rêverie" à la maison Victor Hugo (jusqu'au 23 avril 2017), Marie Etienne d'En attendant Nadeau dialoguera avec Bernard Chambaz.

http://maisonsvictorhugo.paris.fr/fr/expositions/la-pente-de-la-reverie

La maison de Victor Hugo rend hommage au poète et à la poésie en consacrant une exposition à un poème de Victor Hugo : La Pente de la rêverie.

Le poème décrit précisément l’expérience d’un rêveur qui, à sa fenêtre, en plein Paris, se laisse entraîner par sa rêverie en des contrées lointaines, reculées, gigantesques et se trouve emporté par ses visions jusqu’au « profond de l’abîme ». Extrait des Feuilles d’automne ce poème est considéré comme le premier grand poème « visionnaire » de Victor Hugo et annonce les grands textes de l’exil (Contemplations, Légendes des Siècles, Dieu, La Fin de Satan…).

Comment rendre compte de cette forme qu’est le poème? Cette poésie visionnaire et lyrique a-t-elle encore une chance, aujourd’hui, de nous toucher, de nous parler ?

C’est à ces questions que tente de répondre l’exposition par plusieurs dispositifs : l’intégralité du poème sera mis à disposition, sa contextualisation et un éclairage pas à pas, vers par vers du poème seront disponibles sur une application numérique en accès libre dans les salles. Le visiteur pourra ainsi comprendre son fonctionnement, ses références, et son articulation dans le recueil des Feuilles d’automne paru en 1831.
Une série d’œuvres de Piranèse, John Martin, François de Nomé et de Victor Hugo lui-même donneront à voir des visions d’architectures fantastiques auxquelles Hugo a pu se référer pour construire celles du poème.

L’exposition a été l’occasion d’un travail soutenu avec l’académie de Créteil et l’engagement des équipes pédagogiques. Pendant toute l’année scolaire 2015-2016 neuf classes de seconde et de première de lycées et de lycées professionnels de l’académie de Créteil ont travaillé sur le poème, l’ont décortiqué s’en sont saisi et ont offert leur lecture, leur vision du poème. Cela donne lieu à des réalisations étonnantes aux formes très variées : films, photographies, dessins librement inspirés par tel ou tel vers, réalisation d’un fauteuil, boléros, pour un lycée professionnel du textile, une installation visant à faire éprouver physiquement au spectateur la pente de la rêverie, l’écriture collective d’un poème et chanson, comme un prolongement ou une traduction de l’œuvre de Victor Hugo.

Deux artistes contemporains : la peintre Anne Slacik et le photographe Jean-Christophe Ballot apportent une autre vision actuelle du poème. Ils ont eux aussi créé, à partir du poème, cinq peintures originales pour l’une et une installation de ses photographies pour l’autre.

Et pour compléter le tout un partenariat avec la Maison des écrivains et de la littérature a permis à dix poètes contemporains de proposer leur vision du poème. Leurs textes écrits en résonnance ou en confrontation avec le poème de Victor Hugo, illustreront une dizaine de petits films.
Toutes ces réalisations sensibles, riches et inventives, témoignent, si besoin en était, du pouvoir intact de la poésie de Victor Hugo.

Enfin, en partenariat avec la MEL, plusieurs poètes contemporains ont écrit un courte rêverie sur ou à partir de la rêverie de Hugo, regard critique ou enthousiaste sur ce versant de la poésie qu’ouvre La Pente de la rêverie, poésie lyrique, épique, toute entière tournée vers la métaphysique de l’invisible.

Rencontres

Salon rouge de la maison de Victor Hugo

Jeudi 8 décembre à 18h30  Anne Slacik et Jean-Christophe Ballot, « Poésie, peinture et photographie, quel dialogue ? [modérateur Vincent Gille]
Jeudi 12 janvier à 18h30 Marie Etienne et B. Chambaz [modérateur Sylvie Gouttebaron]
Jeudi 23 février 2017 à 18h30: Franck Laurent/Virginie Lalucq [modérateur Vincent Gille]
Jeudi 16 mars 2017 à 18h30 : Suzanne Doppelt et Vincent Broca [modérateur Inga Walc-Bezombes]

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.