Sommaire du numéro 56

Nous vous donnons d’autres rendez-vous au fil de la quinzaine : pour du suspense avec John Le Carré, de la poésie avec Jean Pérol, de la philosophie avec Giorgio Agamben.

Littérature française

Hélène Bessette, On ne vit que deux fois, Le Nouvel Attila
Le Nouvel Attila a entrepris de republier l’intégralité de l’œuvre d’Hélène Bessette. Dans On ne vit que deux fois, courte autobiographie inédite, elle tente d’exposer sa poétique tout en cherchant à comprendre les raisons de ses insuccès littéraires.
                             
Pierre Cendors, Vie posthume d’Edward Markham, Le Tripode
Écrit dans le prolongement d’Archives du vent paru en 2015, Vie posthume d’Edward Marham est une novella où s’entremêlent avec une certaine virtuosité vie intérieure et fiction, cinéma et poésie, rêve et réalité.

Adelheid Duvanel, Délai de grâce, Vies parallèles
Les textes brefs d’Adelheid Duvanel sont d’une inquiétante simplicité. Ils font la chronique d’un monde clos et d’existences modestes, insignifiants en apparence.

Gérard Genette
Gérard Genette est mort le 11 mai 2018. Théoricien influent de la littérature, écrivain original, cette figure majeure aura considérablement marqué les études littéraires à travers le monde. Pour lui rendre hommage, EaN propose trois regards sur son œuvre. Jacques Neefs, qui a été très proche de lui, témoigne de sa fulgurance, de son humour et de son acuité. Lucile Dumont revient sur l'aventure de la poétique et Jean-Louis Tissier rappelle la surprise du passage de la narratologie à l'autoportrait par fragments.

Nathalie Heinich, Une histoire de France, Les Impressions nouvelles
Nathalie Heinich est l’une des figures les plus en vue de la sociologie française. Une histoire de France, livre éminemment personnel, s’il mobilise les savoirs et une méthode intellectuelle, est avant tout un livre de mémoire familiale qu’il faut lire entre les lignes et entre les images.

Littérature étrangère

Rachid El-Daïf, La minette de Skirida, Actes Sud & Elias Khoury, Les enfants du ghetto. Je m’appelle Adam, Actes Sud
À première vue, les romans de Rachid El-Daïf et Elias Khoury sont très dissemblables, tant par les thèmes abordés que par les styles d’écriture qu’ils adoptent. Cependant l’un et l’autre posent, chacun à sa façon, la question majeure du silence dans un pays où l’on parle beaucoup, mais où il y a tant de choses qui ne se disent pas.

John Le Carré, L’héritage des espions, Seuil & Cahier John Le Carré, L’Herne
George Smiley est de retour ! Aperçu pour la dernière fois il y a 27 ans, on retrouve dans L’héritage des espions le héros le plus célèbre de John Le Carré. On se replonge avec délectation dans l’univers de la Guerre froide qui a rendu l’écrivain célèbre et dont l’œuvre, exemplaire d’un genre qui entremêle fiction et politique, est placée au centre d’un nouveau Cahier de l’Herne.

Aleksandra Lun, Les palimpsestes, Éditions du Sous-sol
À l’instar de Beckett, de Blixen, d’Ionesco, de Nabokov, de Kristof ou de Conrad, Aleksandra n’écrit pas dans sa langue maternelle mais dans « une langue marâtre ». Polonaise, polyglotte, elle écrit en espagnol ses Palimpsestes, un abrégé désopilant et vibrant d’intelligence.

Herta Müller, Tous les chats sautent à leur manière, Gallimard
Dans les longs entretiens qu’elle a accordé à l’éditrice autrichienne Angelika Klammer, Herta Müller, prix Nobel 2009, se confie sur sa vie, son enfance, sa jeunesse, la situation politique de la Roumanie et des minorités germanophones, ses premiers textes, ses choix esthétiques, son rapport à la langue, sa lucidité angoissée.

Xu Zechen, La grande harmonie, Philippe Rey
Troisième roman traduit de Xu Zechen en France, La grande harmonie est un récit exemplaire de la Chie contemporaine. Ample, épique, il témoigne de la vitalité d’une nouvelle génération d’écrivains qui dresse le portrait d’un pays bien loin des clichés qui se répandent partout dans le monde.

Boris Zaïtsev, La vie de Tourgueniev, YMCA-Press
Boris Zaïtsev cherche à reconnaître et à suivre les couloirs d’une conscience.

© Ulf Andersen © Ulf Andersen

Poésie

Bernard Noël, Entretiens avec Alain Veinstein, L’Armourier
L’œuvre et la pensée de Bernard Noël inventent un cheminement propre, refusant la fixité. De 1974 et 2014, Alain Veinstein l’a reçu dans son émission Du jour au lendemain. Leurs échanges suivent l’avancée du travail de l’écrivain, ouvrent des portes, interrogent sa signification.

Jean Pérol, L’infini va bientôt finir, La Rumeur libre
Poète sans préjugés, désormais sans militantisme politique, Jean Pérol porte sur l’époque un regard lucide, parfois férocement critique, le plus souvent désabusé.

Emmanuel Venet, 49 poèmes carrés dont un triangulaire, La Fosse aux ours
Jouant d’une forme répétée, les poèmes amoureux sous forme de carrés d’Emmanuel Venet introduit dans la forme poétique une géométrie et obéissent à une loufoquerie lucide et douce-amère assez drôle.

Essais

Christian Morel, Les décisions absurdes III, Gallimard
Titanic ou Y-a-t-il un pilote dans l’avion ? Film catastrophe ou comédie loufoque ? Les amateurs de scénarios extrêmes trouveront matière à bâtir une intrigue en lisant Les décisions absurdes, le troisième volet des essais du sociologue Christian Morel.

Hanns Zischler, I Wouldn’t Start from Here. Histoires égarées, Macula & Benoît Goetz, La dislocation, Verdier
On pourra lire, comme en contrepoint, le beau livre d’Hanns Zieschler que font paraître les éditions Macula avec l’essai de Benoît Goetz dans la collection de poche de Verdier. Les croquis, les plans, les listes réassemblés par Zischler esquissent un labyrinthe dans lequel on s’égare, quand Goetz semble nous y guider.

Histoire

Jérôme Prieur, Berlin, Les Jeux de 36, La Bibliothèque
Issu d’un film documentaire tourné par Jérôme Prieur, Berlin, Les Jeux de 36 propose une expérience historique qui nous transporte dans une ambiance sportive, ludique et en même temps terriblement répressive qui semble bien trop familière. Le nazisme serait-il tout d'abord une question d'esthétique ?

Philosophie

Giorgio Agamben, Karman, Seuil
Giorgio Agamben retrace la généalogie des notions ayant trait à l’action et montre que notre idée de la morale est formée dans le vocabulaire du droit romain. Ce qui ne signifie pas qu’elle s’y résorberait.

John Dewey, Écrits politiques, Gallimard & Tadeuz Kotarbinski, Écrits sur l’éthique, 1935-1987, Hermann
On présente souvent John Dewey comme le penseur de la démocratie « radicale » et « profonde ». Cette conception de ses travaux peut être véritablement questionnée et remise en cause.

Arts

Jean-Robert Dantou et Florence Weber, Les murs ne parlent pas, Kehrer
Les murs ne parlent pas est un livre hybride : c’est le fruit de la collaboration d’un photographe, Jean-Robert Dantou et d’une équipe d’anthropologue dirigée par Florence Weber.

Enfers et fantômes d’Asie, Musée du quai Branly-Jacques Chirac, du 10 avril au 15 juillet 2018
La grande exposition Enfers et fantômes d’Asie au Musée du quai Branly nous plonge dans un univers mythologique mystérieux. On y découvre la prégnance de croyances ancestrales dans les sociétés asiatiques contemporaines et les formes dans lesquelles on y conçoit l’au-delà, la mort et la présence des esprits.

Cinéma

Alain Joubert, Le cinéma des surréalistes, Maurice Nadeau
Le cinéma des surréalistes d’Alain Joubert n’est pas un livre sur les films surréalistes mais sur ceux, immensément plus nombreux et divers, qui les ont accompagnés.

Théâtre

Bernard Garo, La disloquée, performance pluridisciplinaire
Le spectacle multiforme de Bernard Garo, artiste suisse, a enthousiasmé Alban Bensa qui y a vu une manière de faire se rencontrer les formes plastiques et l’anthropologie.

Jean Racine, Bérénice, mise en scène de Célie Pauthe, jusqu’au 10 juin.
Célie Pauthe met en scène, aux Ateliers Berthier, Bérénice de Racine. Plutôt qu’une énième version, elle choisit de mettre en relation la pièce avec le film de Marguerite Duras, Césarée.

Chroniques

Disques (7)
Chimère est le dernier de trois disques que Sandrine Piau et Susan Manoff consacrent aux mélodies allemande, anglaise et française.

Notre choix de revues (12)
XXI propose une série de dossiers passionnants qui s’inscrivent dans la longue durée, Le Crieur poursuit son travail ouvert pour promouvoir une réflexion de gauche dans le monde d’aujourd’hui, alors que Les hommes sans épaules brosse un magnifique panorama de la poésie du Chili.

www.en-attendant-nadeau.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.