Sommaire du numéro 87

La littérature française est toujours bien présente, avec "Propriété privée", de Julia Deck, "Les ardents", de Nadine Ribault, "Forêt-furieuse" de Sylvain Pattieu et "Par les routes" de Sylvain Prudhomme.

Littérature française

Emmanuel Bing, Itinéraire de la fuite, Éditions Maurice Nadeau et Pablo Katchadjian, La liberté totale, Le Nouvel Attila
Faut-il emprunter l’itinéraire de la fuite pour atteindre à la liberté totale ? C’est ce que la lecture de deux livres récents pourrait nous laisser à penser : La liberté totale de Pablo Katchadjian et Itinéraire de la fuite d’Emmanuel Bing.

Julia Deck, Propriété privée, Minuit
De la place des Fêtes réaménagée à la lointaine banlieue dans laquelle ses personnages ont déménagé pour habiter un écoquartier, Propriété privée, quatrième roman de Julia Deck, raconte la ségrégation urbaine d’aujourd’hui.

Hélène Gaudy, Un monde sans rivage, Actes Sud
À partir d’une enquête sur l’échec de l’expédition polaire Andrée lancée en 1897, Hélène Gaudy, dans la continuité de son livre sur le camp de Terezin, élabore une vaste métaphore de l’engloutissement et de la remontée des traces.

Thierry Laget, Proust, prix Goncourt. Une émeute littéraire, Gallimard
En 1919, le prix Goncourt a seize ans, son jury est entièrement masculin et ses deux favoris sont Marcel Proust, pour À l’ombre des jeunes filles en fleurs, publié par Gallimard, et Les croix de bois, de Roland Dorgelès, chez Albin Michel. Thierry Laget raconte avec une grande vivacité une bataille historique du monde des lettres.

Sylvain Pattieu, Forêt-furieuse, Le Rouergue
La tentation est grande de quitter en cours de route la Forêt-furieuse de Sylvain Pattieu. Ce récit post-apocalyptique, qui juxtapose trois projets dans une construction fragmentaire, nous touche par son ambition, même s’il a le souffle littéraire un peu court.

Six parutions sur Georges Perec
La disparition de Georges Perec, publié en 1969, a cinquante ans. Jean-Pierre Salgas parcourt les parutions récentes sur une grande œuvre moderne qui continue de fasciner, de la construction des textes aux voyages de Perec aux États-Unis, en passant par son inscription dans le champ littéraire français.

Sylvain Prudhomme, Par les routes, Gallimard
Sacha veut donner une nouvelle forme à sa vie et à son travail et quitte Paris pour le sud-est de la France. Ressurgit alors « l’autostoppeur », l’ami auquel il n’a jamais arrêté de penser. Sylvain Prudhomme continue d’explorer l’amitié masculine avec Par les routes, roman du désir et de la douceur du temps qui passe. 

Nadine Ribault, Les ardents, Le mot et le reste
Trois femmes s’affrontent dans la Flandre du XIe siècle frappée par le mal des ardents — l’ergotisme, qui provoque à la fois une sensation de brûlure et de froid. Nadine Ribault signe un roman flamboyant.

Littérature étrangère

Bakhtiar Ali, Le dernier grenadier du monde, Métailié
Après vingt-et-un an de captivité dans le désert, un officier kurde part à la recherche de son fils. Le dernier grenadier du monde de Bakhtiar Ali, traduit du sorani, suit plusieurs pistes et multiplie les jeux de miroir.

Giorgio Falco, La jumelle H., Verdier
Dans le premier roman traduit en français de l’Italien Giorgio Falco, deux jumelles racontent tour à tour l’histoire d’une famille allemande, des lendemains de la Première Guerre mondiale aux années 2000, de la Bavière à la Lombardie.

Dominique Sigaud, La malédiction d’être fille, Albin Michel et Joumana Haddad, Le livre des reines, Jacqueline Chambon
Dominique Sigaud énumère les violences faites aux filles à travers le monde. Joumana Haddad les incarne dans quatre femmes d’une même famille, inspirée de la sienne. Deux approches, journalistique et romanesque, pour raconter une même horreur.

Paula McGrath, La fuite en héritage, Quai Voltaire
Trois récits et un long monologue racontent quatre destins de femmes irlandaises décidées à secouer les contraintes insupportables de la société, qui possèdent la fuite en héritage. Paula McGrath écrit un beau livre sur la continuité qui soude les générations.

Ottessa Moshfegh, Mon année de repos et de détente, Fayard
Jeune, riche, belle et tout juste diplômée, l’héroïne du nouveau roman d’Otessa Moshfegh s’enferme au mois de juin de l’an 2000 dans son appartement de Manhattan. Son projet ? Dormir pendant un an. Steven Sampson a interrogé la romancière américaine sur ce roman entouré d’une « ambiance de pressentiment ». 

Ingo Schulze, Peter Holtz. Autoportrait d’une vie heureuse, Fayard
Ingo Schulze a composé un roman picaresque qui mène son héros candide, l’archi-communiste Peter Holtz, de la RDA d’Erich Honecker à l’Allemagne réunifiée de Gerhard Schröder, en restant fidèle jusqu’au paradoxe à son idéal politique.

Poésie

Georges Perros, Poèmes bleus, Poésie/Gallimard
En 1962, Georges Perros, qui approche de la quarantaine et a déjà quitté Paris pour le Finistère, publie ses Poèmes bleus, aujourd’hui réédité par Gallimard, avec une préface de Bernard Noël.

Christine de Pizan, Les cent ballades d’amant et de dame, Poésie/Gallimard
On associe trop souvent la poésie médiévale au seul chant courtois. La collection Poésie/Gallimard continue d’ouvrir de nouvelles perspectives en publiant une œuvre inclassable du début du XVe siècle, Les cent ballades d’amant et de dame de Christine de Pizan, première autrice de métier de langue française.

Gardes-frontières est-allemands © BPK, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais/image BPK Gardes-frontières est-allemands © BPK, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais/image BPK

Essais

Mitchell Dean et Daniel Zamora, Le dernier homme et la fin de la révolution. Foucault après Mai 68, Lux
Mitchell Dean et Daniel Zamora remettent sur la table la « tentation néo-libérale» de Michel Foucault. Leur livre, qui postule une continuité faussement évidente entre contre-culture et néo-libéralisme, s’appuie sur une simplification du contexte historique et de l’intellectuel.

Frédéric Joly, La Langue confisquée. Lire Klemperer aujourd’hui, Premier Parallèle
Frédéric Joly retrace la vie et la réflexion de Viktor Klemperer, l'auteur de LTI et alerte sur la persistance des mécanismes de la « langue du IIIe Reich » en nous.

Armando Petrucci, Promenades au pays de l’écriture, Zones Sensibles
Les éditions Zones sensibles publient la traduction française de la Prima Lezione di Paleografia d’Armando Petrucci, inventeur de la culture graphique. Promenades au pays de l’écriture permet au public français de découvrir des travaux qui ont radicalement renouvelé notre façon de regarder les écrits.

Histoire

Caroline Callard, Le Temps des fantômes. Spectralités de l’âge moderne (XVIe-XVIIe siècle), Fayard
Les fantômes ne sont pas morts à la Renaissance. Atroces ou lénifiants, ils continuent de hanter le monde de l’Ancien Régime. Caroline Callard signe une belle page d’anthropologie historique sur les fantômes des temps modernes.

Jean-Noël Castorio, Rome réinventée. L’Antiquité dans l’imaginaire occidental, de Titien à Fellini, Vendémiaire
À travers une dizaines d’œuvres d’art, Jean-Noël Castorio montre comment Rome a offert à notre imaginaire collectif des images mythiques, des thèmes politiques, des figures, des drames, des hantises.

Sonia Combe, La loyauté à tout prix. Les floués du « socialisme réel », Le Bord de l’Eau
Sonia Combe étudie la trajectoire des intellectuels est-allemands restés fidèles jusqu’au bout au parti communiste et à la RDA, qui se sont tus par loyauté envers cette double patrie.

Robert E. Lerner, Ernst Kantorowicz, une vie d’historien, Gallimard
Ernst Kantorowicz fait l’objet d’une biographie exhaustive de Robert E. Lerner. L’historien américain montre comment l’auteur des Deux corps du roi s’est progressivement éloigné des idéaux de sa jeunesse.

Politique

Raphaël Kempf, Ennemis d’État. Les lois scélérates, des anarchistes aux terroristes, La Fabrique
Dans Ennemis d’État, l’avocat Raphaël Kempf met en parallèle les lois de 1893-1894, dirigées contre les anarchistes, et l’arsenal juridique antiterroriste des années 2010. Dans un entretien avec EaN, il motive les raisons de son parallèle historique.

Chroniques

Hypermondes (6)
Greg Egan,
Diaspora, Le Bélial’

Vingt ans après sa parution en Australie, Diaspora est enfin traduit : un chef-d'œuvre de la science-fiction qui fait de théories scientifiques les plus complexes la matière de son récit. L'imagination exacerbée de Greg Egan s'y exprime dans une forme équilibrée comme une formule mathématique.

www.en-attendant-nadeau.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.