Sommaire du numéro 76

Spinoza, philosophe hollandais… On n’y songe guère, mais ce penseur si abstrait est contemporain de ces peintures si minutieuses d’un peuple sûr de lui. Pascal Engel nous offre un panorama à la fois vaste et détaillé de cette œuvre emblématique de la philosophie, qui a donné lieu à une pluralité de lectures particulièrement divergentes... Comment s’y retrouver ?

Littérature française

Jérôme Baccelli, Ici ou là-bas, Le Nouvel Attila
Construit autour d’une figure, le poète Saint-John Perse, et d’un intertexte, le recueil Exil, Ici ou là-bas de Jérôme Baccelli n’est ni une biographie ni un biopic. Le poète irrigue le texte qui emprunte la forme conventionnelle du roman comme un souvenir lointain, une évocation d’un autre âge.

Chloé Delaume, Mes bien chères sœurs, Seuil
Coup d’éclat jubilatoire, Mes bien chères sœurs pourrait bien être le premier livre important en français de l’après #MeToo. Le manifeste de Chloé Delaume appelle à poursuivre la libération de la parole, constitutive d'une quatrième vague féministe, et à « créer un mot pour qu’il existe » : la sororité.

Maryline Desbiolles, Machin, Flammarion
Dans Machin, le nouveau roman de Maryline Desbiolles, comme dans Rupture qui l’avait précédé, on retrouve les paysages d'un écrivain : Nice, la mer, les rivières, l’eau en général, et la lumière.

Léo Henry, L'autre côté, Rivages & Hugh Howey, Outresable, Actes Sud
Les personnages dépossédés de Léo Henry et de Hugh Howey évoluent dans des mondes imaginaires qui ressemblent à nos sociétés contemporaines, globalisées et inégalitaires. Les deux écrivains utilisent la fiction pour interroger la notion de frontière, la migration vers une vie supposée meilleure, l'absence de compassion envers un groupe moins favorisé.

Hugues Jallon, Hélène ou le soulèvement, Verticales
Comment qualifier Hélène ou le soulèvement, cinquième roman de Hugues Jallon ? Comment le lire ? Le voir ? Le recevoir ? Ce qui revient finalement à poser la question : comment en parler ? Un article original, sous forme de dialogue.

Joseph Ponthus, À la ligne. Feuillets d’usine, La Table Ronde & Arthur Lochmann, La Vie solide. La charpente comme éthique du faire, Payot.
Les livres de Joseph Ponthus et d’Arthur Lochmann racontent tous deux une expérience du travail ouvrier et artisan. L’un devient intérimaire en usine, l’autre charpentier.

Jacques Richard, La femme qui chante, ONLIT éditions
Avec La femme qui chante, portrait hésitant et cru à la recherche de l'évocation la plus juste, Jacques Richard poursuit son exploration des frontières mouvantes de l’identité. Comme dans son dernier roman, Le carré des Allemands, il ausculte aussi les rapports familiaux.

Hommage à Jean Starobinski et Jean-Pierre Richard
Jean Starobinski et Jean-Pierre Richard nous quittent à onze jours d’intervalle. Critiques, universitaires, mais surtout écrivains, ils ont participé au renouveau de la critique littéraire dans les années 1950-1980. Leurs œuvres nous invitent à parcourir le paysage intérieur des écrivains.

Jean Starobinski, lecteur de Pierre Jean Jouve
Jean Starobinski est mort le 4 mars dernier. On se souviendra certainement de son sens critique et de tout ce qu’il a fait pour la littérature, pour celle de Pierre Jean Jouve en particulier.

Littérature étrangère

José Eduardo Agualusa, La société des rêveurs volontaires, Métailié
Chez José Eduardo Agualusa, l’onirisme n’exclut pas le recours au réel, le passé et le présent se brouillent souvent, la mythologie et l’Histoire tendent à se confondre, les personnages semblent sortir d’une légende populaire pour entrer dans un film policier. Dans son dernier roman, La société des rêveurs volontaires, un quatuor de personnages joue avec l’idée qu’ils sont des rêves devenus réalité et une réalité devenue des rêves.

Melissa Broder, So Sad Today, L'Olivier
Melissa Broder publie un recueil d’articles atypique élaboré à partir de son compte Twitter. Elle y parle de sa vie sexuelle, de la distinction entre le privé et le public, le féminin et le masculin, le sentiment et la sensation. EaN s’est entretenu avec elle.

Lawrence Ferlinghetti, La vie vagabonde. Carnets de voyage 1960-2010, Le Seuil
Lawrence Ferlinghetti est sans doute l’un des derniers représentants de la Beat Generation : il a eu cent ans le 24 mars. Ses journaux de voyage, publiés en 2015 aux États-Unis, sont aujourd’hui traduits en français sous le titre La vie vagabonde.

Mécislas Golberg, Disgrâce couronnée d’épines, Éditions Pontcerq
Mécislas Golberg : un écrivain oublié de la Belle Époque que Catherine Coquio nous fait découvrir, en éditant son autoportrait dans un livre-montage de textes, lettres et longues notes de fin de volume. Impressionnant.

Mario Vargas Llosa, L’atelier du roman, Gallimard
Mario Vargas Llosa a contribué à façonner la littérature sud-américaine. On peut découvrir ses leçons de littérature, et son atelier d’écrivain, en lisant les textes issus d’un séminaire de Princeton animé par Rubén Gallo.

Jean-Pierre Richard et Jean Starobinski Jean-Pierre Richard et Jean Starobinski

Poésie

Conceição Evaristo, Poèmes de la mémoire et autres mouvements, Des Femmes-Antoinette Fouque
Les textes de Conceição Evaristo racontent l’expérience prolétaire, le racisme et l’univers de la favela au Brésil. Voici Poèmes de la mémoire et autres mouvements, un recueil dans lequel s'entend une voix totalement lisible, engagée et résistante.

Joyce Mansour, Spirales vagabondes et autres parallèles inédites, Nouvelles éditions Place
Grande amie d’André Breton, Joyce Mansour était considérée comme « la femme-poète » du groupe surréaliste dans les années 50. La parution de Spirales vagabondes, qui rassemblent des textes inédits ou introuvables, permet une nouvelle lecture de son œuvre protéiforme, entre poésie et peinture, au-delà des genres.

Essais

Romain Bertrand, Le détail du monde. L’art perdu de la description de la nature, Seuil & Denis Grozdanovitch, Dandys et excentriques. Les vertiges de la singularité, Grasset
Les livres de Romain Bertrand et de Denis Grozdanovitch, chacun à leur manière, dans leur univers, plaident pour la singularité, la diversité du vivant et les variétés de l’existence, en réaction à un monde technique uniformisé.

Histoire

Alexis Metzger, L’hiver au siècle d’or hollandais. Art et climat, Sorbonne-Université Presses
Les peintures du Siècle d'or hollandais célèbrent l’hiver en inventant un monde vif et joyeux. Alexis Metzger regarde d’un peu plus près ces images pour comprendre comment une nation se met en scène, et son ouvrage enrichit notre bibliothèque des climats d’une autre façon que les nouvelles alarmistes du débat public.

Audrey Millet, Vie et destin d’un dessinateur textile, d’après le Journal d’Henri Lebert (1794-1862), Champ Vallon
En France, les autobiographies ouvrières et populaires conservés dans les archives constituent une rareté. C'est donc sur un trésor qu'est tombée Audrey Millet : le Journal d'Henri Lebert, représentant de l’élite ouvrière au temps de la première révolution industrielle.

Jacqueline de Romilly, Émerveillement, Robert Laffont
Jacqueline de Romilly a incarné les études grecques. La collection Bouquins rassemble en un volume, Émerveillement, six essais parmi les plus accessibles, dont son grand livre sur La douceur dans la pensée grecque. Cet article sera publié dans quelques jours.

Philosophie

Baruch Spinoza, Œuvres complètes, Robert Laffont, Eva Debray, Fréderic Lordon, Kim Sang Ong-van-Kung (dir.), Spinoza et les passions sociales, Amsterdam & André Pessel, Dans l’Éthique de Spinoza, Klincksieck
Trois parutions autour de Spinoza, dont une édition de ses œuvres complètes : comment expliquer le succès, qui perdure, des thèses bizarres, illogiques, voire contradictoires du philosophe ?

Arts plastiques

Le « Talisman » de Sérusier. Une prophétie de la couleur. Musée d’Orsay, jusqu'au 2 juin 2019
C'est un panneau en bois de peuplier, un paysage aux couleurs pures, sans aucune couche préparatoire : le « Talisman » de Paul Sérusier est le manifeste de la révolution picturale des nabis. Le musée d'Orsay retrace son histoire, celle de sa réception par les artistes de son époque, et sa postérité.

Cinéma

Michel Ciment, Une vie de cinéma, Gallimard
Michel Ciment écrit depuis le milieu des années 1960 et on lui doit quelques livres de fond sur cet art majeur. Une vie de cinéma relate des voyages, des rencontres, témoigne d’admirations et ne recule pas devant la polémique.

Théâtre

Jean-Luc Lagarce, Le pays lointain, Odéon-Théâtre de l’Europe
Le pays lointain de Jean-Luc Lagarce est mis en scène pour la première fois dans sa version intégrale, vingt-deux ans après la mort de son auteur, par Clément Hervieu-Léger.

www.en-attendant-nadeau.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.