Sommaire du numéro 29

Beaucoup de poésie dans cette nouvelle livraison d’En attendant Nadeau : Gérard Cartier, Laurent Albarracin et, à venir en différé, Philippe Jaffeux. Et toujours nos chroniques : théâtre par Monique Le Roux, les phrases de la campagne par Charles Bonnot, notre choix de revues, par toute l’équipe.

Littérature française

Louis-Philippe Dalembert, Avant que les ombres s’effacent, Sabine Wespieser
La fiction peut encore dépasser la réalité, la transfigurer, comme on le voit avec ce roman de Louis-Philippe Dalembert. De Łódź à Haïti, en passant par Berlin et Paris, on traverse le siècle, les continents et les langues.

Entretien avec Néhémy Pierre-Dahomey
Pierre Benetti s’entretient avec Néhémy Pierre-Dahomey, l’auteur du très beau roman Rapatriés paru au Seuil en février 2017. Ils parlent de littérature, de Haïti, de politique humanitaire…

Gabrielle Segal, Brooklyn Strasse, Maurice Nadeau
Dans son roman Brooklyn Strasse, Gabrielle Segal crée au coeur d’une bâtisse et d’un petit quartier tout un théâtre d’ombres et de voix où se mêlent souvenirs et présences, disparition et attente. Un beau livre entêtant et profond.

Littérature étrangère

Jaume Cabré, Voyage d’hiver, Actes Sud
La tête farcie de contes et de notes, le Catalan Jaume Cabré impose une conception musicale du texte, infiltrant les narrations de ses vies de multiples variations.

Jorge Carrión, Ceux du futur, Seuil
Jorge Carrión poursuit la réflexion engagée dans Librairies : Itinéraires d'une passion, sur l'importance de la littérature, mais cette fois sous forme romanesque. Ceux du futur explore les multiples possibilités de la fiction, tendant parfois vers l'essai, parfois vers le poème en prose où s'entrelacent images et mots, internet, échecs, reconstitutions historiques, télésurveillance, mélancolie du voyage, dictionnaire et élégie.
 
Léon Chestov, Shakespeare et son critique Brandès, Le Bruit du temps
Le critique rationaliste danois Georg Brandès (1842-1927) voulait « reconstruire l’âme de Shakespeare » sans doute dans son royaume rationaliste de Danemark. C’était oublier Elseneur ou pire : tenter de le vendre à la raison. Alors le jeune Chestov surgit et balaie Brandès, pour lancer son défi : « Toute aspiration à un système tue la création libre, en la confinant dans des limites posées d’avance. »

Javier Marías, Si rude soit le début, Gallimard
Dans le Madrid post-franquiste des années 1980, Juan de Vere est embauché comme secrétaire particulier par un célèbre scénariste et réalisateur. Les questions qui le taraudent recoupent les interrogations collectives qui agitent l’Espagne des années 1980, une époque que l’on a tôt fait de ranger sous la bannière festive de la Movida.

Poésie

Laurent Albarracin, Cela, Editions Rougerie
Laurent Albarracin est un poète qui lie intimement le sensible et la métaphysique. Dans son nouveau livre, Cela, il poursuit son exploration du réel, avec la part d’innommable que celui-ci recèle.

Gérard Cartier, Les métamorphoses, Le Castor astral
Ingénieur de métier, Gérard Cartier est un des membres essentiels de la revue en ligne Secousse où il se révèle un lecteur attentif des poètes de son temps. Il publie Les métamorphoses.

Philippe Jaffeux, Entre, LansKine
Philippe Jaffeux reprend le cours de son grand work in progress : comment innover en poésie après les grandes révolutions poétiques de la fin du XIXe siècle ? Comment, formellement, créer du nouveau ? Comment continuer le projet formel de Stéphane Mallarmé ?

capture-d-e-cran-2017-03-29-a-01-15-28

Essais

Annick Duraffour et Pierre-André Taguieff, Céline, la race, le Juif : Légende littéraire et vérité historique. Fayard
L’ambition de cette étude est d’exploiter la recherche la plus récente pour analyser la face noire de Louis-Ferdinand Céline. C’est un livre passionnant, fouillé, nuancé, et, à bien des égards, effrayant, sinon désespérant. Car il ne résout pas le scandale Céline, il le creuse.

Corinne Grenouillet et Catherine Vuillermot-Febvet, La langue du management et de l’économie néolibérale, Presses universitaire de Strasbourg
Le LAMEN: cette Langue du Management et de l’Économie à l’ère Néo-Libérale qui nous ronge le vocabulaire, nous parasite le langage, les Presses Universitaires de Strasbourg lui consacrent un ouvrage fort sérieux et tout à fait réjouissant, résultat d’un colloque qui s’est tenu en juin 2013 à Strasbourg croisant les disciplines de chercheurs en diverses sciences sociales.

Ruwen Ogien, Mes Mille et Une Nuits : la maladie comme drame et comme comédie, Albin Michel
C’est dans un contexte éditorial surchargé par les illness narratives et ses multiples sous-genres que paraît Mes Mille et Une Nuits : La maladie comme drame et comme comédie de Ruwen Ogien, contribution au « genre » qui résume les débats en cours, prend position et apporte un témoignage fin sur la situation de patient.

Jean-François Pérouse, Istanbul planète : La ville-monde du XXIe siècle, La Découverte
Avec l’islamisme conservateur, montre Jean-François Pérouse, ce qui peut sembler aberrant (les constructions géantes, les projets pharaoniques, l’indifférence au patrimoine historique réel, l’étalement urbain sans frein) s’explique parfaitement dans le cadre d’une volonté de bâtir un nouveau biotope pour une famille turque modèle.

Histoire

Zusman Segalowicz, Une révolution au jour le jour, Interférences & Evguénia Iaroslavskaïa-Markon, Révoltée, Seuil
Deux témoignages, deux regards parfois opposés sur la Révolution. Née en 1902, Evguénia Iaroslavskaïa-Markon est une jeune femme qui vit les événements adolescente, qui n’accepte rien d’autre que la radicalité. Plus âgé, Zusman Segalowicz est un homme dans la trentaine, un écrivain juif polonais, humaniste, militant du Bund. Il se trouve à Moscou et Petrograd l’été 1917. Les deux auteurs adhèrent à la colère et au réveil des foules.

Albert Memmi, Tunisie, An I, CNRS
Romancier à succès - il obtint le prix Carthage en 1953 pour La Statue de sel –, Albert Memmi est aussi un grand connaisseur de son pays et il a beaucoup réfléchi à la situation de la Tunisie depuis l’Indépendance. Il en parle avec acuité et intimité.

Philosophie

Ernst Bloch, Rêve diurne, station debout & utopie concrète. Ernst Bloch en dialogue, Lignes
Dans ces entretiens avec José Marchand de 1974, destinés à la télévision française mais  jamais diffusés, le philosophe allemand du « principe espérance », Ernst Bloch, retrace son itinéraire intellectuel avec lucidité, franchise et humour. Il offre ainsi une excellente introduction à une pensée totalisante qui a marqué la gauche allemande, avec ses espoirs et ses déceptions.

Bruno Karsenti, La question juive des Modernes. Philosophie de l’émancipation, PUF
Poursuivant le travail entamé dans son Moïse et l’idée de peuple (Le Cerf, 2012), Bruno Karsenty explore la relation des Juifs à l’émancipation moderne. Il voit la situation moderne dans une structure en chiasme dans laquelle le Juif devient une question pour lui-même en même temps qu’il pose un problème à la nouvelle société naissante, laquelle, à son tour, du fait même de l'apparition de cette « nouvelle question juive », devient une question pour elle-même.

Politique

Kamel Daoud, Mes indépendances : Chroniques 2010-2016, Actes Sud
Après la polémique suscitée par un article de Kamel Daoud sur le rapport contraint de l’Islam aux femmes et qui avait suscité la colère de certains intellectuels, l’auteur de Meursaut contre-enquête publie Mes Indépendances, recueil de  textes courts, écrits au fil de six années d’observation et de réflexion, essentiellement pour Le Quotidien d’Oran.

Laure Marchand, Triple assassinat au 147, rue Lafayette, Actes Sud
Laure Marchand explore les pistes du triple crime qui eut lieu à Paris, le 9 janvier 2013, dans le local « discret mais légal » du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK). Les victimes étaient des militantes kurdes dont l’assassinat avait été prémédité. Ce crime ne peut avoir un caractère privé ou crapuleux, rien n’a été dérobé et les trois femmes connaissaient le tueur. Le mobile est incontestablement politique.

Arts plastiques

Muet tintamarre. Daniel Nadaud. Musée de l’Hospice Saint-Roch, 36100 Issoudun
Discret, réservé, subtil, minutieux, ironique, Daniel Nadaud (né en 1942) dessine, grave, sculpte sans cesse. Il invente des formes inquiétantes et joyeuses. Il imagine les bizarres champs de bataille, les machines absurdes, le chaos rural, une quincaillerie incohérente, une zizanie, les délices et les supplices, les embarras et les débarras, le désastre délicat en trente-six poses…

Théâtre

Stefano Massini, Je crois en un seul Dieu. Avec Rachida Brakni. Mise en scène d’Arnaud Meunier
Arnaud Meunier présente au Théâtre du Rond-Point Je crois en un seul Dieu, qui exige de son interprète, Rachida Brakni, une véritable performance.

Chroniques

Paris des philosophes (21). La philosophie dans ses meubles (I) : Gabriel Marcel
Il était inévitable que, dans ces déambulations, nous rencontrions le nom de Gabriel Marcel, représentant indocile de « l’existentialisme chrétien ».

Chronique préélectorale (5)
Au débat organisé le 20 mars sur TF1, la polémique qui avait enflammé nos dernières vacances estivales a été ravivée. Le burkini a ainsi fait émerger une composante classique du débat politique télévisé : la négociation interactionnelle.

Notre choix de revues (3)
Les revues éclairent à la fois la pensée et le sensible. Pour s’en convaincre, il suffit de lire Peut-être, de croiser les contributions variées du soixante-sixième numéro de Terrain (revue d’anthropologie) ou la deuxième livraison de Sensibilités. Et La Revue des revues qui nous offre des jalons dans la production contemporaine.

www.en-attendant-nadeau.fr

logo-ean-rouge

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.