Sommaire du numéro 72

Que peut la pensée face à ces descentes aux enfers ? Marc Lebiez revient sur les Cahiers noirs de Martin Heidegger sans dissimuler une certaine perplexité, tandis que Thierry Bonnot lit de façon critique une Histoire de la consommation peut-être trop optimiste et qu’Alexandre Moatti s’interroge sur la passion de Bernard Stiegler pour les technologies modernes.

Littérature française

Jean-Claude Grumberg, La plus précieuse des marchandises, Seuil
Si le récit de Jean-Claude Grumberg reprend la forme du conte, La plus précieuse des marchandises n’est pas pour les enfants ; le merveilleux disparaît pour témoigner de la Shoah.

Grégory Le Floch, Dans la forêt du hameau de Hardt, L’Ogre
Le premier roman de Grégory Le Floch expose à travers un narrateur misanthrope, homme blessé qui s'astreint à taire la cause de son traumatisme, la difficulté et la nécessité de dire, d'écrire.

Christophe Manon, Pâture de vent, Verdier
Le deuxième roman du poète Christophe Manon explore une mémoire familiale sous la forme d'une introspection lyrique, qui appelle à quitter "la collection des masques" du passé.

Gaëlle Obiégly, Une chose sérieuse, Verticales
Comme certains habitants de notre planète, Daniel, le narrateur d’Une chose sérieuse de Gaëlle Obiégly, a rejoint une communauté survivaliste qui se prépare à la fin du monde. Ce témoin du futur écrit le journal de son expérience.

Mathieu Simonet, Anne-Sarah K., Seuil 
Anne-Sarah K. est en train de devenir sourde et aveugle. Grâce à ces deux handicaps, précise son ami Mathieu Simonet, elle s’apprête à réaliser bien des choses. Un texte atypique, diablement attachant et tendre.

François Vaucluse, Mondes menacés, La rumeur libre
François Vaucluse publie un très beau recueil d'aphorismes. Ces Mondes menacés, où nous entrons par sept paliers, sont conçus en seuils graduels.

Littérature étrangère 

Arnold Daghani, La tombe est dans la cerisaie, Journal du camp de Mikhaïlovka (1942-1943), Fario
Le Journal d’Arnold Daghani est un document extraordinaire, et une œuvre singulière : celle d'un Juif roumain déporté au camp de Mikhaïlovka qui y trace des notes précises, brèves, pour échapper à la surveillance : il y capte des relations fragilement maintenues, enregistre les noms des victimes et des bourreaux.

Franzobel, À ce point de folie, Flammarion
À ce point de folie est le premier des romans de Franzobel, best-seller autrichien peu connu en France, à être traduit en français. L'écrivain nous fait partager le sinistre destin des passagers de La Méduse, dont le naufrage est aussi celui de toutes les qualités morales.

Maxime Ossipov, Après l’Éternité, Verdier
Médecin et écrivain, documentariste lyrique de la Russie centrale, Maxime Ossipov confirme, dans ce troisième recueil de nouvelles publié en français, son immense talent pour capter, dans une prose limpide et mystérieuse, les aspirations et contradictions d’un pays « couvert de craquelures sans nombre ».

George Saunders, Lincoln au Bardo, Fayard
Février 1862, cimetière de Oak Hill, près de Washington : le jeune fils d’Abraham Lincoln vient d’être enterré. Le Président, accablé de chagrin, s’échappe de son bureau pour tenir le cadavre dans ses bras. Les autres spectres, ne se sachant pas morts, jalousent le petit Willie Lincoln. Lincoln au Bardo est le premier roman de George Saunders, connu pour ses essais et nouvelles farfelus.

lincoln-une

Entretien avec George Saunders
EaN a rencontré George Sauders aux États-Unis. L'auteur de Lincoln au Bardo parle de la « petite pépite » qui déclenche l'histoire, de son usage des néologismes et de son attirance pour la période de la Guerre de Sécession.

Jesmyn Ward, Le Chant des revenants, Belfond
Le Chant des revenants, couronné par le National Book Award, confirme la grâce et la puissance du style poétique de Jesmyn Ward. Son blues du Mississippi, inspiré par les peines et les fantômes d’une fragile famille rurale, fait vibrer les traces des drames de l’Amérique noire.

Poésie

Seamus Heaney, La lucarne, suivie de L’étrange et le connu, Poésie/Gallimard
La Lucarne et L’Étrange et le connu sont deux des recueils de maturité du poète irlandais Seamus Heaney, prix Nobel de littérature en 1995. Les voici réunis en un seul volume, qui doit permettre au lecteur français de (re)découvrir l’un des poètes les plus lus et les plus aimés des pays de langue anglaise.

Essais

Yascha Mounk, Le Peuple contre la démocratie, Éditions de L’Observatoire
L’ouvrage du politologue à succès Yascha Mounk sur les « démocraties sans libertés » ne frappe pas par son originalité d’analyse. Habile à inquiéter le lecteur, il se contente de propositions politiques consensuelles.

Nadia Tazi, Le genre intraitable : politiques de la virilité dans le monde musulman, Actes Sud
La philosophe Nadia Tazi étudie le rôle de la virilité, à distinguer du masculin dans le monde musulman, dans le but de comprendre la montée en puissance des islamistes. Un livre touffu, érudit et intense, qui puise à de nombreuses sources, des temps pré-islamiques à nos jours, et ouvre de nombreuses pistes

Histoire

Jean-Claude Daumas, La révolution matérielle. Une histoire de la consommation, Flammarion
Pour Jean-Claude Daumas, l’avènement de la consommation de masse est l’aboutissement d’un processus de conquête du bien-être. L'auteur de La révolution matérielle. Une histoire de la consommation fait ainsi le choix de prendre le contrepied d’une historiographie récente beaucoup plus critique à l’égard des évolutions du monde capitaliste.

Philosophie

Gilles Hanus, Sans images ni paroles : Spinoza face à la révélation, Verdier
Dans Sans images ni paroles, Gilles Hanus applique à la compréhension de Spinoza la même méthode de scrupuleux pliage que Spinoza appliquait à la compréhension de l’Écriture.

Martin Heidegger, Réflexions II-VI (Cahiers noirs 1931-1938) & Réflexions VII-XI (Cahiers noirs 1938-1939), Gallimard
Voici donc, enfin accessibles aux lecteurs francophones, une dizaine de Cahiers noirs de Heidegger. Tout a été fait pour appâter le chaland avec ces livres déclarés sulfureux, et l’on peut prédire qu’ils seront achetés. Lus, c’est une autre affaire, s’agissant d’un millier de pages. Et pourtant ils le mériteraient.

Bernard Stiegler, La technique et le temps. 1. La Faute d’Épiméthée ― 2. La Désorientation ― 3. Le Temps du cinéma et la question du mal-être, suivi de Le nouveau conflit des facultés et des fonctions dans l’Anthropocène, Fayard
C’est une véritable somme – presque au sens propre – que nous propose ici le philosophe Bernard Stiegler. Agrégeant trois ouvrages publiés en 1994, 1996 et 2001 chez un autre éditeur (Galilée), et y ajoutant une postface d’une trentaine de pages (intitulée « Le nouveau conflit des facultés et des fonctions dans l’Anthropocène »), le philosophe se relie et se relit, en quelque sorte.

Arts

Exposition Sigmund Freud au musée d’art et d’histoire du judaïsme
Derniers jours de la superbe et étonnante exposition sur Sigmund Freud au musée d'art et d'histoire du judaïsme. On peut y observer de très près les peintures, dessins, gravures, ouvrages, instruments scientifiques.

Éric Janicot, Le Chat noir & la bande dessinée. Éditions You Feng
Éric Janicot ouvre une nouvelle piste sur les origines de la bande dessinée, celle du Chat Noir, l’hebdomadaire du cabaret éponyme implanté à Montmartre.

Cinéma

Les révoltés, de Michel Andrieu et Jacques Kabadian  
Les Révoltés de Michel Andrieu et Jacques Kebadian monte des images prises au milieu des manifestants de Mai-68, ou dans leur sillage. Un film d'une honnêteté absolue.

Théâtre

Didier Eribon et Thomas Ostermeier, Retour à Reims
Thomas Ostermeier déçoit en adaptant le Retour à Reims de Didier Eribon. Il renonce à son grand art de la mise en scène au profit d’un spectacle hybride interrogeant l’engagement.

Chronique

Notre choix de revues (15) 
Des revues comme La revue de belles lettres, Tinbad, La Revue littéraire, Alternatives théâtrales ou La Revue des sciences humaines cartographient leur champ. À leur lecture, on conçoit à la fois la variété des approches et le même attachement à la littérature.

www.en-attendant-nadeau.fr 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.