En janvier, EaN recommande Urfaust, au Théâtre de la Tempête

Du 11 janvier au 5 février 2017, au Théâtre de la Tempête (salle Copi), Gilles Bouillon met en scène l'Urfaust de Goethe d'après une traduction de Jean Lacoste et Jacques Le Rider. Représentations du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 16h30.

https://www.la-tempete.fr/index.php5

urfaust

Urfaust - ou Faust originaire, 1775 - est la matrice du Faust que nous connaissons, remanié et publié trente ans plus tard. Le manuscrit, miraculeusement conservé, n’a été retrouvé qu’en 1887. Cette œuvre de jeunesse puise son inspiration dans la littérature populaire, dans le théâtre de foire et dans le fait divers : une jeune fille exécutée pour infanticide. De l’ancienne légende du mage et du savant, Goethe délaisse la dimension folklorique : pas de pacte signé avec le sang, pas de sabbat des sorcières ; Méphisto n’est sans doute qu’un alter ego. Faust a soif d’autres connaissances et d’autres émotions : c’est un homme libre qui s’aveugle en cherchant « la vraie vie »… Il cristallise les fantasmes de possession d’une âme insatisfaite, et seul l’amour de Marguerite saura muer la volonté de puissance en connaissance du coeur avant de se fracasser tragiquement sur la violence de la société, et de mener à la folie. La combinaison du tragique et du bouffon, la compression explosive de la fable, la crudité du langage font de Urfaust aujourd’hui la version la plus intense du drame, la plus proche de notre sensibilité.

www.en-attendant-nadeau.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.