encre noire
Tropisme africain assez marqué
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 avr. 2022

encre noire
Tropisme africain assez marqué
Abonné·e de Mediapart

Une semaine pour un sursaut républicain

Déjouons le « duel » de 2nd tour entre Macron et Le Pen. Ils présentent le même programme antisocial de culpabilisation des pauvres, privilégiant les riches et la casse autoritaire des services publics. L'un tente d’ignorer son bilan, les mutilés, le saccage des hôpitaux et de l'éducation nationale, l'autre dédiabolisée planque le doberman et la préférence nationale. Sauvons le candidat Mélenchon.

encre noire
Tropisme africain assez marqué
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À une semaine du vote, la vague politique ou médiatique anti-Mélenchon ne cesse de grandir, pour mieux décrédibiliser le programme l'Avenir en commun porté par l'Union populaire, un vaste rassemblement des forces les plus humanistes et progressistes de notre pays, et dont les mesures phare du programme sont plébiscitées par les Français : blocage des prix, smic à 1400 € net, retraite à 60 ans, salaire jeune à 1000 € et la garantie d'autonomie du même montant pour tous, retraités compris etc.
Le JDD évoque "le totalitarisme d’extrême-gauche" que serait la critique de la collusion étroite de la clique au pouvoir avec McKinsey. Ce cabinet figure au sommet de la pyramide des suceurs de sang et des prescripteurs de mesures « disruptives » c'est-à-dire de casse des services publics et de manipulation des masses, surpassé uniquement par les banques d'affaires Lazare et Rothschild, en grande partie opérateurs du désastre industriel hexagonal.
Combien Macron a-t-il touché grâce au "deal" Nestlé ? Où a-t-il planqué le pognon de sa part de la commission estimée entre 5 et 10 M€ ? Les banques d'affaires françaises bénéficient-elles d'un rescrit fiscal permettant une évasion fiscale « légale » dans des îles anglo-normandes ? Silence, omerta des médias et accusation du "totalitarisme des trotskystes", dont l'affreux moustachu de Mediapart, le Média, Blast, Off Investigation évidemment.
Macron à l’Arena « galvanise » les vierges en transe du premier rang tandis que les travées sont clairsemées et sa défense pro domo de la santé et de l’éducation qu’il s’est employé tout au long de son mandat à disloquer, sonne comme l’avertissement de la suite : il compte poursuivre dans cette voie, comme celle de la retraite à points. Il ne croit ni en dieu, pour lequel il se prend, ni en diable qu’il incarne si bien en dissimulant toujours habilement ses intentions véritables, servir l’argent comme il l’a fait depuis le 1er jour en supprimant l’impôt sur la fortune, ce que même Sarkozy n’avait pas osé et ce que même Attali lui avait déconseillé. Macron c’est le président des riches, et plus précisément, le président riche mais roué des plus riches, dont il ne fera jamais partie, ah l’oligarchie sait si bien se servir de son orgueil !

De son côté Le Pen entièrement dédiabolisée par le système médiatique apparaît forcément en contraste avec le Z trépignant son slogan du grand remplacement. Le Pen n’est plus taxée de facho mais de « populiste » même si le doberman qui gronde reste planqué sous la nappe, même si Loïc Le Priol, l’assassin en mars du rugbyman Federico Martin Aramburu, est un membre du RN protégé notamment par Axel Lousteau, ex du GUD et financier du RN, conseiller régional d'Île-de-France. Tout cela ne compte pas, il faut absolument qu’elle soit au second tour et les médias savent parfaitement tendre le micro avec les bonnes questions sur le « vote utile » aux Hidalgo, Jadot et Roussel, qui n’ont pas grands mots contre l’extrême-droite et ont réservé leurs coups les plus déloyaux à Mélenchon, pour mieux appeler à voter Macron au second tour ensuite. Ils auront ainsi contribué au pire gloubi-boulga néolibéral, autoritaire et antisocial que les Français risquent encore d’endurer les 5 années qui viennent. Le soir du 1er tour, dès 20 heures gageons que Le Pen sera à nouveau la sorcière et chaque candidat sera appelé à « faire barrage ». Hein braves gens ! Déjouons ce scénario écrit d'avance !

Les institutions de la Ve république sont épuisées : l’exécutif gouverne en conseil de défense secret, le premier ministre est un fantoche, les cabinets de conseil sont au cœur de l’État privatisé par l’oligarchie, le parlement est réduit à l’état de croupion, la justice reste tenue en indigence et en laisse, les corps intermédiaires sont laminés, la presse et les grands médias sont aux ordres des milliardaires, enfin la démocratie est si défaillante qu’elle est pointée du doigt par l’Europe et l’ONU, notamment pour son caractère autoritaire et ses violences policières, que vous faut-il de plus ? Vous en redemandez ?

Il est grand temps de se réveiller, la tentation de l’extrême-droite hante le pays et nombreux sont ceux, abandonnés depuis longtemps, qui risquent hélas de s’abstenir. D’autres, excipant de leur pureté idéologique ou usant de prétextes sur la personnalité de Mélenchon ou de ses prises de position parfois provocatrices, voudront s’empresser de voter pour leur petite chapelle à gauche en perdant de vue l’essentiel. Pour vous, mais aussi pour les classes populaires méprisées, et surtout pour les 10 millions de pauvres ce pays, votez Union Populaire dimanche 10 avril.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Proche-Orient
« L’Asphyxie », chronique de la descente aux enfers de Raqqa, devenue capitale de Daech
Le tribunal administratif de Nantes doit examiner mercredi 5 octobre un recours déposé par les avocats de notre collaborateur, le journaliste syrien Hussam Hammoud, contre le refus de visa humanitaire qui lui permettrait de partir de Turquie, où il vit sous la menace de l’État islamique. Mediapart publie les bonnes feuilles de son livre, coécrit avec Céline Martelet et publié mercredi.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Livres
« La Syrie a été un terrain d’expérimentation politique et militaire pour Poutine »
L’attention médiatique s’est détournée de la guerre en Syrie, où depuis 2015, le soutien russe à Bachar al-Assad a permis au dictateur syrien de se maintenir au pouvoir. Un ouvrage collectif veut lutter contre l’oubli et le négationnisme alors qu’un autre conflit ravage l’Europe. 
par François Bougon
Journal
Éducation : le « droit au mentorat », nouveau dada libéral du gouvernement
L’exécutif a lancé un grand plan « mentorat », doté de 30 millions d’euros, afin que 200 000 jeunes soient suivis en 2022 par des cadres d’entreprises. Si les associations impliquées se félicitent des premiers résultats, certains observateurs s’inquiètent de cette « orientation politique qui conçoit la société comme une addition d’individus responsables ».
par Sarah Nafti
Journal — Finances publiques
Budget 2023 : les communes tentent de résoudre une équation financière insoluble
Étouffées financièrement par l’inflation et peu aidées par l’État, les mairies se demandent si elles pourront boucler leur prochain budget sans avoir à fermer des services publics.
par Mathias Thépot

La sélection du Club

Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano