Le sang et le song

Tout finit et tout commence par la poésie

Tu ne voulais pas lire
Ses paroles écorchées
Et ses mots harnachés
De plastique et de cuir
De ce cirque t’enfuir
Sur les ailes du désir
Tout risquer, naître au jour
Révélé de l’amour
Franchir les ponts levis
Et que sourde la vie

Survis, survis
Même asphyxié
Dans le tapage
- Le son, le sang, le song
- Eh, giaour sans bagages !
- Non, non ! Le bang abonde
Et toi tu vagabondes
Même les doigts gourds

Dans le smog du faubourg,
À fond sur ton scooter
Épuisé des concerts
Dans des salles de verre
Tu clabotes au water
Tu payes la rançon
Apprends-tu la leçon ?
Tu vas broyer du noir
De l’ébène à l’ivoire
Et puis manquer l'amour
Rendez-vous chaque jour

Debout, debout
Non pas couché
Dans un garage
- Le son, le sang, le songe
Dans une gard’av
- C'est ton gang, le gong
Surtout, surtout
Même pas troublé

Par l'éclat des mortiers
Par les constructions
Qui tracent des voies ferrées
Qui se sont enferrées
Qui nous ont encerclés
Tant de voix enrouées
Enroulées de fumée
Ont voulu s'imposer
Se sont époumonées
Et puis se sont cassées

J'en ai ma claque
De ces arnaques
Je quitte ma clique
- Le yin, le yang, le song
Sous le soleil oblique
- Débande sur le Mékong
Tu t'étonnes de l'automne
Et de ses partitions

Qui tracent des sillons
Dans ton microsillon
Tu sors ton paquet d'light
Ton rire de bakélite
C'est encore tes Pall Mall
Tu crois que c’est sans mal
Y a encore trop de mâles
Qui se sont faits la malle
Ont sauté dans l'avion
Sans une explication

Seul et saoulé, en cage
Même noyé par l’orage
- Leçon d'airain, le song
Tu es en âge, en nage
- Le premier rang se rompt
La rage de la rue
Elle te saute à la gorge

Elles ne peuvent revenir
Au bercail en pagaille
Pour servir le kéfir
Avec rires et soupirs
Les filles du sérail
Elles titillaient le nerf
De la vie ordinaire
Habiles à dire je t'aime
En soulevant leurs plumes
Dans le vent, sous la lune

Touchés, couchés
Mais pas coulés
Pieds nus sous les nuages
- Le jean, le sang, le sing
Dans ce carnage
- Le temps vient, balaban,
De la fin des tyrans
- Les reins, les seins, le swing

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.