Le hold-up permanent de Macron

Vincent Verzat sur son blog démonte avec brio les ressorts complotistes de Hold-Up ce docu presque pastiche qui circule sur la toile et instille le doute comme une mouche dans le bocal de la peur. À cette occasion, rappelons le hold-up permanent opéré sur les consciences par la bande à Macron et les médias qui le servent et tentent de nous faire avaler sidérés les pires régressions.

Voici le propos de Vincent Verzat dans son billet partager-cest-sympa :qui-seme-le-vent-recolte-la-tempete et sur Youtube : qui-seme-le-vent-recolte-la-tempete

Il y souligne le défilement virevoltant des interviews durant 2h45, le mélange habile du vrai pour faire avaler le faux, les suggestions et l'instillation de la peur, l'insinuation ignominieuse de l'agenda caché de l'OMS ou de la fondation Bill et Melinda Gates etc.
Mille procédés qui en rappellent d'autres fort utilisés dans notre quotidien par le pouvoir habile à nier les violences policières autant qu'à mentir sur tant de sujets, comme Hollande avec la renégociation des traités face à Merkel, comme sur la fin des SDF, comme sur la réforme des retraites soi-disant égalitaire alors qu'elle serait plutôt comme le souligne cruellement Emmanuel Todd, totalitaire, comme sur les masques - il a été démasqué mais quand même, quand même il en subsiste quelque chose de ces illusions, malgré tout et pourquoi ?

Parce que d'une certaine manière, le mensonge, la manipulation, sont les pratiques quotidiennes du pouvoir et des chaines d'information comme CNEWS et d'autres soi-disant plus "soft" (et même le service public) qui se laissent aller aux réflexes émotionnels, pulsionnels ou les suscitent, les encouragent dans des débats biaisés et piégés. Ils amplifient les peurs autant qu'ils peuvent nier farouchement les risques ou leurs erreurs lorsqu'il s'agit de cacher leurs carences en martelant leurs "éléments de langage" à longueur d'antenne ou sur tous les perrons des palais et les tribunes officielles. Ainsi Sibeth Ndiaye de nous expliquer l'inutilité des masques, ainsi des campagnes islamophobes pour faire oublier la réforme des retraites et sa contestation sans précédent, ou pour escamoter le ratage désastreux des renseignements et de la DGSI lors de l'assassinat de Samuel Paty.

Les Praud, Levy, Barbier et autres Zemmour sont entrés dans notre quotidien, sans parler des experts appointés. Certes ils sont grossiers, abjects, racistes etc. oui mais ils sont familiers, "oui mais ça pose quand même des questions" , sur les blacks-blocs systématiquement exhibés (tiens la peur du désordre) en toile de fond des manifestations par ailleurs pacifiques, sur l'"islamo-gauchisme" agité comme un épouvantail (tiens revoilà la peur), sur l'intersectionnalité antichambre du terrorisme (encore la peur), sur la "théorie du genre" repaire des LGBT+ les plus redoutables, sur les Gilets jaunes ces "casseurs anars et incultes" qu'il faut mépriser et martyriser sinon fusiller comme en 1871, sur les "jeunes de banlieue" ou "les racailles" qu'il s'agit de passer au kärcher avec le résultat qu'on sait, sur les "réfugiés" qui envahissent la France pour violer et égorger nos femmes quand ce n'est pas pour vivre de l'aide sociale avec leurs 12 femmes et leurs 45 enfants etc.

Bref, nous vivons le hold-up permanent sur les consciences, comme l'élection de Macron qui l'a d'ailleurs lui-même reconnu, sur fond de désagrégation de la démocratie représentative et des partis délégitimés.

L'État s'est désormais bunkerisé et autonomisé comme jamais, réduisant le parlement et les corps intermédiaires à rien, sinon le gouvernement lui-même. Le hold-up est ainsi parachevé, Macron, cet Ubu obsédé de la com', naïf et infantile, gouverne en coup d'état permanent dans le chaos, sans parti, sans âme, sans les Français qu'il punit de sa police ou de ses lois contraires à l'intérêt général dont la pire, le démantèlement de la sécu, à commencer par les retraites sera son chef-d’œuvre en passant par l'interdiction de filmer les exactions policières tout en subissant la surveillance généralisée.
Et ça malheureusement, bien que les subterfuges soient dévoilés, ce ne sont pas des exercices de style sans danger ni sans conséquences.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.