La frontière, les papiers

Assis à une table en bois grifféPar la vitre tu scrutes éberluéAu-delà du jardin grillagéTu t'entêtes à observer la pagailleLa file d’attente qui se chamaillePuis soudain

Assis à une table en bois griffé
Par la vitre tu scrutes éberlué

Au-delà du jardin grillagé
Tu t'entêtes à observer la pagaille
La file d’attente qui se chamaille
Puis soudain
Ils s’agitent, tournent en rond
Se contorsionnent sans raison
Empoisonnés, comme des cobayes
Et malmenés par la flicaille

 

Tombent les arlequins dans l’enfer
Le chapiteau du cirque, le récital
Les fauves domptés au madrigal
Plus de piste, cendre de l’errance

 

Assis à une table bancale
Pour braver le silence tendu
Immobile, désolé, sidéral
Dans le zoo de ciment, bienvenue

 

Poser ses mains à plat polies
Sur le vinyle froid et vernis
Comme un homme qui renonce
Parle, récite et s'enfonce

 

Assis à une table penthotal
Le regard vide, le mur brutal
Pour oublier le tribunal
En fixant un point focal
Grelottant dans l’avenir
Attendre, ne pas faiblir
S’agripper à Marianne
Sa gloire, l’apprentissage des lunes
L’admirable gazelle, la fortune
Le goût de l’universel
Fol espoir de l’homme assoupi
Qui attend des jours, des nuits
Asservi par ses liens

Une conscience accrue de
La chaleur aigre - sueur et bois sec
Du regard jeté qui te dissèque
De ta pomme d’Adam stressée
De tes crampes abdominales
Comme avant l'accident
Du moindre craquement de tes os
Des grains de poussière chaotiques
Dans le brouillard inique et vain
Des pensées humaines disloquées

 

Dans les couloirs de l’entresol
La souffrance des auditions se répand
Une clarté terne débutant à l’aube étole
S’amenuise au rythme accéléré des songes
Une musique anonyme s’y mêle au ban
Un chant cristal d’enfant gitan
A l’instant immédiat
Attendre
Assis à une table tribunal
Infertile
Entouré de désert minéral
Brûlant comme l’espérance
Qui cogne sur l’absence

 

Durant des heures languir
Jusqu’à s’évanouir
Assis à une table
Pour ne plus jouer ta vie
Ni dormir dans les taudis
Revoir ton fils au village
Son visage entre les doigts
Parler haut avec les sages
Atteindre enfin le travail
Par la force égale du droit.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.