FOUTRE DEHORS MACRON.

LES DIRECTIONS SYNDICALES DOIVENT METTRE NATURELLEMENT LES SYNDICATS OUVRIERS A LA TÉTE DES GILETS JAUNES, ET UNIES, FOUTRE DEHORS MACRON.

LES DIRECTIONS SYNDICALES DOIVENT METTRE NATURELLEMENT LES SYNDICATS OUVRIERS A LA TÉTE DES GILETS JAUNES, ET UNIES, FOUTRE DEHORS MACRON.

Voulez-vous savoir où réside la force de la macronie, le blocage principal à la mobilisation des gilets jaunes ? Elle est en résumé dans ces deux, trois citations extraites d'une étude savante du communisme contemporain en pleine révision :

https://mensuel.lutte-ouvriere.org//2018/12/16/les-revolutionnaires-et-le-mouvement-des-gilets-jaunes_115715.html

"...Ce n’est évidemment pas nous qui pouvons orienter politiquement ce mouvement. Et, encore une fois, ce n’est pas du tout notre but..."

"...les directions syndicales étaient hostiles dès le départ car ce n’était pas leur initiative, et parce que de façon générale elles sont méfiantes et méprisantes vis-à-vis des masses..." 

"...Que l’on soit bien d’accord. Il ne s’agit absolument pas pour nous de demander aux confédérations syndicales de prendre la tête de ce mouvement..."

Voilà, de manière fort naturelle, comme si cela allait de soi, en toute décontraction, la direction du parti politique " Lutte Ouvrière", un parti organisant régulièrement dans de grandes salles, des meetings sur la révolution, des colloques sur l'oeuvre et la vie de Trotsky, ces dernières semaines en pleine mobilisation spontanée des ouvriers en gilets jaunes, nous dire que premièrement le communisme aujourd'hui n'est plus une force avant-gardiste, deuxièmement, que le communisme n'a absolument pas à se mêler de la politique des syndicats ouvriers.

Que l’on soit bien d’accord. Il ne s’agit absolument pas pour nous de demander aux confédérations syndicales de prendre la tête de ce mouvement, de l'organiser et de le financer, d'appeler à un rassemblement massif, central, national et unitaire sur la place de la Concorde, sur le mot ordre : "dehors Macron !" !

Non les communistes aujourd'hui n'ont pas à être contre les directions syndicales traîtres, ils doivent être tout contre ! Voilà la raison du blocage. La pensée du communisme baigne dans le révisionnisme.

Autant vous le dire, cette ligne capitularde, du point de vue du communisme historique, est l'illustration, la synthèse, le résumé de la ligne de l'ensemble des directions ouvrières vis à vis du mouvement ouvrier révolutionnaire désorganisé des gilets jaunes : 

Ils ne sont pas organisés ces gilets jaunes ? Cela n'est pas notre affaire ! Nous ne les organiserons pas nous "révolutionnaires", nous couvrirons les bureaucraties syndicales, qui elles mêmes ne les organiseront pas ! 

Et que l’on soit bien d’accord n'est ce pas : que les ouvriers gilets jaunes ne s'aventurent pas à aller loucher du côté de l'extrême droite. 

Dans le cas où nous observerions ce type de dérive populiste ou fasciste chez les gilets jaunes, nous la Gauche nous nous montrerons impitoyables dans la dénonciation de ces factieux ! Nous ne manquerons pas de nous rapprocher encore un peu plus de la démocratie ... bourgeoise; de la république ... celle du monarque Macron et de ses flics ! 

Nous hurlerons avec eux au loup ! 

Les directions syndicales hostiles dès le départ à l'initiative des gilets jaunes, certes cela n'est pas à leur honneur; elles sont méfiantes et méprisantes vis-à-vis des masses, on ne peut pas trop leur faire la morale sur le coup, nous le sommes tout autant ; mais bon cela ne doit pas être de nature à nous faire dévier de notre toute nouvelle doctrine moderne.

Cette nouvelle doctrine n'est plus idéologique, communiste. Comme Martinez, c'est la grève du carreau cassé :

La CGT est "parfois trop idéologique" et doit "redevenir le syndicat de la feuille de paie et du carreau cassé", a estime le secrétaire général Philippe Martinez.

La direction de Lutte Ouvrière lui répond :

"..;Nous sommes pour que les grévistes s’organisent eux-mêmes et dirigent eux-mêmes leurs grèves..."

Ces félons, c'est le mensonge , la démagogie, l'irresponsabilité et le foutage de gueule !

La vérité est concrète nous dit Trotsky. 

Que la direction de Lutte Ouvrière vienne nous expliquer comment les salariés peuvent-ils organiser eux mêmes leurs grèves, alors même que les directions syndicales, directions syndicales qu'elles couvrent de toute leur force, sont vent debout contre le principe même de la grève, ne parlons même pas de la grève générale ?

Que la direction de Lutte Ouvrière, elle qui couvre le syndicalisme de collaboration de classe depuis trente ans, ce syndicalisme ayant négocié la limitation du droit de grève, le salaire au mérite, le licenciement abusif, la précarité de l'emploi, le chômage de masse, l'insécurité permanente au travail, les Lois Travail 1 et 2, que cette direction communiste de félons, vienne expliquer à un salarié, comment il peut dans son coin, organiser lui - démocratiquement et de manière horizontale- sa petite grève, contre la volonté de son propre syndicat ?

La grève est affaire sérieuse, qui doit être menée par des gens sérieux , et si il est une chose que chaque salarié dans son coin se rend compte, c'est que ces gens ne sont pas sérieux !

Ils ne sont pas même capable de comprendre que si le mouvement ouvrier révolutionnaire des gilets jaunes a pris naissance dans la rue, en dehors de l'entreprise capitaliste, cela n'est pas un accident ou un fait du hasard. Cela est consécutif à l'ensemble de la politique pourrie et capitularde, menée par le mouvement ouvrier organisé, depuis trente ans. La politique pourrie et révisionniste du communisme de l'extrême gauche y compris.


LES DIRECTIONS SYNDICALES DOIVENT METTRE NATURELLEMENT LES SYNDICATS OUVRIERS A LA TÉTE DES GILETS JAUNES, ET UNIES, FOUTRE DEHORS MACRON. MAIS CECI DOIT SE FAIRE DE MANIÈRE VOLONTAIRE ET AUTORITAIRE, DE LA PART DE LA BASE SYNDICALE SAINE, DE LA PART DES OUVRIERS GILETS JAUNES ORGANISES DANS LEURS PROPRES STRUCTURES DE COMBAT DE TYPE CONSEILLISTE.

TOUS DANS LA RUE LE SAMEDI 12 JANVIER 2019. ORGANISONS NOUS DANS UNE FRONDE SYNDICALE !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.