FAUSSE COORDINATION OUVRIÈRE : LE COUP DE PIED DE L’ÂNE

Cette coordination « nationale » est le faux nez de ceux, complices, qui ont laissé la bureaucratie ouvrière de l’intersyndicale assassiner la grève SNCF RATP.

LE COUP DE PIED DE L’ÂNE

Après deux mois de contestation du projet de loi sur les retraites apparaît enfin une coordination nationale, en lieu et place d’une coordination ouvrière nationale, unitaire et démocratique espérée ici.

https://alt-rev.com/2020/02/10/appel-de-la-coordination-nationale-du-9-fevrier/

Cet ersatz de coordination est l’exacte contraire de ce que devrait être une véritable coordination ouvrière. D’une certaine manière elle est le coup de pied final, le coup de pied de l’âne, qui va liquider cette deuxième vague révolutionnaire, initiée par les travailleurs de la RATP le 13 septembre, après la première vague révolutionnaire des gilets jaunes.

Si la petite bourgeoisie en voie de déclassement et la partie de la masse du prolétariat précaire en gilets jaunes, de leurs ronds points, spontanément s’était projetés eux et leurs légitimes mécontentements vers le Palais de l’Elysée, renouant ainsi avec les grandes heures de la Révolution Française, les forces politiques derrière le simulacre de cette coordination nationale, ne représentant qu’elle même, loin d’être nationale de plus, semble elle dans les prochaines semaines vouloir diriger ses grandes manœuvres vers l’ Assemblée Nationale.

Sans doute espère-t-elle cette coordination, pouvoir convaincre les députés macronistes, de ne pas voter la loi proposée par le gouvernement du bonaparte Macron ? illusoire !

Bref comme le font actuellement les partis réformistes PS LFI PCF, couvert par les partis LO et NPA, ainsi que l’intersyndicale, cette coordination s’aligne sur une stratégie ne pouvant être que perdante.

Cette coordination ne cherche pas à s’opposer aux directions traîtres ( partis et syndicats ) ayant sur les mains, le sang de l’assassinat de la grève historique de la SNCF et RATP. Elle se pose sagement à côté de ces assassins et donne le change. Les prochaines journées d’actions qu’elle énumère comme un scribe comptable, ses incantations pour une manifestation nationale à Paris, le soin qu’elle prend à se caler sur le calendrier parlementaire qui arrive, suffise à la caractériser pour ce qu’elle est : un simulacre, un jouet des anarchistes, voulant à tout prix continuer à passer à bon compte pour des révolutionnaires.

En effet, quand bien même manquerait-il une majorité au gouvernement pour faire passer sa loi ( elle ne manquera pas ), rien n’empêcherait alors ce gouvernement d’user de toutes les ressources anti-démocratiques de la V République, et de réussir quand même son opération, en utilisant l’article 49,3 de la constitution, lui permettant de réussir à déjouer les espoirs vains de cette coordination, de cette opposition du Prince, de ces farceurs.

En conclusion, tablons sur la règle d’or voulant que dans un régime bonapartiste, toute action de l’opposition de gauche, dirigeant le mécontentement populaire en direction des assemblées parlementaires croupions (à majorité de droite), délaissant et s’éloignant donc du Palais de l’Elysée, siège lui du véritable pouvoir à abattre, tablons que cette opposition est une fausse opposition, une opposition de sa Majesté.

Pire ! C’est un pont en direction de l’extrême droite anti-parlementaire et ses funestes plans historiques.

Il ne manquerait plus que des incidents surviennent à proximité de l’Assemblée Nationale.

Nul doute que la macronie avec ses médias aux ordres sauraient exploiter l’affaire :

Après l’obstruction … la combustion !

Cette coordination « nationale » est le faux nez de ceux, complices, qui ont laissé la bureaucratie ouvrière de l’intersyndicale assassiner la grève SNCF RATP.

Toute cette gauche et cette extrême gauche subventionnées, à travers le financement des partis politiques et des syndicats, cette bureaucratie ouvrière vivant bien dans ce système capitaliste, et à ce titre, pressée d’en revenir à des temps de débats parlementaires et de dialogue social plus calmes et plus civilisés, plus démocratiques quoi, doit être combattue avec la plus grande énergie et détermination possible .

Ce sont les même, qui font des casseurs de comités des héros et des martyrs, et qui ne savent même pas reconnaître les mérites des militants, qui eux minoritaires, et avec un magnifique courage, au nez des appareils syndicaux, à la RATP ont fait voter des comités début décembre.

Cette coordination « nationale »… c’est du bidon !

Ils ne sont mandatés par personne. Il n’y a pas d’ Assemblées Générales, de comités démocratiques, ni à la RATP, ni ailleurs. Que l’on vienne me prouver le contraire, que ceux qui ont détruit les comités, où laissés détruire les premiers comités, viennent aujourd’hui m’en faire l’apologie. ridicule !

La manipulation à grande échelle des ouvriers se poursuit.

Vite un comité de liaison des groupes communistes ( non subventionnés ), une force politique assise sur les épaules solides de Marx Engels Lénine et Trotsky, pour remettre un peu d’ordre et d’honnêteté dans nos rangs, pour injecter de l’espoir dans les chaumières ouvrières, pour enfin faire mordre la poussière à Macron, lui faire bouffer sa réforme sur les retraites.

Là où il y a les communistes il y a le pain, là où il y a les anarchistes il y a la faim !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.