Benjamin Griveaux renonce et ce n'est pas une bonne nouvelle

Mauvaise nouvelle pour le fonctionnement de la déocratie

Benjamen Griveaux, pour lequel je n'éprouve aucune sympathie, renonce donc à la mairie de Paris pour une sordide histoire de vidéo plus ou moins pornographique et de messages à caractère sexuel qui circuleraient sur le net... et dont je n'ai aucune envie de prendre connaissance.

Au delà d'un rapide sourire causé par les le motif du renoncement et par les commentaires de certains journalistes qui usent et abusent des "Griveaux se retire " et autres "regroupements des membres de son équipe", le renoncement du candidat officie de LREM n'est pas une bonne nouvelle.

Pas pour lui bien entendu qui est à l'égard de sa famille responsable de ses actes et qui sera parachuté par Macron sur un bon fromage quelle que soit la réalité des images, des faits et des comportements.

Pas pour les seuls parisiens qui échappent sans doute à Griveaux mais qui n'auront sans doute pas mieux non plus.

Non, c'est une mauvaise nouvelle pour le fonctionnement de la démocratie car si les documents qui circulent ne portent que sur des activités légales entre adultes consentants (ce que je me permets d’espérer), cela signifie que tous les hommes et toutes les femmes de ce pays qui ne sont ni dans des monastères ni dans des couvents sont susceptibles d'être concernés comme l'est aujourd'hui Benjamin Griveaux.

Et j'imagine un homme ou une femme politique qui atteindrait le sommet du pouvoir et qui serait l'objet d'un chantage à la diffusion d'images très intimes, quand bien même elles ne montreraient aucun acte répréhensible... Cet homme ou cette femme serait sans doute la marionnette de ses maîtres chanteurs...

Je n'ai pour ma part aucune appétence pour cette république sexemplaire qui se dessine...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.