Presse : Ces titres à ne pas rater – Huffpost du 13 02 2019 à propos de Juppé

Diffusion d'un titre de la presse qui interpelle

Sur le site internet du Huffington post du 13 02 2019, ce titre ui interpelle

Juppé au Conseil constitutionnel, l'heure de la vraie retraite a sonné


Le maire de Bordeaux est nommé au Conseil constitutionnel, officiellement par le président de l'Assemblée Nationale, Richard Ferrand, très probablement inspiré par Macron qui ne saurait laisser à aucun de ses collaborateurs le soin de décider de quoi que ce soit et qui placardise ainsi un homme qui aurait pu lui faire de l'ombre.

Il est néanmoins consternant de nommer au conseil constitutionnel un homme qui a été condamné le 30 janvier 2004 à 18 mois de prison avec sursis et à une peine de dix ans d’inéligibilité, le tribunal considérant qu'Alain Juppé a « délibérément recouru à des arrangements illégaux » pour favoriser l'action de son parti politique et qu'il avait ainsi « trompé la confiance du peuple souverain ». Sa condamnation fut confirmée en appel qui fit toutefois preuve d'une grande mansuétude en ramenant la peine à 14 mois de prison avec sursis et un an d'inéligibilité.

C'est donc un homme qui s’exonère volontiers des obligations légales qui va rejoindre le conseil constitutionnel... Vive le nouveau monde qui est en cela la copie conforme de l'ancien !

Mais comme le conseil constitutionnel, ce n'est pas trop fatigant, cette nomination est vécue comme une retraite ! A 73 ans, l'homme pourrait en effet avoir la décence de se retirer pour laisser à ceux qui sont plus jeunes le soin de préparer l'avenir. Mais la rapacité des politiciens est infinie et la retraite de Monsieur Juppé lui permettra, selon le site Wikipédia, de percevoir la modique somme de 16 200 euros bruts par mois, sans compter quelques très probables avantages en nature...

Les Français apprécieront que ces dérisoires émoluments ne suspendent évidemment pas le versement à l'intéressé des retraites qu'il cumule bien entendu comme ancien fonctionnaire (Énarque, cela va de soi), conseiller municipal à Paris (plus de douze ans), maire de Bordeaux et président de la communauté urbaine de cette ville (pendant plus de vingt ans), secrétaire général puis président du RPR (environ 14 ans en tout), député (plus de dix ans), ministre (quatre ans) puis premier ministre (deux ans) et à nouveau ministre.

Elle est pas belle, la vie d'un politicien condamné par la justice ?



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.